CATEGORIE & flu
XMLCyb de luxe - edito
XMLCyb de luxe - art
XMLCyb de luxe - geek
XMLCyb de luxe - politique
XMLCyb de luxe - boutique
vous êtes sur : CYB de luxe politique
 
EN ce moment ....
- Ben Laden est il un beau gosse
- Les politiciens sont t'ils devenus des rois ?
Magazine Hebdo
- 2005-12-18
- 2005-12-25
- 2006-01-01
Contact
Web master
Musique
en cours
Plus : David f
 
LIENS : utile et gratuit
Hebergement d'image 1 mo imageShack
Hebergement d'image 2 go + ftp zoto
Hebergement flash 50 mo photojerk
Hebergement video & audio archive.org
Hebergement & enregistrement vocale 1min
Hebergement & enregistrement vocale 3min
Nom de domaine : vous.c.la - kickme.to
 
RESPECT : ils m'ont fait
cyber news : http://www.fluctuat.net/blog
art : male.dei
Geek : 3cools
cyber punk : poesie
musik vinyl pod - david f - aurgasm
Design : Tokyoplastik & Bionic System
20 000 liens 2004/2005 -------> 75% - 50%
 
CATEGORIE & flu
XMLCyb de luxe - edito
XMLCyb de luxe - art
XMLCyb de luxe - geek
XMLCyb de luxe - politique
XMLCyb de luxe - boutique



Camps de concentration en corée du nord dans une ambiance de guerre ato...Camps de concentration en corée du nord dans une ambiance de guerre atomique, on crie sans fin sur ce monde Un jours j'ai regardé l'émission envoyé spéciale (le site est journalistiqueme...

CYB de luxe artDes photos

Besoin de poeme lus en anglais pour vos créations, mix, film, sample ? ...# Baum, L. Frank. The Road to Oz # Burnett, Frances Hodgson. A Little Princess # Christie, Agatha. The Mysterious Affair at Styles # Conrad, Joseph. The Secret Agent # Dickens, Charles. A ...


Le mag des lecteurs : le cyber coffee shop des alpha geeks107 news des lecteur du cyber coffee shop mis a jours quotidiennement afin de réaliser un panorama du cyber monde

hebergement video gratuit : ils sont beaux, jeunes, drôle et bourgeois,...a propos de l'hebergement : l'inscription est imédiate sans validation par email vous avez 20 mo de stockage par semaine (mis a jours du compteur tout les dimanche) pour stocker vos fichier...

icone = des indicateurs d'activité pour votre site - CYB de luxe geekicone de progression pour votre site, type chargement, patientez etc.....


Le Miles Davis Mupet Show - CYB de luxe artLe Miles Davis Mupet Show Il se reconnaitra, je l'en remercie et d'autres me remercieront avant d'être remercié. Pour les fan de la société du spectacle inteligente


photographe cherche model - CYB de luxe artLe temp s'arrete et révèle les choses

Interview exclusive : JJ OL@f, le hacker du siecle nous parle de la porn...Je crois que la culture, plus que la politique, est la clée du hacking. Un hacker, s'il ne l'est pas au depart, devient obligatoirement par la suite un humaniste, democrate (je crois que vous...


Si adobe n'avait pas acheté Flash alors picassa de google l'aurait fait...Pur trust 2.0 Aprés microsoft. La decenie sera google. Je prend 2018 et plus.

Je suis le seul voyant au monde qui vous predit uniquement le plus choue...On croyait les directeurs du cyber marketing indemodable, puissant de part leurs éveils moderne. C'est finit, tout comme les ouvriers ils peuvent craindre le chomage qui frapat les uzine lors...

L'art selon le cyber coffe shop ou gazette de l'homme moderne - CYB de l...Expo permanente expo : sommaire de 19 expos sublimes wesley willis : dessin au feutre de wesley willis (rip) luxury photo : photographie sublime pupet 2 : 10 pages d'images diverse use fu...

Quand les BOTs sont plus motivant que les humains. - CYB de luxe geek
Quand les BOTs sont plus motivant que les humains. Voici une serie d'adresse à ajouter dans vos contacts msn messenger, vraiment ! choix réalisé par david lynch en directe * encarta...

a vendre - CYB de luxe boutiquea vendre - A vendre pack cyber littérature : http://cybercoffeshop.info + http://cybedeluxe.blogspot.com (x5) + miroir de réferencement google http://speedjazz.c.la + Forum poésie (1er d...

Les politiciens sont t'ils devenus des rois ? - CYB de luxe politiqueLes politiciens sont t'ils devenus des rois ? On pourait se demander aujourd'hui quel est l'état actuele de la démocratie. Par exemple nous somme gouverné aujourd'hui par Jacques Chirac...

Ben Laden est il un beau gosse - CYB de luxe politiqueBen Laden est il un beau gosse Wafah Dufour Wafah Dufour dit n'avoir aucune relation avec son oncle Ben Ladens BBC news, bête comme la presse parfois se lance dans le credo provocation et ...

le web 1.9 mieux que 2.0 ? - CYB de luxe geekle web 1.9 mieux que 2.0 ? On voit sur le web de plus en plus d'internautes actif qui s'investissent dans l'élaboration du Web 2.0. Il s'agît évidement d'une astuce marketing visant a fig...

Formulaire d'inscription ? Le faux nom classique - CYB de luxe geekFormulaire d'inscription ? Le faux nom classique Inventé par hurlante nova un faux nom trés interéssant. Pourquoi Elie Berthé ? Vous trouvez, vous ne trouvez pas ? Consulter la base de...

Les politiciens imposent leur gestion de l'echange de la musique en lign...Les politiciens imposent leur gestion de l'echange de la musique en ligne De quel droit, un humain va me pourir la vie ? De quel droit des politiciens au discourt fade et bête vont m'interdi...

Faire de l'art avec Picassa - CYB de luxe artFaire de l'art avec Picassa Dans la serie des excelentes aplications googles je viens de tester l'option montage photo de picassa qui couplé à Blog this depuis le logiciel me semble être u...

L'amerique - CYB de luxe artL'amerique cette terre qu'on aime toujours un peut tous

Mix jazz de hurlante nova - CYB de luxe artMix jazz de hurlante nova Si vous aimer le jazz, je vous conseille d'aller voir sur cette page, dans la colone de gauche (pur titre de site web) à la catégorie musique, le 5eme mp3 au dessu...

Les grapheurs graphé - CYB de luxe artLes grapheurs graphé L'histoire commence ainsi Un agent immobilier demande a des artistes locaux de Oxfort (angleterre) de peindre et grapher sur ses biens. Ce qu'il font :

les jumeaux mp3 - rap 2 soul - CYB de luxe artles jumeaux mp3 - rap 2 soul Trés interessant blog au debut, http://www.ultragraphik.com/blog/ met chaque jours un sample et son samplé. Malheureusement il n'y a que 30 secondes d'écout...

3 morceau de piano préparé de Hauschka en mp3 - CYB de luxe art3 morceau de piano préparé de Hauschka en mp3 en lien téléchargable : hauschka - fernpunkt hauschka - no wind today (morceau inédit - offert sur internet) hauschka - m...

Le jean's special connard - CYB de luxe éditoLe jean's special connard On croyait le jean's indémodable, malgrés les siecles d'hemoroides généré sur les cowboy's. ET bien depuis qu'on peut mettre un coup de pied ecart dans la tê...
[freaks] [capitalisme] [porno foot]  edit delete

Loic le meur offre un I pod a Sarkozut pour qu'il pirate du mp3 - CYB de...Loic le meur offre un I pod a Sarkozut pour qu'il pirate du mp3 Je voulais depuis longtemps faire un post sur Loic Le Meur, blogger du HEC style. Son interview de Nicolas Sarkozy confirme ...

Cyber freaks - volume 1 - CYB de luxe geek1 -je clean la chambre en speed 2 - je met un bandeau ninja devant le miroir motivé par quelque film de kung fu bidon 3 - je me met torse nue 4 - je fais des star ac echaufement de base à...

CYB de luxe éditole nouveau blog de hurlante nova

Special noel - CYBdeluxela chronique de noel d'hurlante nova

le web 1.9 mieux que 2.0 ? philosophique webune reflexion autour du web 2.0 et ses oportunité techno-philosophique

« Accueil | Ben Laden est il un beau gosse » | Les politiciens sont t'ils devenus des rois ? » 

27 décembre 2005

Camps de concentration en corée du nord dans une ambiance de guerre atomique, on crie sans fin sur ce monde

Un jours j'ai regardé l'émission envoyé spéciale (le site est journalistiquement merdique et commerciale, pas d'archive et la pop up pub) qui faisait un reportage sur la corée du nord et ses camps de concentration.

J'apprenais que dans ces camps les femmes se faisait torturer, violer et assassiner. Je me suis dit alors : "je vais faire fermer ces camps de concentration avec l'aide de la comunauté internationnale ou tout seul, en tout cas je vais arréter cette horreur".








Histoire de la Corée



Des origines jusqu'en 1948





AVIS: Certaines parties historiques de cette section sont tirées presque intégralement de l'Encyclopédie Microsoft Encarta 2004, art. «Corée».

La péninsule coréenne aurait été habitée dès le paléolithique et aurait accueilli une immigration venue de Mandchourie et de la Chine du Nord entre le VIIe et le VIe siècle avant notre ère. Selon la légende coréenne, le plus ancien État fut le Choson (le «Matin calme»), qui couvrait le nord-ouest de la Corée et le sud de la Mandchourie; il fut conquis par la Chine en 108-107 avant notre ère, qui y créa quatre «commanderies»: Lolang, Xuantu, Lindun et Zhenfan.

Les royaumes de Paekche dans le sud-ouest de la péninsule, fondée en 18 avant notre ère, et de Silla dans le sud-est, fondée en 57 avant notre ère, émergèrent aux IIIe et IVe siècles, alors que l'influence chinoise s'était affaiblie. Sur la côte sud, un troisième État, appelé Kaya, rivalisait avec les autres, mais ce fut le Koguryo qui, au Ve siècle, devint le plus puissant.

1 L'unification de la péninsule coréenne







La Corée à l'apogée de l'expansion de Koguryo au Ve siècle Le Koguryo réussit à contrôler la plus grande partie de la péninsule coréenne et de la Mandchourie. Au milieu du VIe siècle, le Silla conquit le Kaya et s'empara de territoires autour de Séoul et de la vallée du Han, tandis que le Koguryo et le Paekche perdaient graduellement des portions de leurs territoires. Ces États conservèrent une forte culture distinctive. Par exemple, le Koguryo excellait dans l'art militaire, mais le Silla mit en place des institutions sociales et politiques plus durables; le Paekche entretenait des relations avec la Chine et le Japon, et développa une grande civilisation, mais il était faible politiquement et militairement.

En 668 de notre ère, le Silla, allié à la dynastie chinoise Tang et aidé par son armée, avait, cette année-là, vaincu le Koguryo et le Paekche en 660, et établit le premier État de la péninsule coréenne unifiée après avoir reconquis en 735 les deux protectorats établis par les Chinois.

Le bouddhisme, apparu dans la péninsule au IVe siècle, était devenu une force puissante au VIe siècle et inspira fortement la vie intellectuelle et artistique du Silla. Mais la culture, l'écriture et les institutions politiques chinoises eurent aussi une grande influence, car tous les États coréens adoptèrent l'écriture chinoise pour transcrire leur langue respective. Néanmoins, la culture propre au Silla fut le principal véhicule du développement coréen de cette période. Au Xe siècle, une forme d'État typiquement coréen, fortement hiérarchisé, était déjà bien implantée et, malgré plusieurs changements et problèmes ultérieurs, cette forme de gouvernement resta en place jusqu'aux temps modernes.

2 Le Koryo (918-1392)

Au cours du IXe siècle, la monarchie et les institutions gouvernementales du Silla déclinèrent, alors que les dirigeants régionaux devenaient plus puissants. De 890 à 935, les trois anciens royaumes émergèrent à nouveau dans la péninsule. Cette fois, l'État du Nord, appelé Koryo, parvint à refaire l'unité dans la péninsule. Il fut fondé en 918 lorsqu'un guerrier nommé Wang Kon obligea le roi de Silla à abdiquer. Le Koryo réunit les dirigeants régionaux sous une autorité centrale et étendit les frontières du pays au nord du fleuve Yalu. C'est alors que le Koryo entra en conflit avec la dynastie mandchoue des Khitan (rebaptisée Liao en 947). Au cours des guerres qui durèrent de 993 à 1018, le Koryo parvint à maintenir ses positions et, en 1122, il obtint une paix définitive. Le terme de Koryo (selon la transcription, Koryo ou Goryeo) est à l'origine du nom moderne de Corée (en français),Coréia (en portugais), Corea (en espagnol et en italien), Korea (en anglais, en néerlandais, en allemand, en danois, en suédois), Koreya (en russe), Koreańska (en polonais), Koreai (en hongrois), etc. C’est sous ce nom que des marchands arabes ont parlé pour la première fois de ce pays aux Européens.

Dès le début, le bouddhisme devint la religion officielle de la cour de Koryo. Il prospéra considérablement, comme d'ailleurs en témoignent les temples et les représentations, tant peintes que sculptées, du Bouddha. La cour adopta l'écriture et le système chinois des examens pour le recrutement des fonctionnaires, classés selon leurs mérites scolaires. Toutefois, contrairement à la Chine où les concours étaient ouverts aux hommes de toutes origines, il restait, au royaume de Koryo, le monopole des familles de hauts fonctionnaires. La plupart des instituts publics d'enseignement furent fondés selon le modèle éducatif chinois et leurs contenus furent centrés sur les classiques confucéens. Le programme de l'enseignement supérieur comprenait, outre les classiques confucéens, des matières plus pragmatiques comme la législation, la calligraphie et la comptabilité. L'influence chinoise grandissante favorisa l'enseignement et l'apprentissage du chinois. Dans les universités, on n'étudiait que la littérature et les sciences chinoises, le chinois étant la «langue officielle du gouvernement et de la haute société». Dans la formation des interprètes, le chinois restait la langue la plus importante. Dès le Xe siècle, un bureau chargé de la traduction et de l'enseignement des langues étrangères (le Thongmunkwan) avait commencé à former des interprètes. En 1276, ce bureau fut renforcé tant pour contrôler la qualité de la traduction que pour enseigner les langues étrangères — surtout le chinois et le japonais — de manière plus systématique.

L'épanouissement de la culture du Koryo se produisit au XIe siècle; elle fut marquée par la présence d'un gouvernement stable, dont les institutions et les méthodes étaient empreintes de l'influence chinoise. Le bouddhisme inspira l'éducation et les arts. Mais, au début du XIIe siècle, la stabilité du Koryo fut remise en cause. De puissantes familles aristocratiques luttèrent contre le trône pour contrôler la région, tandis que la dynastie mandchoue des Jin exerçait une pression extérieure, provoquant des réactions divisées de la part d'un pouvoir devenu incertain. En 1170, les militaires, irrités par la discrimination dont ils étaient victimes, chassèrent les officiels civils, et les rois perdirent leur autorité, ce qui entraîna une période de conflits intérieurs. Puis les moines finirent par acquérir de plus en plus de pouvoirs. Durant les dernières années du royaume, le bouddhisme fut gravement remis en question en raison des conflits entre les fonctionnaires lettrés et les militaires, d'une part, les confucianistes et les bouddhistes, d'autre part.

Les Mongols envahirent la péninsule en 1231, ce qui déclencha une série de guerres, lesquelles se terminèrent en 1259 par la conquête du Koryo, qui devint un État vassal de la Mongolie pendant près d’un siècle, et ce, malgré la résistance dont fit preuve, durant vingt ans, le peuple de Koryo contre les envahisseurs. Les rois de Koryo ne retrouvèrent leur position dominante que sous la gestion de commissaires résidents mongols. Grâce à l'accession au pouvoir de la dynastie des Ming en Chine, en 1368, en lieu et place de la dynastie mongole des Yuan, le Koryo put se dégager du joug mongol. Le général Yi Songkae se débarrassa de ses adversaires politiques, prit le pouvoir en 1392 et établit ainsi en Corée la dynastie des Yi, qui régna sous le nom dynastique de Choson.

3 La dynastie Choson (1392-1910)

Durant le XIVe siècle, les Coréens furent fortement influencés par des théories néo-confucianistes, qui avaient été formulées par le philosophe chinois Zhu Xi. Ce système de valeurs très développé stimula les classes moyennes de l'administration du Koryo, et leur mouvement pour une réforme politique et sociale fut à l'origine de l'accession au pouvoir de la dynastie Choson








La Dynastie Choson (XVe Siècle)

Ce n’est qu’au XVIe siècle, avec l’avènement de la dynastie Choson (1392-1910), plus connue en Occident en tant que dynastie des Yi, que le confucianisme devint un puissant instrument de réorganisation étatique et sociale.


Sous le règne du roi Sejong (1418-1450), le quatrième monarque de Choson, la Corée connut un épanouissement culturel et artistique sans précédent. C’est sous son règne que des savants de l’Académie royale inventèrent l’alphabet coréen, le Hangul, un système d’écriture conçu de manière scientifique, mais simple et efficace à la fois. Ce fut l'un des premiers exemples d'interventionnisme linguistique dans l'histoire du monde. Le règne du roi Sejong marqua ce qu'on appelle «l’âge d’or» de la Corée. Nombre d’inventions et d’idées nouvelles virent le jour durant cette période, dans les domaines de l’administration publique, de l’économie, des sciences naturelles, des sciences humaines, de la musique et de la médecine.


Bien que très influencé par la culture chinoise, le Choson parvint à garder une identité propre, utilisant son système d'écriture particulier, à la fois alphabétique et syllabique. L'utilisation de ce système d'écriture très compliqué a causé des problèmes très sérieux, parce que le chinois (monosyllabe) et le coréen (polysyllabique) sont des langues très différentes.


Durant les deux premiers siècles de son existence, le royaume Choson fut bien gouverné et connut la paix, mais des divisions commencèrent à apparaître parmi l'élite au XVIe siècle. C'est au cours de cette période que le royaume fut envahi en 1592 par les Japonais, qui voulaient utiliser le pays comme base de transit pour conquérir la Chine. En septembre 1593, avec l'aide de la dynastie chinoise des Ming et des efforts de son héros national, l'amiral Yi Sunsin (1545-1598), le royaume Choson réussit à chasser les Japonais. Ces derniers renouvelèrent leur tentative en 1597, mais furent définitivement refoulés en 1598. Quelques décennies plus tard, le pays dut subir une invasion par le nord, perpétrée par la nouvelle dynastie chinoise d'origine mandchoue des Qing (1636). Le Choson dut accepter de devenir vassal de la Chine, alors que le prince héritier devait rester en otage à la cour impériale des Qing. La langue chinoise pénétra de façon plus importante dans le vocabulaire des Coréens.



Au cours des deux siècles qui suivirent, le royaume Choson fut gouverné par des rois compétents, malgré l'apparition périodique de conflits entre différentes factions. Mais des changements sociaux, économiques et religieux mirent à l'épreuve le système politique et social du royaume Choson. Le christianisme fut introduit 1784 par la Chine et propagé après 1833 par des missionnaires français. En 1864, le roi Taewonkun déclara le christianisme hors la loi et repoussa les interventions militaires de la France (1866) et des États-Unis (1871). Il tenta aussi d'éliminer la corruption et de restaurer le prestige de l'État. Les réactions politiques suscitées par ces réformes provoquèrent néanmoins la chute du Taewonkun. Le Choson demeura un royaume relativement isolé du monde occidental, mais fidèle dans son alliance avec la Chine. En réalité, la Corée devint l'enjeu des puissances chinoise, japonaise et russe. En 1876, les Japonais obligèrent le pays à établir des relations diplomatiques avec eux, tout en affaiblissant les liens traditionnels du royaume avec la Chine. La victoire du Japon sur la Chine (1895) et sur la Russie (1905) permit l'annexion officielle de Choson par le Japon en 1910, ce qui mit fin à la plus longue dynastie (celle des Choson) qu'ait connue l'histoire du monde.


Au chapitre de la langue, en 1897, le 26e roi de la dynastie Choson (1392-1910), agissant sous l'influence des idées occidentales et poussé par les Japonais, se déclara «empereur des Han» (le nom ancien des tribus coréennes, à ne pas confondre avec la dynastie chinoise du même nom) et proclama ainsi son égalité avec l'empereur de Chine tout en affirmant son indépendance politique. Un nouveau nom pour le pays a été donné: Taehancheguk («le Grand Empire Han»). Le statut officiel du chinois mandarin fut supprimé et le coréen est devenu la seule langue officielle (kugo); les anciens noms péjoratifs accolés au coréen (onmun «langue de mauvais goût», pancheol «dialecte», etc.) tombèrent en désuétude. Néanmoins, l'enseignement du chinois classique se poursuivit dans les écoles ainsi que l'influence du système d'écriture japonais (la combinaison de caractères chinois et des lettres coréennes). Le premier journal en langue coréenne, le Tongnipsinmun (Journal de l'Indépendance) fut publié en 1896. Il se développa alors en Corée une période de purification linguistique destinée à supprimer l'écriture chinoise dans la langue coréenne écrite. Après la signature des traités d'amitié et de commerce (1882-1886), l'enseignement des langues occidentales (anglais, allemand et français) et des sciences humaines dans les nouvelles écoles permit aux Coréens de se rendre compte des dimensions du monde.


4 La domination japonaise (1910-1945)











[Zainihon Daikanminkoku Dan (Mindan)] La domination japonaise avait commencé avec le «traité de protection» de 1905, imposé au pays après la guerre russo-japonaise, par lequel le Japon prenait le contrôle des Affaires étrangères de Choson, puis de la police et de l'armée, de la monnaie et du système bancaire, des communications ainsi que de tous les secteurs vitaux. L'assassinat de la reine coréenne pro-russe mit fin à la dynastie Choson en 1910 et, le 29 août de la même année, la Corée fut annexée par le Japon, malgré l'hostilité des Coréens. Cette occupation allait durer trente-cinq ans, soit jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale. De 1910 à 1918, le Japon consolida ses positions en éliminant les nationalistes, en prenant le contrôle des terres et en imposant des changements administratifs draconiens.



Au plan linguistique, le Japon fit tout pour éliminer la langue coréenne et la remplacer par le japonais. Le chinois fut placé au même rang que les autres langues étrangères, le japonais devenant la langue officielle de la Corée. La politique linguistique reposa sur l'enseignement forcé du kokugo, la «langue nationale», c'est-à-dire le japonais. Dès 1911, un décret impérial fut promulgué en Corée sur l'éducation; il était destiné à «faire des Coréens un peuple fidèle». Après le soulèvement coréen du 1er mars 1919, un second décret impérial établit en 1922 un système d'enseignement primaire en six années, comme au Japon, et supprima les écoles traditionnelles coréennes qui assuraient l'éducation en coréen. Dans ces nouvelles écoles, on utilisa uniquement des manuels japonais identiques à ceux de la métropole. Un autre décret impérial fut promulgué en 1937. C'est alors que la japonisation devint plus sévère. Naisen ittai était le slogan officiel, c'est-à-dire «faire des Coréens des Japonais à part entière» (littéralement Japon et Corée, un seul corps).


L'enseignement du coréen fut interdit dans les écoles primaires en 1939, les élèves étant surpris à parler coréen étaient punis. Les Coréens furent obligés d'adopter des noms japonais s'ils voulaient bénéficier de droits comme citoyens. Cette obligation de renoncer à leur nom a vivement marqué les mentalités en Corée, où elle se heurta à une vive résistance. Le gouvernement japonais interdit aux Coréens de parler coréen dans la rue et décerna des diplômes d'honneur aux «familles qui n'utilisaient que le japonais à la maison». Toutes les publications en langue coréenne furent interdites: les premiers rédacteurs du grand dictionnaire de coréen furent arrêtés en 1942; l'année suivante, la Société pour l'étude de la langue coréenne, fondée en 1921, fut dissoute. Les écrivains coréens furent forcés de publier seulement en japonais. L'enseignement de l'anglais régressa (supplanté par le japonais) et fut même interdit à la suite de la guerre entre le Japon et les Alliés. Parallèlement, l'enseignement de la langue allemande fut renforcé vers la fin de l'occupation japonaise. Suivant une tradition instaurée par les Japonais, la plupart des lycées coréens enseignaient l'allemand. Curieusement, la mobilisation des jeunes conscrits coréens dans l'armée japonaise se fit sans difficultés majeures; beaucoup de Coréens réquisitionnés furent employés à la garde des prisonniers de guerre. Puis, après la guerre, les Américains les considéreront comme des «criminels de guerre» parce qu'ils les assimileront à des «collaborateurs du Japon», la politique de japonisation s'étant retournée contre ces Coréens abandonnés par les Japonais.


Mais avant la guerre, le Japon intensifia son contrôle en supprimant les mouvements nationalistes de gauche et en favorisant ceux de droite. Les efforts d'assimilation, incluant des mesures draconiennes telles que l'interdiction de la langue coréenne et même des noms de famille coréens, ne prirent fin qu'avec la défaite du Japon (1945) pendant la Seconde Guerre mondiale. Parallèlement, les Japonais favorisèrent la chasse aux mots chinois dans la langue coréenne et dévalorisèrent l'usage des caractères chinois restés populaires en Corée. Cette période d'occupation a entraîné un rejet systématique de la culture japonaise par les Coréens et la montée du nationalisme coréen, bien que la langue coréenne s'imprégna de quantités de mots japonais. Les intellectuels, exaspérés par la politique japonaise d’assimilation, revendiquèrent leurs différences et luttèrent pour se distancier culturellement de leurs oppresseurs. Les mouvements pour l’indépendance développèrent chez les Coréens un fort sentiment d’identité nationale et de patriotisme.


5 La partition de la Corée (1948)


En février 1945, à la conférence de Yalta, peu de temps avant la fin de la guerre dans le Pacifique, les États-Unis et l'URSS s'entendirent pour diviser la Corée au niveau du 38e parallèle pour veiller à la reddition et au désarmement des troupes japonaises. Voici comment le Département d'État américain explique la situation:











Japan surrendered in August 1945, and Korea was liberated. However, the unexpectedly early surrender of Japan led to the immediate division of Korea into two occupation zones, with the U.S. administering the southern half of the peninsula and the U.S.S.R taking over the area to the north of the 38th parallel. Le Japon s'est rendu en août 1945 et la Corée a été libérée. Cependant, la reddition du Japon, hâtive et inattendue, mena à la division immédiate de la Corée dans deux zones d'occupation, les États-Unis administrant la moitié du sud de la péninsule et l'URSS s'emparant de la zone située au nord du 38e parallèle.



La reddition du Japon ne fut pas «hâtive et inattendue» («the unexpectedly early surrender»), puisque les États-Unis savaient depuis des mois que le Japon avait l'intention de capituler, soit bien avant que les bombes atomiques soient larguées sur Hiroshima et Nagasaki. En réalité, les Américains virent d'un mauvais oeil l'entrée de l'URSS (le 8 août 1945) dans le conflit contre le Japon, car ils craignaient une mainmise soviétique sur l'ensemble de la péninsule coréenne. C'est alors que Washington proposa que les Soviétiques occupent le pays depuis le nord jusqu'au 38e parallèle et que les États-Unis occupent le reste. Staline accepta aussitôt! Il est donc farfelu de croire que les État-Unis voulurent simplement administrer («administering»), tandis que l'URSS s'emparait du Nord («taking over the area to the north»). C'est beaucoup plus simple: les soi-disant libérateurs de la Corée avaient décidé de s'en partager les dépouilles afin d'assurer leur influence dans cette région devenue hautement stratégique pour leurs intérêts. Autrement dit, les efforts des Coréens en vue d’établir un gouvernement indépendant furent réduits à néant par l’«influence» — l'occupation — des États-Unis au sud et celle de l'Union soviétique au Nord.


Puis les deux grandes puissances utilisèrent leur présence militaire pour imposer des gouvernements amis. L'URSS supprima les nationalistes modérés dans le Nord et apporta son soutien à Kim il Sung, un communiste qui avait mené une guérilla anti-japonaise en Mandchourie. Dans le Sud, il existait un mouvement de gauche très développé, opposé à plusieurs mouvements nationalistes de droite. Incapables de trouver un mouvement modéré favorable aux Américains, qui aurait pu rapprocher les deux extrêmes, les États-Unis finirent par éliminer la gauche et apporter leur soutien à Li Sungman [Syngman Rhee], un nationaliste qui s'était opposé aux Japonais et avait vécu en exil aux États-Unis.


Tous les Coréens furent favorables à la réunification, mais, dans le contexte de la guerre froide, les conférences américano-soviétiques pour l'unification (1946 et 1947) suscitèrent une méfiance réciproque. En 1947, les deux grandes puissances commencèrent à organiser des gouvernements distincts. Des élections organisées par les États-Unis le 10 mai 1948 (observées par les Nations unies) aboutirent à la victoire du parti de Li Sungman — qui fut élu président — et à la création de la république de Corée, proclamée le 15 août 1948. En réaction, le Nord fit de même et, le 25 août 1948, créa la République populaire démocratique de Corée proclamée le 18 septembre 1948. Kim il Sung devint premier ministre du nouveau gouvernement. Dès lors, l'armée soviétique et l'armée américaine se retirèrent temporairement des deux moitiés de pays qu'elles occupaient et laissèrent face à face les deux États.


Le 25 juin 1950, les forces nord-coréennes, sans avoir été provoquées, franchirent le 38e parallèle et attaquèrent le Sud, ce qui déclencha la guerre de Corée, qui devait durer trois ans. Plus de 1,4 million de Coréens perdirent la vie au cours du conflit. Aux États-Unis, on vit dans cette guerre la preuve flagrante que le communisme représentait la plus grave menace à la sécurité nationale.




3 Données historiques de la Corée du Nord (à partir de 1948)


La plus grande partie de l'histoire de la Corée du Sud est la même que celle de la Corée du Nord. En raison de cette histoire commune jusqu'à la partition des deux Corées en 1948, il a semblé préférable d'en faire une seule page: il suffit de cliquer ICI pour prendre connaissance de l'Histoire de la Corée, des origines jusqu'en 1948.


La Corée du Nord ne reconnut la Corée du Sud que comme une «province perdue» qu'elle tenta de réunifier par la force. En effet, Le 25 juin 1950, les forces nord-coréennes, sans avoir été provoquées, franchirent le 38e parallèle et attaquèrent le Sud, ce qui déclencha la guerre de Corée, qui devait durer trois ans. Plus de 1,4 million de Coréens perdirent la vie au cours du conflit. La guerre causa d’énormes dégâts en Corée du Nord: on estime que 80 % du potentiel économique du pays aurait été détruit. Le parti fondé en 1946 par Kim il-Sung, le Parti populaire du travail de Corée (le PPTC, qui deviendra plus tard le Parti des travailleurs de Corée), fut défini avec comme mots d’ordre la réunification, la collectivisation des terres et la nationalisation des industries. Dans les faits, la collectivisation fut achevée en 1958, alors que le PPTC put lancer de nombreux plans quinquennaux et contrôler la vie économique du pays. La politique des plans de développement permit la reconstruction d’un secteur industriel important, mais au prix d'une discipline «spartiate» de la part du PPTC et d'un encadrement rigoureux de toute la société nord-coréenne. Le pouvoir souvent contesté de Kim il-Sung, maréchal puis premier ministre, réussit à se maintenir en écartant les rivaux dangereux et en plaçant des membres de sa famille aux postes clés. Depuis sa fondation en 1945, la Coré du Nord a oscillé entre ses puissants voisins: d'une part, la Chine, d'autre part, l’Union soviétique. Toutefois, elle a toujours farouchement cherché à conserver son indépendance.


3.1 La purification linguistique


Au chapitre de la langue, le pouvoir entreprit une campagne de purification du coréen tout en calquant son système d'éducation sur celui de l'Union soviétique. Le système d'éducation, s'étalant sur onze ans, incluait un an d'éducation préscolaire et dix ans d'écoles primaire et secondaire. Le problème de l'analphabétisme paraissait tout à fait sérieux pour le jeune pays socialiste qu'était la Corée du Nord. En 1945, seulement 35 % d'enfants d'âge scolaire fréquentaient les écoles coréennes. Selon le gouvernement de l'époque, le quart des Nord-Coréens pouvait être considéré comme illettré. C'est pourquoi le gouvernement élabora sa politique de «purification totale» à l'égard des caractères chinois, dont l'objectif avoué était l'«éradication de l'analphabétisme». Or, l'extermination de l'analphabétisme passait par la suppression des caractères chinois, car il était beaucoup plus facile de faire apprendre l'alphabet Hangul dont la caractéristique était d'être phonétique, contrairement aux idéogrammes chinois. L'élimination des caractères chinois correspondait à l'idéologie communiste, puisque l'orthographe chinoise était perçue comme «la propriété de quelques privilégiés». On peut aussi affirmer que ce combat linguistique visait un but politique: celui de permettre au gouvernement d'étendre son pouvoir sur les citoyens. En 1947, les journaux ont commencé à publier sans avoir recours aux caractères chinois et en 1949 Kim il-Sung interdit l'usage des idéogrammes chinois, sauf pour des exceptions temporaires concernant les noms propres, la terminologie scientifique ou littéraires, exceptions qu'il fallait employer entre parenthèses.


C'est ainsi que la «mer du Japon» fut changée par «mer de l'Est». Pourtant, la dénomination mer du Japon existe depuis 1602; dans certaines cartes rarissimes datées de 1720, on trouve parfois «mer orientale» et en 1749 «mer de Corée», mais pour 97 % des cartes du monde il s'agit bel et bien de la «mer du Japon», sauf en Corée du Nord et en Corée du Sud qui, pour des raisons politiques, préfèrent encore «mer de l'Est». Néanmoins, c'est la dénomination mer du Japon qui est internationalement acceptée.


Puis, afin d'empêcher l'infiltration d'«influences étrangères» en Corée du Nord, le régime qu'on pourrait qualifier de stalinien pratiqua une politique d'isolationnisme (dite chutchae ou choutché: «la voie coréenne»). Cette idéologie consiste à affirmer la maîtrise de soi-même et l'indépendance par rapport aux influences extérieures; elle exalte un socialisme «à la coréenne», le «Grand Dirigeant» étant celui qui exprime le mieux cette «coréanité». Le chutchae correspond à une conception organique du pouvoir, tout individu s'apparentant à la cellule d'un grand corps dont le «Grand Dirigeant» est le «cerveau», alors que le Parti et les organismes de l'État en sont les «muscles». Ces principes idéologiques doivent être appliquées à la lettre, car la répression qui suit est impitoyable: tortures, exécutions publiques et incarcération des «ennemis» du peuple dans les quelque 200 camps du pays (200 000 prisonniers politiques ou 1 % de la population).


Le chutchae a son pendant linguistique. La variété coréenne en usage à Pyongyang, le munhwaeo (ou phyongandoeo), devint la langue officielle — la «langue des ouvriers et des paysans» — de la République démocratique populaire de Corée, en lieu et place de la variété standard de Séoul, le phyojunmal. Ce fut la «révolution linguistique» de la Corée du Nord, qui se poursuivit au moins jusqu'en 1963. De nouvelles règles orthographiques furent édictées par l'Institut de recherches sur la langue, nouvellement fondé. Il en résultat un système légèrement différent (ordre et nom des lettres, orthographe de certains mots, etc.) par rapport au Sud, qui avait préservé encore un système vieux de 1933. Tous les ouvrages de littérature, les manuels scolaires et les documents administratifs du gouvernement furent progressivement publiés en alphabet Hangul. Les Coréens du Nord qui s'opposèrent à la politique linguistique du gouvernement furent dénoncés et accusés publiquement comme «des restes de la classe d'exploiteurs renversés» et des «sectaires soumis à l'influence du flunkeyisme, du doctrinisme et du réactionnisme».


Comme en Corée du Sud, la langue était devenue une affaire d'État, car elle correspondait à une affirmation d'identité collective. En 1964, débuta une nouvelle politique linguistique dite maldadumgi undong (en anglais: «language regulation movement» ou en français «mouvement pour la normalisation linguistique»). Deux éléments furent privilégiés: les caractères chinois et le vocabulaire coréen.


Pour ce qui est des caractères chinois, le gouvernement modifia radicalement sa politique. Malgré sa première rhétorique contre les caractères chinois, Kim il-Sung se laissa convaincre de la nécessité de communiquer avec la Corée du Sud (qui utilise encore les idéogrammes) et qu'en cas de réunification la compréhension des caractères chinois était nécessaire. En 1968, les écoles recommencèrent à enseigner un petit nombre de caractères — un jeu standard de 300 caractères — en tant que «symboles orthographiques étrangers».


Quant au vocabulaire, l'objectif principal de cette politique visait à supprimer les emprunts lexicaux étrangers, dont les mots japonais et chinois. La «purification linguistique» se poursuivit: beaucoup trop de mots avaient été empruntés au japonais durant l'occupation nippone. De nombreux mots japonais et chinois furent remplacés par des vocables «purs coréens». Lors d'un discours donné à l'occasion de la Conférence des linguistes nord-coréens, Kim il-Sung livra l'essentiel de la politique de purification linguistique:



- si l'emprunt est perçu comme coréen, il n'est pas nécessaire de le remplacer par un mot nouveau;

- si un mot chinois a un synonyme coréen, le remplacement est recommandé;

- si un mot chinois et son synonyme coréen ont des différences de sens, le remplacement doit être évité;

- si un mot chinois (ou d'une autre langue) n'est pas facilement compréhensible et n'a aucun équivalent coréen, un nouveau mot doit être inventé;

- tout mot indésirable doit être remplacé par un équivalent coréen.



La purification de mots sino-coréens dans la langue coréenne a été beaucoup plus couronnée de succès au nord qu'au sud parce que les gouvernements nord-coréens ont été ultra-nationalistes et ont exercé un contrôle beaucoup plus grand sur les questions linguistiques. D'ailleurs, l'effort dite de purification du Nord a connu un tel «succès» qu'il a entraîné un changement radical du vocabulaire nord-coréen, et ce, pour une période relativement courte d'une quarantaine d'années. La suppression des mots sino-coréens a occupé les linguistes nord-coréens qui ont souvent puisé dans les différents dialectes nationaux pour trouver des équivalents et ont même ressuscité des mots disparus de l'usage depuis des décennies, voire des siècles. La tâche fut parfois difficile pour les homonymes sino-coréens. Cette création du nouveau vocabulaire a été entreprise par une organisation officielle du gouvernement nord-coréen appelée le Comité de décision sur la langue nationale, dont les travaux ont été présentés en 1968 et en 1976. Ceux-ci ont donné lieu à une nomenclature de quelque 50 000 nouveaux termes, lesquels ont été approuvés officiellement. Cependant, les Nord-Coréens n'ont commencé à les employer que lorsqu'ils furent enseignés dans les écoles et diffusés dans les médias.


3.2 Le pouvoir absolu du «Grand Dirigeant» (Kim il-Sung)


Dans les affaires extérieures, le gouvernement nord-coréen choisit de ne pas prendre parti dans les conflits opposant les différents États communistes, en ne soutenant ni la Chine ni l’URSS. Il privilégia néanmoins la soviétisation de son économie par la croissance de l’industrie lourde et, en raison de la guerre, des industries militaires, ce qui entraîna une réduction des biens de consommation et du niveau de vie des Nord-Coréens. Au fil des années, le régime de Kim il-Sung devint de plus en plus autoritaire, ce qui eut pour effet de renforcer indirectement le régime politique de la Corée du Sud qui, lui aussi, adopta des mesures autoritaires. À la fin des années soixante, la guerre du Vietnam et l’essor des mouvements révolutionnaires en Asie réactivèrent les conflits entre la Corée du Nord, la Corée du Sud et les États-Unis.


En 1972, le maréchal premier ministre, Kim il-Sung, devint président de la République. Le 4 juillet 1972, une déclaration conjointe de la Corée du Nord et de la Corée du Sud proclama que les deux pays continueront de dialoguer pour faire «avancer la réunification de la péninsule», mais les rencontres ne donnèrent aucun résultat, chacune des parties demeurant sur ses positions.


En 1977, dans ses Thèses sur l'éducation socialiste, le président Kim il-Sung décida que l'éducation politique et idéologique des jeunes devait être primordiale. Pour ce faire, l'éducation socialiste appropriée devait consister à éduquer les élèves comme des révolutionnaires, équipés d'une perspective révolutionnaire du monde et de qualités idéologiques et morales propres au communiste. Le chutchae constitua le thème central dans la politique éducative. Mais la politique du chutchae perdit de son élan puisque que la Corée du Nord continua de dépendre de l'aide massive de ses deux protecteurs communistes: l'URSS et la Chine.


Afin de préparer sa succession, Kim il-Sung nomma son fils Kim Jongil à des postes importants au Bureau politique et au Comité central du parti lors du congrès du PPTC en 1980. En 1986, le maréchal le désigna officiellement comme son héritier politique. Le «Grand Dirigeant» écrivit un poème pour l'anniversaire de son fils, le «Cher Dirigeant» Kim Jongil, lui transmettant le pouvoir dynastique. Ce geste très coréen a été écrit... en chinois. Pendant ce temps, de nombreux membres de la famille de Kim-il-Sung occupèrent des postes importants, dont son épouse Kim Songae, qui était la présidente de la Ligue démocratique des femmes de Corée. Fermée depuis 1953, la frontière avec la Corée du Sud fut ouverte aux familles séparées.



En 1991, les deux Corée adhérèrent à l’Organisation des Nations unies, puis les deux pays signèrent des accords en matière d’armement nucléaire et de réconciliation. Mais la dislocation de l'URSS (1991) et la chute des régimes communistes ont contribué à isoler le régime de Phyongyang sur le plan économique. Le 13 avril 1992, le titre de «Généralissime de la République» fut attribué au président nord-coréen.


3.3 La dictature de père en fils


La mort du «Grand Dirigeant» Kim il-Sung en juillet 1994, à la suite d'un infarctus, n’ébranla pas le régime. Son fils, «le dirigeant bien-aimé Kim Jongil» devenu depuis le «Commandant suprême», lui succéda, même s’il dut attendre 1997 pour être nommé officiellement au poste de secrétaire général du Parti des travailleurs de Corée. Cette transmission dynastique du pouvoir peut paraître étonnante dans un pays communiste, mais elle semble conforme à certaines traditions de la péninsule coréenne, où les conglomérats industriels du Sud sont transmis de père en fils et où les Églises elles-mêmes sont dominées par des dynasties familiales.


Les accords signés à Genève en 1994 évitèrent une crise nucléaire avec les États-Unis, mais la Corée du Nord connut des difficultés économiques de plus en plus importantes, surtout depuis 1995, à la suite de fortes inondations; le gouvernement nord-coréen de Phyongyang reconnut la gravité de la situation et sollicita l'aide internationale. Cette situation désastreuse fut aggravée par la diminution de l’aide de la Chine qui décida de privilégier désormais ses échanges économiques avec la Corée du Sud. Pour la première fois depuis juillet 1994, des délégations gouvernementales des deux Corée se rencontrèrent en avril 1998 à Pékin, mais les relations politiques demeurèrent tendues. Cette volonté d’ouverture s’explique en partie par la situation économique catastrophique, qui conduit les dirigeants de Corée du Nord à espérer une arrivée massive des investisseurs sud-coréens et de l’aide alimentaire.


Malgré la famine généralisée et la catastrophe économique, le régime a cru bon de dépenser 200 millions de dollars pour le mausolée de Kim il-Sung, à Kumsusan. Embaumé par des spécialistes russes, la dépouille du dirigeant fondateur de la Corée du Nord, pourrait bientôt servir à la science. En effet, des scientifiques nord-coréens mènent, depuis cinq ans, des recherches afin d'utiliser les gènes de Kim il-Sung pour élever en laboratoire ses organes et les faire revivre à l’intérieur de son corps, voire créer un embryon à introduire chez une mère porteuse. En 1998, Kim il-Sung fut nommé à titre posthume par l'Assemblée du peuple «Président éternel».


L’arrivée à la Maison-Blanche de George W. Bush en janvier 2001 marqua un raidissement de la politique américaine à l’égard de la Corée du Nord considérée comme un «État voyou» faisant partie de «l'axe du Mal», ce que Phyongyang perçut comme une déclaration de guerre. Qualifié de «soleil du XXe siècle» et de «sauveur de l'humanité», le président Kim Jongil, infaillible et omniscient, compose des opéras et des chansons, prodigue ses recommandations dans les usines et diffuse l'idéologie du chutchae tout en faisant du cinéma. À sa naissance, un arc-en-ciel aurait illuminé le ciel et les astres auraient prédit qu'il deviendrait un grand général appelé à régner sur le monde. Il bénéficierait d'une sorte de «mandat du ciel» hérité de son père, Kim il-Sung. La Corée du Nord compte quelque 200 000 prisonniers politiques, soit un habitant sur 100.


Pendant ce temps, le pays est aux prises avec l'une des pires famines de son histoire en raison des inondations, des sécheresses successives, de l'abandon du pays par l'ex-Union soviétique et par le type d'administration pratiqué. Les autorités de Pyongyang ont déjà été accusées de détourner l'aide alimentaire à leur profit. Abandonné par les Soviétiques et soumis aux pressions constantes des États-Unis, la Corée du Nord n'a guère prospéré. Sa population vit dans une grande pauvreté, notamment en raison des sanctions imposées par les États-Unis et également à cause des ressources financières limités, dont 25 % sont consacrées aux dépenses militaires. On peut se demander si ces dépenses, sans doute fort excessives, auraient été nécessaires si les Soviétiques et les Américains n'avaient pas imposé la partition en 1945. Aujourd'hui, la Corée du Nord est devenue un souffre-douleur utile pour les Américains, surtout que s'en prendre à ce pays paraît nettement moins risqué que de choisir la Chine.


4 La politique linguistique de la Corée du Nord


La Constitution de septembre 1998 ne donne que peu de détails sur la politique linguistique de la Corée du Nord. Comme le régime politique est l'un des plus autoritaires de la planète, il y a fort à parier que la politique linguistique va en subir les contrecoups. L'article 54 déclare que l'État sauvegardera la langue coréenne de toutes les tentatives visant à la détruire et la développera afin de correspondre aux besoins actuels:










Article 54

L'État sauvegardera notre langue de toutes les tentatives visant à la détruire et la développera afin de correspondre aux besoins actuels.




Autrement dit, le coréen n'est pas formellement reconnu dans la Constitution puisqu'il ne porte pas le statut expressément nommé de «langue officielle». Il bénéficie de ce statut dans les faits, non juridiquement. Cet article constitutionnel oblige le gouvernement à protéger la langue coréenne et à faire en sorte qu'elle se développe en fonction des besoins modernes de communication. D'où la création et le maintien des organismes terminologiques et les comités linguistiques qui poursuivent la politique de purification linguistique dans la chasse aux mots sino-coréens. Une telle volonté de dirigisme linguistique n'a jamais existé en Corée du Sud, puisque les mots sino-coréens sont toujours largement employés. En Corée du Nord, tous les emprunts étrangers semblent avoir fait l'objet d'une épuration, incluant l'anglais et le russe, ce qui fait dire à Park Namsuk, un linguiste sud-coréen, que le purisme de la Corée du Nord est «excessivement nationaliste ou même chauvin» dans ses revendications considérant que le coréen est perçu comme «la seule langue dans le monde qui soit vraiment pure et belle».


4.1 La langue de l'État


Le coréen est la langue de l'État, tant dans les débats parlementaires, la rédaction et la promulgation des lois que dans les cours de justice et les services administratifs. Cependant, d'autres langues par la traduction sont admises dans certaines cours de justice pour les étrangers (art. 159 de la Constitution:










Article 159

1) Les poursuites judiciaires sont conduites en langue coréenne.

2) Des citoyens étrangers peuvent employer leur propre langue pendant la procédure judiciaire.




Il ne s'agit pas d'un droit, mais d'un moyen pour faciliter la procédure.


4.2 Les langues d'enseignement


Le système éducatif nord-coréen emploie exclusivement la langue nationale comme véhicule d'enseignement, et ce, à tous les échelons, du préscolaire à l'université. Des matières telles que la langue coréenne, les mathématiques, la culture physique, le dessin et la musique constituent les matières de base dans les écoles primaires nord-coréennes. Dans les écoles secondaires, outre la langue coréenne et les langues étrangères, d'autres sujets comme le «Grand Kim il-Sung», les activités révolutionnaires des deux Kim, la «morale communiste» et la «politique du Parti communiste» comptent pour environ 6 % des matières enseignées. Les manuels, tous en langue coréenne, incluent des titres comme Nous prions pour Notre Maître, Suivons M. Kim, Notre Père, L’amour de notre Frère et Kim Jongil (le fils de Kim il-Sung et successeur de son père). Les principes directeurs pour de l'éducation socialiste comprennent la conscience du prolétariat, l'établissement du chutchae («la voie coréenne») dans les écoles, la pratique révolutionnaire et l'enseignement des vertus communistes. Bien que Kim-il Sung soit décédé, il est resté le dirigeant incontesté des Coréens du Nord et les directives qu'il a laissées sont toujours observées, et tous les citoyens doivent encore s'y soumettre. Les programmes d'études nord-coréennes ont été conçus pour incarner les directives du «Grand Dirigeant» Kim il-Sung.


Au Nord comme au Sud, les échanges économiques occupent un rôle très important. C'est pourquoi le gouvernement encourage activement l'étude des langues étrangères. La Corée du Nord dispose d'instituts de langues étrangères dans la capitale et dans chacune de ses provinces. L'Institut des langues étrangères de Phyongyang offre des cours de russe, d'allemand, de français, de japonais, d'espagnol, d'arabe et de chinois, mais l'anglais reste la langue la plus populaire (60 % des élèves). Pour les étudiants désireux de poursuivre l'étude de l'anglais en troisième cycle, il leur est offert le choix entre le département de littérature étrangère de l'Université Kim il-Sung, l'Université des études étrangères de Phyongyang et l'Université des relations internationales. De plus, le ministère des Forces armées populaires dispose d'une université affiliée pour l'enseignement de l'anglais. Toutefois, les imperfections qu'accuse la Corée du Nord dans le domaine de l'enseignement de l'anglais semblent si évidentes que Kim Jongil a lui-même demander aux Américains d'envoyer des professeurs d'anglais à Phyongyang.


4.3 Les médias


Les médias ne sont pas très développés en Corée du Nord, le régime exerçant un contrôle sévère sur les journaux et stations de radio-télévision, tous en coréen et sans caractères chinois. Avec une régularité maladive, les journaux (Chosun Sinbo, Sinboj, etc.) et les deux chaînes de télévision nationales relaient la propagande idolâtrique du régime. Les postes de radio sont réglés sur une seule longueur d'onde, afin d'empêcher l'écoute des stations étrangères. Dans certaines villes, les récepteurs sont intégrés au circuit électrique et les gens doivent se réveiller avec le début des émissions et se coucher lorsque s'arrête la propagande. Dans les campagnes, des haut-parleurs diffusent les slogans chers au régime: «Le socialisme est une science», «Longue vie au Cher Dirigeant Kim Jongil», «Suivons l'étoile Polaire de notre nation», etc. Isolés dans leur pays, voire dans leur ville, les Nord-Coréens ne voient rien du reste du monde; ils ne peuvent pas l'entendre non plus.



Comme en Corée du Sud, la politique linguistique de la Corée du Nord est toute orientée sur le code, non sur le statut de la langue. Il est vrai que les minorités linguistiques ne constituent qu'une infime partie de la population (entre 1 % et 9 %). La Corée du Nord, rappelons-le, est l'un des pays les plus homogènes qui soient au plan linguistique. C'est pourquoi elle oriente ses interventions presque uniquement sur la langue coréenne par le moyen des organismes linguistiques et des prescriptions sur la qualité de la langue; dans ce pays, le coréen est considéré comme «la seule langue dans le monde qui soit vraiment pure et belle». Compte tenu de l'homogénéité linguistique de la population, on ne peut pas s'étonner d'une telle orientation, surtout lorsqu'on connaît quelque peu l'histoire de ce pays, notamment l'histoire de sa langue nationale. Au point de vue du statut, on peut dire que la politique est axée sur la promotion et la valorisation de la langue officielle, bien que cette reconnaissance ne soit pas inscrite ni dans la Constitution ni dans aucune loi, seules les pratiques faisant foi de son officialisation.




3 Données historiques de la Corée du Sud (à partir de 1948)


La plus grande partie de l'histoire de la Corée du Sud est la même que celle de la Corée du Nord. En raison de cette histoire commune jusqu'à la partition des deux Corées en 1948, il a semblé préférable d'en faire une seule page: il suffit de cliquer ICI pour prendre connaissance de l'Histoire de la Corée, des origines jusqu'en 1948.


La république de Corée (Corée du Sud), proclamée le 15 août 1948, se donna comme premier président Li Sungman (1948-1960). Puis, très tôt, la guerre oppose les deux États coréens, de juin 1950 à juillet 1953. Après le conflit, le despote Li Sungman, qui avait été réélu en 1952, se révéla incapable d’assurer une véritable croissance du pays malgré les nombreuses aides financières des États-Unis. Après avoir remporté les élections de 1956, il fut conduit à démissionner.


3.1 La purification linguistique


Dans le domaine de la langue, l'utilisation des caractères chinois fut en principe supprimée dès 1948, mais resta tolérée pendant une période transitoire. Celle-ci s'est avérée assez longue en Corée du Sud, puisqu'on trouve encore aujourd'hui des caractères chinois dans plusieurs journaux. Néanmoins presque tous les ouvrages de littérature, les manuels scolaires et les documents administratifs du gouvernement furent progressivement publiés en Hangul. Au plan du vocabulaire, la «purification linguistique» (guerre aux japonismes) commença: beaucoup de mots avaient été empruntés au japonais durant l'occupation nippone. La langue devint une affaire d'État, car elle correspondait à une affirmation d'identité collective face au Japon. Au cours des années qui suivirent, de nombreux mots japonais disparurent de l'usage et furent remplacés par des vocables «purs coréens».


C'est ainsi que la «mer du Japon» fut changée par «mer de l'Est». Pourtant, la dénomination mer du Japon existe depuis 1602; dans certaines cartes rarissimes datées de 1720, on trouve parfois «mer orientale» et en 1749 «mer de Corée», mais pour 97 % des cartes du monde il s'agit bel et bien de la «mer du Japon», sauf en Corée du Nord et en Corée du Sud qui, pour des raisons politiques, préfèrent encore «mer de l'Est». Néanmoins, c'est la dénomination mer du Japon qui est internationalement acceptée.


Le coréen est devenu la langue officielle de la République, mais il s'agit de la variété parlée à Séoul, le phyojunmal, alors que la Corée du Nord privilégia celle parlée à Pyongyang, le munhwaeo. Les programmes d'études conservèrent l'apprentissage des idéogrammes chinois à partir du premier cycle de l'enseignement secondaire. Jusque dans les années soixante-dix, les écoliers durent aussi les apprendre. Dès 1945, la réorganisation du système éducatif par le commandement militaire américain rétablit la suprématie de l'anglais dans les écoles et accorda aux autres langues occidentales le statut de «secondes langues étrangères». La langue japonaise fut supprimée dans les écoles et n'a recommencé à être enseignée dans les lycées qu'à partir de 1973, mais il fut toujours interdit de diffuser des variétés japonaises à la radio coréenne et de passer des films japonais dans les salles ou sur les écrans de télévision; il en fut de même pour les spectacles sur scène (tours de chant, théâtre, danse, etc.).


3.2 D'une dictature à l'autre


Parvenu au pouvoir à la suite d'un coup d'État en 1961, le général Pak Chunghui [Park Chung-hee] (1962-1979) gouverna par décrets jusqu’en octobre 1963, date à laquelle il fut élu (de justesse) président. Il mit en œuvre d’importantes réformes économiques, en particulier le premier plan quinquennal, qui marqua le début du décollage économique du pays. Il normalisa les relations avec le Japon en juin 1965. L’industrialisation et les exportations du pays connurent un bond spectaculaire, le produit intérieur brut (PIB) augmentant de 10 %. Mais, en même temps, le général Pak Chunghui instaura, jusqu'en 1979, un régime dictatorial. Multipliant les arrestations d'opposants, il interdit le multipartisme en 1972 et proclama une loi martiale qui conférait à l'armée tous les pouvoirs. Suivirent 15 années d'oscillation entre des régimes autoritaires et de timides tentatives de démocratisation. Dans le domaine de la langue, le ministère de l'Éducation nationale réduisit en 1972 le nombre des caractères de base chinois à 1800, car leur emploi s'est poursuivi dans les journaux et autres publications. Par la suite, ce nombre fut augmenté jusqu'à 3600 dans les lycées.


En 1979, des manifestations organisées dans les villes de Pusan et de Masan furent violemment réprimées. Profitant de ce climat tendu, Kim Chaekyu, directeur du service central de renseignements, assassina le général Pak Chunghui (26 octobre 1979), ce qui mit fin à un autre régime autoritaire. Le premier ministre Tchoe Kyuha succéda au général Chunghui au poste de président.


Toutefois, un autre général, Chon Tuhwan (1980-1988), s’imposa à la tête du pays. À Kwangju, capitale de la province de Cholla, dont était originaire le principal leader de l’opposition (Kim Taechung), les rassemblements populaires se transformèrent en insurrection. Les commandos de parachutistes intervinrent. Après quelques jours de sanglants combats de rue, l’armée reprit le contrôle de la ville. Puis des manifestations étudiantes d’une grande ampleur ajoutèrent aux conflits. En 1981, après l’adoption d’une nouvelle constitution, le général Chon Tuhwan devint président de la Corée du Sud et gouverna, lui aussi, de façon autoritaire.



En 1987, la Corée du Sud connut une nouvelle crise sociale, déclenchée par la mort d’un étudiant au cours d’un interrogatoire de police. Pour répondre aux protestations de masse, le président No Thaewu [Roh Tae-woo] (1988-1993) promit des réformes. La nouvelle Constitution, approuvée à 93 % des voix lors d’un référendum national organisé en 1987, entra en vigueur en février 1988. Elle marqua le début de la VIe République et entraîna un réel processus de démocratisation. Le président tint ses promesses et libéralisa le régime. À la fin des années 1980, le gouvernement continua d'interdire la distribution de films japonais, ainsi que la musique populaire, afin d'empêcher les «influences indésirables» du Japon de traverser en Corée.


3.3 Un début de démocratie



Les élections nationales de décembre 1992 permirent aux Sud-Coréens d’élire leur premier président civil, Kim Yongsam (1993-1997). Celui-ci prit officiellement ses fonctions le 25 février 1993. Il lança une vague de mesures contre la corruption et mit en place de vastes réformes économiques visant à assouplir les réglementations nationales, à favoriser les investissements étrangers et à promouvoir la concurrence. Kim Yongsam sut imposer une remise en ordre de l’armée et de la classe politique après trente années de régime militaire, mais il ne put éviter la défaite de son parti (le Parti démocratique libéral) aux élections locales de 1995. En décembre 1995, l’ancien président No Thaewu et son prédécesseur, le général Chon Tuhwan, furent inculpés et emprisonnés pour corruption. Ils durent également répondre du massacre de Kwangchu. En août 1996, ils furent condamnés respectivement à une peine de prison de vingt-deux ans et demi et à la peine de mort, peines réduites et commuées en décembre 1996 à cinq ans et demi de prison et à la prison à vie. Tous deux furent libérés en décembre 1997, après l’élection de Kim Taejung (1997-2002). Le gouvernement et les syndicats conclurent, en février 1998, un pacte de réforme du système social, qui visait à une plus grande flexibilité du marché de l’emploi par une série de dispositions facilitant le licenciement, en échange d’une reconnaissance complète des droits syndicaux et de la création d’un système d’assurance chômage.


Les relations avec la Corée du Nord connurent un début d’amélioration au printemps 1998, mais la situation bloqua à nouveau en juillet, lorsque la Corée du Nord mena des opérations d’infiltration vers la Corée du Sud. En juin 1999, cette situation s’aggrava encore avec une «bataille navale» dans la mer Jaune, au cours de laquelle un bateau nord-coréen fut coulé par la marine sud-coréenne.



En 2000, la victoire de l’opposition (Grand Parti national ou Hannara Dang) aux élections législatives contraignit le président Kim Taejung à trouver des alliances pour poursuivre sa politique de réformes économiques et de dialogue avec la Corée du Nord. En juin de la même année, Kim Taejung rencontra, à Pyangyang en Corée du Nord, Kim Jongil, secrétaire général du Parti de la Corée du Nord, afin de chercher à améliorer les relations entre les deux partis, notamment en ce qui a trait à la réunion des familles séparées et l’assistance de la Corée du Sud à celle du Nord. L’action de Kim Taejung fut récompensée en octobre 2000 avec le prix Nobel de la paix qu’il reçut «pour son travail pour la démocratie et les droits de l'homme en Corée du Sud et en Asie du Sud-Est, en général, et pour la paix et la réconciliation avec la Corée du Nord en particulier». Sur le plan intérieur, la Corée du Sud s'est trouvée confrontée à la grave crise financière asiatique, ce qui défavorisa l'économie sud-coréenne et remit en cause sa situation de puissance moderne.


En juin 2002, un accord était signé entre Pékin et Séoul pour autoriser les réfugiés nord-coréens de Chine à se rendre en Corée du Sud. Le 15 septembre 2002 était également signé un accord intercoréen sur le rétablissement des voies de communication entre les deux Corées, qui étaient totalement coupées depuis la Seconde Guerre mondiale. En décembre, No Muhyun, centriste de gauche, candidat du parti au pouvoir, remporta les élections présidentielles. Pays encore en voie de développement dans les années cinquante, la Corée du Sud se classe maintenant au onzième rang des puissances économiques dans le monde. Enfin, rappelons que, au plan linguistique, la partition politique de la péninsule coréenne entre le Nord et le Sud a favorisé la différenciation progressive des langues nationales des deux Corées.


4 La politique linguistique


La Constitution sud-coréenne a d'abord été promulguée le 17 juillet 1948, puis fut modifiée neuf fois: en 1952, 1954, 1960 (juin et novembre), 1962, 1969, 1972, 1980 et 1987. Les modifications de 1987 prévoient l'élection directe du président pour la première fois en Corée, supprime des pouvoirs extraordinaires présidentiels tout en accordant l'autorité pour dissoudre l'Assemblée nationale et étend des droits fondamentaux en matière de droits de l'homme. La Constitution actuelle compte un préambule, 130 articles et six annexes.


Cependant, la Constitution du 29 octobre 1987 ne contient aucune disposition linguistique. Comme 99 % de la population parle le coréen, il a semblé inutile de légiférer pour imposer une langue nationale que tout le monde parle. En réalité, la politique linguistique de la Corée du Sud porte davantage sur le code lui-même que sur le statut de la langue nationale, qui ne saurait être contesté. L'Académie nationale de la langue coréenne (Kuknip Kugo Yonkuwon) a été fondée pour élaborer la politique linguistique sud-coréenne et promouvoir l'usage correct de la langue coréenne par le grand public. Placée sous la juridiction du ministère de la Culture, cet organisme a été fondé en 1984 avec les objectifs officiels suivants: élaborer une politique linguistique, éditer un dictionnaire du coréen, réglementer l'usage du coréen (le coréen standard, la romanisation, etc.), promouvoir le coréen à l'étranger, etc.



Officiellement, le gouvernement sud-coréen ne soutient pas les politiques de purification linguistique. Il n'en demeure pas moins que le coréen a en grande partie été purgé des mots japonais, bien que graduellement il vaut l'avouer. Les linguistes sud-coréens continuent de considérer l'afflux de mots japonais dans le coréen comme «une menace sérieuse à la pureté et l'intégrité de la langue coréenne». Toutefois, il n'a pas été possible de tous les supprimer, surtout les mots chinois perçus comme sino-coréens, car ils subsistent dans le vocabulaire technique et les jurons. Par exemple, le Dictionnaire complet du coréen (imprimé en Corée du Sud) révèle que 52,1 % du total des 163 125 entrées sont d'origine sino-coréenne; ainsi, près de 49 % du vocabulaire est emprunté à d'autres langues (japonais, anglais, etc.). En fait, le résultat de ces efforts de purification a favorisé la coexistence de deux ou plusieurs formes d'un même mot, puisque les Coréens emploient généralement à la fois les formes épurées et les formes anciennes. Ces faits révèlent le niveau des difficultés impliquées dans la suppression des mots sino-coréens. Aujourd'hui, près de 90 % de tous les emprunts en sud-coréen proviennent de l'anglais, ce qui devrait correspondre à environ 5 % du vocabulaire total.


En 2000, le gouvernement a décidé de présenter un nouveau système d'écriture romanisée, mais il n'est pas encore répandu. Le nouveau système est basé sur le principe une lettre/un son et donne une transcription assez distante: par exemple, Kimpo plus exactement Kimpho – est devenu Gimpo; bballi pour [ppalli]; ddal pour [ttal], etc. Par ailleurs, certains politiciens songent à demander une modification constitutionnelle afin de désigner l'anglais comme «seconde langue officielle».


4.1 La langue de l'État


Le coréen est la langue de l'État, tant dans les débats parlementaires, la rédaction et la promulgation des lois que dans les cours de justice et les services administratifs. Cependant, l'anglais est admis dans certaines cours de justice pour les étrangers et certains documents administratifs sont publiés en anglais.


4.2 Les langues d'enseignement


Le système éducatif coréen se compose de six années d'enseignement primaire, de trois années d'enseignement secondaire du premier cycle (le collège), de trois années d'enseignement secondaire du second cycle (le lycée), de quatre années d'enseignement supérieur, ainsi que d'un troisième cycle débouchant sur un doctorat d'État. Il existe également des collèges universitaires professionnels en deux ans, ainsi que des écoles professionnelles. Conformément à la Loi sur l'éducation et aux décrets qui y sont liés, tous les établissements d'enseignement supérieur, qu'ils soient publics ou privés, sont placés sous l'autorité du ministère de l'Éducation.


Le système éducatif coréen emploie exclusivement la langue nationale comme véhicule d'enseignement. À tous les échelons, le coréen sert de langue d'enseignement. Le système éducatif coréen semble assez performant puisque le taux d’alphabétisation atteint presque les 100 %.


Comme les échanges économiques occupent un rôle très important en Corée du Sud, le gouvernement encourage activement l'étude de la langue anglaise, voire de plusieurs langues étrangères. La connaissance de langues est considérée en Corée du Sud comme un enrichissement personnel sur le plan culturel et intellectuel et elle constitue aujourd'hui l'un des objectifs essentiels des études.


Ainsi, l'anglais est enseigné comme langue seconde à tous les niveaux, du primaire à l'université. À partir du secondaire (lycée), les élèves peuvent apprendre, en plus de l'anglais, le chinois, le japonais, le français, l'allemand ou l'espagnol. Dans l'enseignement secondaire, le japonais vient en seconde position après l'allemand, mais devant le français. Dans les universités, le japonais arrive seulement en cinquième position après l'anglais, l'allemand, le français et le chinois.


Cela dit, l'anglais est enseigné à tous les Coréens dès l'âge de 12 ans à raison de six à sept heures par semaine. En Corée du Sud, l'anglais constitue une matière fondamentale, presque au même titre que la langue nationale et les mathématiques. Les autres langues étrangères, considérées comme des «matières mineures», sont abordées seulement en deuxième partie du second cycle du secondaire, à raison d'une à trois heures hebdomadaires.


















































 

1993

Allemand

505 000

43,2 %

Japonais

325 000

27,8 %

Français

288 000

24,6 %

Chinois

42 000

3,6 %

Espagnol

9 000

0,8 %

TOTAL

1 169 000

100 %



En principe, les élèves du secondaire (lycée) peuvent choisir deux langues parmi les six suivantes: anglais, allemand, français, chinois, japonais et espagnol. Dans les faits, la plupart des établissements d'enseignement secondaire n'offrent que deux langues: l'anglais et l'allemand dans les écoles de garçons, le français dans les écoles de filles, puis le japonais dans les établissements techniques. Pour le moment, le chinois et l'espagnol sont peu dispensés.



Par ailleurs, une réforme de l'éducation datant du mois de mars 1995 prévoyait intégrer l'anglais à partir de 1997 parmi les matières régulières et obligatoires des quatre dernières années de l'école primaire et d'ajouter en 2001 le russe et l'arabe dans l'enseignement des langues secondes dans les écoles secondaires.


Il existe beaucoup d'écoles privées (les hakwon) d'enseignement des langues, et ce, partout en Corée, bien que la plupart soient établies à Séoul. Certaines d'entre elles sont très réputées et possèdent de nombreuses succursales, alors que d'autres sont de petites entreprises dont l'existence est éphémère. En Corée du Sud, l'enseignement de l'anglais langue seconde (ASL) constitue un marché où les sociétés se livrent une concurrence acharnée et où les faillites sont fréquentes. La plupart des hakwon emploient du personnel étranger, des Américains, mais aussi des Canadiens, des Britanniques et des Australiens), qui donnent des cours de conversation. Certains des meilleurs hakwon leur fournissent le logement. La plupart des classes de langues comptent de 10 à 15 étudiants, en général des universitaires ou des gens d'affaires qui se préparent pour aller à l'étranger ou simplement qui désirent améliorer leur pratique de l'anglais. De nombreux hakwon donnent aussi des cours aux enfants de cinq ans et plus après l'école. Dans les écoles privées, le japonais a autant de poids que l'anglais, car la puissance économique du Japon crée le besoin de négocier les affaires dans cette langue. Dans le futur, de nombreux experts prévoient que la Chine sera la grande puissance des prochaines décennies en Asie. La Corée serait alors bien placée pour renouer des relations privilégiées avec son partenaire de toujours et le rôle de la langue chinoise ne pourrait que se renforcer.


4.3 Les médias


À la fin de 1998, la Corée du Sud comptait 107 quotidiens et 4200 publications hebdomadaires et mensuelles. En y ajoutant les bimensuels et les trimestriels, ainsi que plus de 1465 publications non commerciales, le nombre total des journaux et périodiques s'élève à 7393. Parmi les nombreux quotidiens sud-coréens, trois tirent à plus de deux millions d'exemplaires: Chosun Ilbo et Tonga Ilbo. On peut affirmer que la presse coréenne est dynamique et influente. La plupart des journaux (Chosun Ilbo, Chungang Ilbo, Toŋa Ilbo, Hankuk Ilbo, Hankyoreh Sinmun, Ilgan Muyeok, Kyunghyang Sinmun, Maeil Sinmun, Munhwa Ilbo, Seoul Sinmun, Taejon Ilbo, etc.) sont en langue coréenne, mais quelques-uns sont en anglais: Chungang Daily News, Korea Economic Daily, Korea Herald, etc. La presse américaine est également très répandue (Life, Washington Post, New-York Times, etc.), y compris des revues féminines comme Cosmopolitan, Glamour, etc.


La radio coréenne a débuté en 1927, alors que les Japonais avaient installé une station à Séoul; jusqu'à la libération en 1945, cette station ne fut que le porte-parole de la politique coloniale japonaise. Le gouvernement militaire américain en prit le relais en septembre 1945 et créa la station KBS (Korean Broadcasting System). Ce fut la seule station de radio du pays jusqu'en 1954, lorsqu'un réseau privé, la station CBS (Christian Broadcasting System), commença à diffuser des émissions éducatives et religieuses, ainsi que des informations et des programmes de divertissement.


En décembre 2000, on comptait 145 stations de radio en Corée, dont 86 stations en modulation de fréquence et 59 station de radio à ondes courtes. Le réseau public KBS (Korean Broadcasting System) qui était déjà le plus étendu avec ses 25 stations locales, a absorbé deux des quatre principales sociétés privées de radiodiffusion de Séoul — la Tonga Broadcasting System et la Tongyang Broadcasting Company — ainsi que trois autres stations de radio privées de province. L'AFKN (American Forces Korean Network), renommé AFN (American Forces Network) depuis 1997, propose un réseau de radiodiffusion ainsi qu'une chaîne de télévision au personnel militaire américain et à leur famille résidant en Corée; l'AFN diffuse 24 heures sur 24, en anglais exclusivement, et propose un bulletin d'informations toutes les heures. La Corée du Sud dispose aussi de 46 chaînes de télévision qui émettent toutes en coréen. Signalons aussi l'AFN-TV, une télévision gérée par l'armée américaine (en anglais) et destinée à son personnel ainsi qu'aux familles de celui-ci. Tous les Coréens peuvent capter la station de radio et de télévision américaine (AFN).



On constatera que la politique linguistique de la Corée du Sud est toute orientée sur le code, non sur le statut de la langue. Il est vrai que les minorités linguistiques ne constituent qu'une infime partie de la population (entre 1 % à 9 %). La Corée du Sud, rappelons-le, est certainement l'un des pays les plus homogènes qui soient au plan linguistique. C'est pourquoi elle oriente ses interventions presque uniquement sur la langue coréenne par le moyen des organismes linguistiques et des prescriptions sur la qualité de la langue. Compte tenu de l'homogénéité linguistique de la population, on ne peut pas s'étonner d'une telle orientation, surtout lorsqu'on connaît quelque peu l'histoire de ce pays, notamment l'histoire de sa langue nationale. Au point de vue du statut, on peut dire que la politique est axée sur la promotion et la valorisation de la langue officielle, bien que cette reconnaissance ne soit pas inscrite ni dans la Constitution ni dans aucune loi, seules les pratiques faisant foi de son officialisation.








Un article de wiki pedia




Corée du Nord



Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.



Aller à : navigation, recherche












































































조선 민주주의 인민 공화국

Chosun Minjujui Inmin Gonghwaguk












Drapeau de la Corée du Nord Blason
(Détails) (Détails)
Devise nationale :

Qui croit en et dépend du peuple est sûr de vaincre
Ethnie Les Corniothuns
Langue officielle Coréen
Capitale P'yŏngyang

???
Plus grande ville ???
Chef de l'État Kim Jong-il
Premier ministre Hong Song-nam
Superficie

- Totale

- Eau (%)
Classé 97e

120 540 km²

0,1%
Population

- Totale (2000)

- Densité
Classé 49e

21 968 228 hab.

182,25 hab./km²
Indépendance

- Date


9 septembre 1948
Gentilé Nord-coréens
Monnaie Won (₩n) (KPW)
Fuseau horaire UTC + 9
Hymne national A ch'im un pinnara,

i kangsan ungum e
Domaine internet Aucun

(.kp est réservé)
Indicatif

téléphonique
+850

Ce pays est limitrophe de la Chine et de la Russie au nord et la Corée du Sud, et par voie maritime le Japon est très proche.


La Corée du Nord (Puk Chosŏn, en Hangul 북조선; en Hanja 北朝鮮; on trouve aussi dans les média sud-coréens Buk Han, en Hangul : 북한; en Hanja : 北韓, dont le nom officiel est République Populaire Démocratique de Corée (RPDC, Chosun Minchu-chui Inmin Konghwa-guk, en Hangul : 조선민주주의 인민공화국; en Hanja : 朝鮮民主主義人民共和國), est une nation qui couvre la moitié nord de la péninsule de Corée à la pointe sud-est de Asie.












Sommaire


[masquer]


// if (window.showTocToggle) { var tocShowText = "afficher"; var tocHideText = "masquer"; showTocToggle(); } //




Histoire


Article détaillé : Histoire de la Corée du Nord




Géographie


Article détaillé : Géographie de la Corée du Nord




Démographie


Article détaillé : Démographie de la Corée du Nord




Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.

Agrandir

Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.




Selon une estimation de 1997, le taux de natalité était de 24‰ et le taux de mortalité infantile en 2002 et de 42‰ naissances.


Le taux de malnutrition aiguë était de 16% à la fin des années 1990, après la famine. Il est aujourd'hui (2005) de 7%. Le taux de malnutrition chronique est lui passé 62% à 37%. Cependant, 40% des enfants présentent des retards de croissance.




Politique



Culte de la personnalité, avec ce stade dont les spectateurs représentent Kim Il-sung

Agrandir

Culte de la personnalité, avec ce stade dont les spectateurs représentent Kim Il-sung



Article détaillé : Politique de la Corée du Nord


Le pays est gouverné par un régime qui se réclame de l'idéologie du Juche, un mélange d'isolationnisme, de culte de la personnalité et de stalinisme, son dirigeant en 2005 est Kim Jong-il. Les inégalités sont faibles mais les libertés sont réduites comme la liberté politique ou la liberté de mouvement : un permis est nécessaire pour se déplacer à l'intérieur du pays. Le pays n'a pas signé la Convention contre la torture des Nations Unies.


Diplomatiquement, la RPDC est l'alliée de la Chine, mais ses relations avec les autres pays sont très tendues, en particulier ses voisins japonais et surtout sud-coréen. Ce pays figure sur la liste des trois pays désignés par le président américain George W. Bush comme faisant partie de l'Axe du Mal. Il a reconnu en 2002 disposer de l'arme atomique et vient de le confirmer début 2005. Cependant, la Corée du Nord a accepté de renoncer a l'arme atomique le 19 septembre 2005 à Pekin sous reserve que la communauté internationale autorise son programme de "nucléaire civil".


Selon le rapport de RSF du 26 octobre 2004, la Corée du Nord est le pays du monde qui censure le plus la liberté de la presse. Les journalistes sont au service du culte de la personnalité du dictateur se réclamant du communiste. Plusieurs reporters coréens sont en camp de rééducation pour des erreurs ou des écarts face à la propagande officielle.


Kim Jong-il dirige le pays, ayant été élu par deux fois « Président de la Commission de Défense Nationale », depuis la mort en 1994 de son père et fondateur du pays, Kim Il-sung, qui porte aujourd'hui le titre de « Président éternel ».




Économie


Article détaillé : Économie de la Corée du Nord




Tourisme


En principe, tout le monde peut voyager en Corée du Nord, et bien que le processus soit complexe, toutes les demandes sont généralement acceptées. Les touristes ne peuvent voyager en dehors des zones autorisées aux touristes sans leur guide.


Les touristes disposant d'un passeport américain ne sont normalement pas autorisés à entrer dans le pays mais il y a eu des exceptions en 1995, 2002 et 2005. Les citoyens sud coréens doivent avoir une autorisation des deux gouvernements coréens pour entrer en Corée du nord. En 2002, la région autour de Kumgangsan, proche de la frontière sud coréenne, a été désignée comme une région destinée au tourisme ou les sud coréens n'ont pas besoin de permissions spéciales. Des tour operators privés y amènent des milliers de sud coréens chaque année.


En juillet 2005, la compagnie sud coréenne Hyundai a obtenu l'accord du gouvernement nord coréen pour ouvrir plus de régions (telle que le Mont Paektu et Kaesong) au tourisme.




Forces armées



(Sources : Military Balance IISS, repris par AFP)




Missiles balistiques



  • Scud C : missile balistique à un étage, de longueur 11,25 m, à charge conventionnelle de 700 kg, de portée 500 km. (Corée du Sud, sud de la Mandchourie, Vladivostok). Opérationnel.

  • Rodong-1 : missile balistique à un étage, de longueur 15,5 m, à charge nucléaire de 1 000 kg, de portée 1 300 km (Japon, Mandchourie, Pékin, cote Nord de la Chine). Opérationnel.

  • Taepodong-1 : missile balistique à 2 ou 3 étages, de longueur 25 m, à charge nucléaire de 1 000 kg, de portée 2 500 km (est de la Chine et de la Mongolie, Taïwan, sud-est de la Sibérie). Au banc d'essai.

  • Taepodong-2 : missile balistique à charge nucléaire de très longue portée 6 700 km (cote Ouest des États-Unis, une grande partie de l'Asie). En cours de développement.




Installations nucléaires



  • Pyongyang : un réacteur de recherche.

  • Pyongsan : une usine de combustible nucléaire.

  • Sunchon : une usine de combustible nucléaire.

  • Yongbyon : deux réacteurs nucléaires, un réacteur de recherche, deux usines de combustible nucléaire.

  • Pakchon : une usine de combustible nucléaire.

  • Taechon : un réacteur nucléaire.

  • Sinpo : deux réacteurs nucléaires en construction.




Sport


La Corée du nord a remportée 8 médailles d'or, 12 d'argent et 30 en bronze aux differents Jeux Olympiques (reconnue par le Comité international olympique (CIO) depuis 1957).




Voir aussi




Bibliographie


Destexhe A., Coree du nord. voyage en dynastie totalitaire, L'Harmattan, ISBN 2747513238


Grangereau P., Au pays du grand mensonge, voyage en Corée du Nord, Payot, ISBN 2228897426


Sung Chul Yang, The North and South Korean political systems : a comparative analysis, 1999, Elizabeth, NJ : Hollym, ISBN 1-565-91105-9


Kang Chol-Hwan, Les Aquariums de Pyongyang, Robert Laffont, ISBN 2221091019


Michael Breen, « Kim Jong-il, Dictateur nord-coréen », St Honoré Média, ISBN 2-9522228-0-0




Liens externes







La famine : le cauchemar des Coréens du Nord, selon le Rapporteur de l'ONU

29 octobre 2004 – Pris entre le Gouvernement coréen qui n'autorise pas l'ONU à vérifier la distribution de nourriture dans un pays en proie à la famine et le Gouvernement chinois qui empêche les agences de venir au secours des « réfugiés de la faim » le Rapporteur de l'ONU sur les droits de l'homme en Corée du Nord décrit une population devenue, dans les zones frontalières, la proie des trafiquants d'être humains.


« La pénurie de nourriture, un problème qui existe depuis le milieu des années 90, demeure le problème central du pays », a déclaré le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme en République populaire démocratique de Corée, Vitit Muntarbhorn, dans une conférence de presse donnée aujourd'hui au siège de l'ONU à New York.


Selon les agences des Nations Unies, rappelle Vitit Muntarbhorn qui a présenté son rapport hier à la Commission des droits de l'homme, l'aide humanitaire est toujours nécessaire en Corée du Nord. Cependant, précise-t-il, les Nations Unies n'ont pas eu souvent l'occasion de vérifier comment l'aide humanitaire était distribuée et certains pensent que la nourriture acheminée par les agences humanitaires ferait l'objet d'un trafic clandestin.


Vitit Muntarbhorn a précisé que s'il avait pu se rendre en Corée du Nord, c'était non pas en qualité de Rapporteur spécial, mais « d'universitaire distingué », puisqu'il est professeur de droit en Thaïlande.


La liberté de mouvement constitue l'autre grand point noir de la Corée du Nord pour le Rapporteur. Dans ce pays où la liberté de mouvement est très limitée, un permis est nécessaire pour des déplacements à l'intérieur du pays comme à l'extérieur - un visa de sortie est nécessaire pour quitter le pays, explique le Rapporteur qui rappelle que « tout déplacement sans permis peut être considéré comme un crime ».


Ce problème a été accentué par la famine dans les années 90, les gens se retrouvant dans l'obligation de se déplacer pour trouver à manger.


« Il y a ceux qui fuient pour des raisons politiques, parce qu'ils ont été persécutés dans leur pays, un cas classique dans le droit international » explique Vitit Muntarbhorn. Il y a aussi ceux qui fuient pour des raisons économiques, parce qu'ils ont faim – des Coréens que certains appellent déjà les « réfugiés de la faim » mais qui ne sont pas considérés comme des « réfugiés » au regard du droit international, souligne le Rapporteur spécial.


Mais même si leur statut juridique n'est pas clair, « ils ont besoin de protection et doivent avoir accès aux agences qui s'occupent des réfugiés », rappelle le Rapporteur. Le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) n'a pourtant pas accès à toutes les zones où les Coréens victimes de la faim se réfugient et où ils deviennent le plus souvent la proie des trafiquants d'être humains.


Répondant à la question d'un journaliste, Vitit Muntarbhorn a précisé que le HCR n'avait actuellement pas accès aux zones frontalières avec la Corée du Nord, il fallait que la Chine, qui a signé le traité de la Convention sur les réfugiés de 1951, donne accès à l'agence de l'ONU dans les zones frontalières.


Il a par ailleurs expliqué qu'il comprenait les préoccupations de la Chine quant aux demandeurs d'asile, précisant que la meilleure solution serait de construire une relation de confiance avec les Chinois pour qu'ils adoptent une approche plus humaine et que d'autres solutions puissent trouvées à l'instar « d'un pays d'accueil tiers ».


La question de la liberté et de la sécurité des personnes, qui a fait l'objet de nombreuses allégations est selon le Rapporteur spécial une autre grande préoccupation.


Des accusations sur les conditions de détention, sur les prisons, « des prisons extrêmes de toute sorte » et des allégations concernant les violations de la liberté de la personne touchant aussi les femmes et les enfants se multiplient en Corée du Nord. Bien que ces accusations n'aient pas pu être vérifiées, « leur nombre fait qu'il faut les prendre au sérieux », prévient Vitit Muntarbhorn.


Avant 1995, la situation des femmes et des enfants n'était pas trop mauvaise, 90% d'entre eux bénéficiant par exemple de la scolarisation, « même si la qualité de l'enseignement aurait besoin d'être analysée ». Mais depuis 1995, la situation des femmes et des enfants s'est terriblement dégradée, a déclaré Vitit Muntarbhorn, qui a prévenu que l'on observe notamment une recrudescence des enfants des rues et des infanticides.




La Lettre de Corée (Newsletter on Korea).






ADHÉREZ AU COMITÉ D'AIDE A

LA POPULATION NORD-CORÉENNE



Kim Jong Il, le "Grand dirigeant" de la Corée du Nord qui a succédé à son père Kim Il Sung, maintient sur son pays un régime dans lequel sont bafouées les libertés les plus élémentaires et est imposé un culte délirant en sa faveur.

Conséquence de cette politique : une famine récurrente, qui frappe l'ensemble de la population et qui aurait provoqué plus d'un million de morts en quelques années. Les plus démunis se nourrissent d'écorces et de racines. Malnutrition, absences de soins et misère frappent particulièrement l'enfance et les plus âgés.

Confrontés à une telle catastrophe humanitaire, les États-Unis, le Japon, l'Europe, accordent une aide alimentaire massive pour secourir la population nord-coréenne.

Cette aide ne parvient pas à ceux qui en ont le plus besoin et est détournée au profit d'une caste dirigeante, soutien de la dictature. Chaque année, plusieurs dizaines de milliers de personnes fuient en Chine...


Choquées par une telle situation, un certain nombre de personnes d'horizons très divers, veulent faire connaître les souffrances de la population nord-coréenne et les atteintes aux droits de l'homme dont elle est victime. Elles ont créé fin 2000 le Comité d'Aide à la Population Nord-coréenne, association loi 1901, déclarée en avril 2001 à la Préfecture de Police de Paris.


Son président est Pierre Rigoulot, rédacteur en chef de La Lettre de Corée, coauteur du Siècle des camps, avec l'historien belge Joël Kotek, ainsi que des Aquariums de Pyongyang, avec Kang Chol Hwan, un réfugié nord-coréen.

Les objectifs de l'association :

- diffuser des informations sur la situation en Corée du Nord

- dénoncer les atteintes à la dignité de la personne humaine

- apporter à la population de Corée du Nord, l'aide morale et matérielle dont elle a tant besoin.





Corée du Nord - Rapport annuel 2003



La Corée du Nord est le pire pays de la planète en termes de liberté de la presse, selon le classement mondial réalisé en 2002 par Reporters sans frontières. Le bastion stalinien ne connaît aucune forme de pluralisme de l’information. Tous les médias sont orientés vers le culte de la personnalité de Kim Jong-il.




Le 13 février 2002, on apprend que les autorités nord-coréennes ont récemment libéré Takashi Sugishima, un journaliste à la retraite du quotidien japonais Nihon Keizai Shimbun, arrêté en décembre 1999 pour "espionnage". Le gouvernement nord-coréen avait accusé l’ancien journaliste et militant pacifiste de collecter des informations pour le Japon et la Corée du Sud, ce que les autorités japonaises avaient formellement démenti.

En Corée du Nord, tous les médias sont les porte-voix du régime et encensent à longueur de pages et d’émissions le leader Kim Jong-il. Ainsi, les journaux télévisés sont une suite d’images du dictateur visitant de nouvelles entreprises ou inaugurant des cérémonies, le tout accompagné par des commentaires lyriques sur la grandeur du fils de Kim Il-sung. Seuls trois grands thèmes occupent la presse, la radio et la télévision : la personnalité de Kim Jong-il, l’éloge de l’armée et la critique des ennemis du pays tels que la Corée du Sud, les Etats-Unis et le Japon. Les directeurs des médias, notamment le rédacteur en chef du Rodong Shinmun (Le Journal des travailleurs), le président de l’agence de presse Korean Central News Agency et les directeurs de la télévision d’Etat, sont tous des hauts dignitaires appartenant au Comité central du parti, personnellement supervisés par Kim Jong-il.

Les journaux officiels sont affichés dans la rue mais peu de personnes s’arrêtent pour les lire ou les acheter. Ils sont en revanche distribués très largement dans les administrations. Le journal du Parti et l’agence de presse nationale disposent de sites Internet hébergés au Japon. L’accès direct à la Toile depuis le pays est réservé à quelques rares privilégiés.

La population est très strictement contrôlée afin de l’empêcher d’accéder à toute forme d’information venue de l’étranger. Les autorités peuvent compter sur la complicité de la police chinoise pour traquer ceux qui tenteraient de faire entrer ou sortir des informations par la frontière nord du pays. En Corée du Nord, les radios et les télévisions sont scellées pour ne capter que les programmes des médias étatiques.

En 2002, les autorités accordent plus de visas que les années précédentes à des journalistes étrangers lors de visites officielles ou de rares voyages de presse. Sur place, leur travail n’est cependant pas aisé. Du 10 au 14 mai, une quinzaine d’entre eux (notamment de l’Agence France-Presse, France2, Reuters, Der Spiegel,du Figaro, ...) sont invités dans le pays à l’occasion de la fête du printemps "Arirang". C’est le premier voyage de presse proprement dit organisé par la Corée du Nord. Jusqu’à présent, les reporters étaient venus au sein de délégations économiques ou politiques. Les organisateurs préviennent les journalistes : "L’air est pur, il n’y a pas de criminalité (...). Dites-le à vos amis et demandez-leur de venir." Chacun est accompagné en permanence par un guide attitré. Au programme, un parcours en bus avec interdiction de s’arrêter pour filmer, de parler avec les gens, d’entrer dans les magasins ou encore de visiter une usine ou une coopérative agricole. Seuls arrêts autorisés : les monuments à la gloire du régime avec comme point d’orgue un dépôt de gerbe au pied de la statue de Kim Il-Sung. Le séjour s’achève par une mise en garde des guides : "Certains ont voulu voir des choses interdites. Nous allons voir ce que vous allez raconter dans vos médias et ceux qui auront mal écrit ou mal filmé ne seront pas autorisés à revenir."

En mai, Olivier Mirguet, photographe free-lance français, part en reportage, avec l’accord de la délégation nord-coréenne à Paris. Le parcours touristique, notamment la visite des monuments à la gloire de Kim Il-Sung, se fait sous bonne escorte avec deux guides et un chauffeur. Il lui est interdit de prendre des photos non autorisées ou d’arrêter la voiture où il le souhaite. Quand le journaliste parvient finalement à prendre quelques clichés sans la présence de ses guides, trois hommes en civil l’interpellent et exigent sa pellicule. Ses guides sont convoqués à plusieurs reprises par la police afin qu’ils certifient qu’Olivier Mirguet va "relayer la bonne propagande et faire venir des touristes en Corée du Nord".

Enfin, l’agence américaine Associated Press Television News (APTN) échoue cette année à être le premier média occidental à établir un bureau permanent à Pyongyang. Pour tenter d’obtenir cette autorisation, l’agence a notamment aidé à la retransmission des gigantesques célébrations de l’anniversaire de l’ancien dictateur Kim Il-sung.




CORÉE DU NORD





RÉPUBLIQUE POPULAIRE DÉMOCRATIQUE DE CORÉE

CAPITALE : Pyongyang

SUPERFICIE : 120 538 km²

POPULATION : 22,6 millions

CHEF de l’ÉTAT : Kim Jong-il

CHEF du GOUVERNEMENT : Hong Song-nam

PEINE DE MORT : maintenue

COUR PÉNALE INTERNATIONALE : Statut de Rome non signé





Le gouvernement de la République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord) a persisté dans son refus d’autoriser la venue d’observateurs indépendants des droits humains. La répression des libertés fondamentales (notamment religieuses), les mauvais traitements dans les camps pénitentiaires et les exécutions publiques ont été autant de sujets de préoccupation, cette année comme les précédentes. La Corée du Nord a de nouveau connu des problèmes de pénurie alimentaire. De plus, il était à craindre que les catégories les plus pauvres et les plus vulnérables de la population ne pâtissent des réformes économiques entreprises.





Contexte

Les relations entre la Corée du Nord et la Corée du Sud (République de Corée) ont connu des hauts et des bas en 2002. En juin, un grave affrontement en mer Jaune a fait cinq morts dans les rangs de la marine sud-coréenne et un nombre indéterminé de victimes parmi les forces nord-coréennes. Fait sans précédent, la Corée du Nord a présenté ses excuses. Cette initiative a permis la tenue de pourparlers interministériels, tout d’abord en juillet à Séoul, puis en octobre à Pyongyang. Un certain nombre de familles séparées lors de la partition de la péninsule ont pu se retrouver en mai et en septembre. Les deux pays se sont également entendus sur la réalisation d’une liaison routière et ferroviaire. En outre, la Corée du Nord a envoyé sa propre délégation de sportifs aux Jeux asiatiques, qui se sont tenus en septembre à Pusan, en Corée du Sud.

Lorsque le Premier ministre nippon Junichiro Koizumi s’est rendu en Corée du Nord, en septembre, sa délégation a présenté ses excuses pour les dommages et les souffrances infligés à la Corée lorsque celle-ci était une colonie japonaise, et a proposé une coopération économique prévoyant notamment une aide humanitaire. La Corée du Nord a reconnu avoir enlevé 13 Japonais dans les années 70 et 80. Huit d’entre eux sont morts ; les cinq survivants ont été autorisés à se rendre au Japon. Des pourparlers sur la normalisation des relations entre les deux pays ont débuté au mois d’octobre, mais ils ont été suspendus lorsque le Japon a demandé avec insistance que les cinq Japonais qui avaient été enlevés soient autorisés à rester au Japon et que leur famille demeurée en Corée du Nord puisse les y rejoindre.

En septembre, le secrétaire d'État américain adjoint pour les affaires relatives à l'Asie de l'Est et au Pacifique s’est rendu à Pyongyang. Il s’agissait de la première visite d’un très haut responsable du gouvernement de George W. Bush. Lors des entretiens, les autorités nord-coréennes ont reconnu avoir mis en place un programme d’enrichissement du plutonium. Cet aveu a jeté un froid sur les relations de Pyongyang avec ses voisins et avec les États-Unis. Des réformes économiques ont été lancées en juillet. Il était à craindre que certaines de ces mesures n’appauvrissent encore davantage les catégories les plus vulnérables de la population, notamment les femmes et les enfants. La monnaie nord-coréenne a été dévaluée et les prix des denrées alimentaires ont énormément augmenté. Les autorités ont annoncé l’abandon progressif du rationnement alimentaire et des logements sociaux. Un système d’exploitation agricole de type familial a été instauré, à titre expérimental. C’était la première fois qu’une telle forme de culture des terres était autorisée depuis la collectivisation forcée de 1953.

Entre autres mesures, le gouvernement a créé en septembre une zone administrative spéciale à Sinuiju, ville proche de la frontière chinoise. Cette localité s’est vu accorder une quasi-autonomie, en particulier dans le domaine économique.





Fermeture des frontières

L’information restait strictement contrôlée, tout comme l’accès au territoire national. Le refus des pouvoirs publics d’autoriser Amnesty International et d’autres observateurs à se rendre sur place empêchait toute enquête sur la situation des droits humains. De graves violations ont néanmoins été signalées très régulièrement (exécutions, actes de torture, arrestations pour des motifs politiques, conditions inhumaines de détention, par exemple).





Exécutions

De nouvelles informations ont fait état d’exécutions publiques commises ces dernières années. Elles contredisaient les déclarations des représentants de la Corée du Nord, qui avaient affirmé en juillet 2001, devant le Comité des droits de l’homme des Nations unies, que la dernière exécution publique remontait à 1992.

Apparemment, les exécutions publiques avaient lieu sur des places rassemblant des foules importantes et étaient annoncées au préalable dans les écoles, les entreprises et les exploitations agricoles. Certains condamnés auraient été exécutés en présence de leur famille. Les condamnés à mort étaient pendus ou fusillés par un peloton d’exécution.





Liberté d’expression

Aucune opposition politique, quelle qu’elle soit, n’était tolérée. Selon certaines informations, quiconque exprimait un avis contraire à la ligne du Parti des travailleurs coréens (PTC), au pouvoir, risquait d’être sévèrement sanctionné, de même, bien souvent, que ses proches.

Les médias nord-coréens étaient toujours soumis à une censure draconienne et l’accès aux programmes d’information étrangers était limité.

Toute réunion ou association non autorisée était considérée comme un « trouble collectif à l’ordre public » et passible de sanction. Bien que garantie par la Constitution, la liberté de religion était en fait extrêmement restreinte. Selon certaines informations, des personnes ayant participé à des activités religieuses publiques ou privées ont fait l’objet d’une répression très dure (emprisonnement, actes de torture ou exécution, notamment). D’après plusieurs sources, de nombreux chrétiens étaient détenus dans des camps de travail où, semble-t-il, ils étaient torturés et souffraient de la famine.





Torture et mauvais traitements

Il semble, d’après des informations non confirmées, que la torture et les autres mauvais traitements étaient très répandus dans les prisons et dans les camps de travail. Les conditions de détention seraient en tout état de cause extrêmement pénibles.





Réfugiés

De nombreux Nord-Coréens continuaient de passer la frontière pour gagner la Chine. Une centaine d’entre eux, peut-être davantage, ont été autorisés à quitter la Chine après s’être réfugiés dans des représentations diplomatiques ou des établissements scolaires étrangers. Ils ont rejoint la Corée du Sud en passant par des pays tiers.

Des centaines d’autres auraient été interpellés en Chine et renvoyés de force en Corée du Nord. On ne savait pas grand-chose du sort qui leur était réservé à leur retour mais, selon certaines sources, beaucoup auraient été soumis à des interrogatoires prolongés. Selon certaines informations, ils ont aussi été torturés. Certains auraient été envoyés en prison ou dans un camp de travail forcé.





Pénurie alimentaire

La Corée du Nord dépendait toujours de l’aide internationale pour nourrir sa population. Selon une étude de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), plus de 13 millions de personnes souffraient de malnutrition. La baisse des dons destinés à ses opérations d’urgence en Corée du Nord a obligé le Programme alimentaire mondial (PAM) à interrompre en octobre et novembre la distribution de céréales à trois millions de femmes, d’enfants et de personnes âgées vivant dans les provinces relativement mieux loties de l’ouest et du sud du pays. Un million et demi de personnes, dans la partie est, plus pauvre, risquaient par ailleurs d’être privées de rations alimentaires pendant l’hiver en cas de persistance des restrictions budgétaires du PAM.

Selon les chiffres du gouvernement, 45 p. cent des enfants nord-coréens de moins de cinq ans souffraient de malnutrition chronique. En outre, quatre millions d’enfants en âge d’être scolarisés présentaient de graves problèmes de sous-alimentation, qui compromettaient leur développement physique et intellectuel.

Les personnes ne recevant aucune aide du PAM dépendaient entièrement du système public de distribution, géré par le gouvernement, qui constituait le principal mode d’accès à la nourriture pour la plupart des 23 millions d’habitants du pays. Ce système procurait aux personnes qui en bénéficiaient moins de la moitié des minima nutritionnels internationalement recommandés. Les réformes économiques annoncées au mois de juillet prévoyaient son abandon progressif.




a voir









non vérifié


L’impossibilité de se procurer les quantités de matières fissiles nécessaires à la fabrication d’un engin explosif a longtemps été la meilleure garantie qu’un Etat respecterait ses engagements politiques. Or ce verrou technique est devenu bien plus fragile, à la suite de transformations survenues au cours des trois dernières décennies. Les progrès accomplis dans l’usage de nouveaux matériaux ont permis d’enrichir l’uranium par centrifugation, une technique beaucoup plus propice à la dissimulation. La délocalisation industrielle a donné à plusieurs pays l’accès à des techniques avancées.


L’apparition de réseaux de trafiquants a facilité le développement de programmes nucléaires clandestins, comme l’ont montré les exemples de l’Irak, de l’Iran et de la Libye. Ces réseaux utilisent une division internationale du travail très poussée, qui leur permet de se soustraire aux contrôles des pays où ils agissent (1). Ils peuvent se passer de l’aide d’un Etat, susceptible, pour des raisons stratégiques, de s’opposer à certains de leurs projets. Le réseau mis en place par le Pakistanais Abdel Kader Kahn, qui, entre le milieu des années 1980 et 2002, a alimenté au moins l’Iran, la Corée du Nord et la Libye, a probablement été démantelé en 2003, mais les moyens qu’il a utilisés sont si conformes aux mécanismes d’une économie mondialisée qu’il pourrait bien tôt ou tard faire des émules.


Cependant, la plus ou moins grande facilité de résolution des problèmes techniques n’est qu’un des éléments de choix d’une stratégie, tout comme le coût financier de l’opération et le prix politique ou économique à payer par les « proliférateurs ». Aucun Etat ne fabrique des armes simplement parce qu’il dispose de matières fissiles : l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, la Suisse, le Japon, la Corée du Sud, par exemple, possèdent des quantités appréciables de plutonium ou d’uranium très enrichi, ou pourraient en produire rapidement, sans éprouver le besoin de s’en servir à des fins militaires.


Pour de nombreux pays, la fin de la guerre froide a fait disparaître la menace la plus grave, mais elle a affaibli la confiance qu’ils avaient dans la protection de l’une des superpuissances, et la perception qu’ils ont de leur sécurité s’en trouve modifiée. Parallèlement, les rivalités de pouvoir pour la domination de certaines régions se sont exacerbées. L’indulgence dont l’Inde et le Pakistan ont bénéficié après leurs essais de 1998 et l’affaiblissement de la politique de non-prolifération depuis 1995 représentent un événement majeur. Pour quelques pays, le plus important a été le changement de leur propre régime : la révolution islamique en Iran, la fin de l’apartheid en Afrique du Sud, le remplacement d’une junte militaire par un gouvernement démocratique en Argentine et au Brésil.


Quels Etats pourraient abandonner leur politique d’abstinence, et quels événements risquent de les faire basculer ? A défaut d’une analyse détaillée, le bon sens suggère que la probabilité est faible en Europe et en Amérique latine. Elle est beaucoup plus élevée au Proche-Orient et en Asie. Et de tous les facteurs susceptibles de provoquer un changement de politique radical, la passivité de la communauté internationale devant une violation flagrante du traité est certainement le plus important.


Si l’Iran arrive à ses fins, il est difficile d’exclure que l’Arabie saoudite, l’Egypte, la Syrie ou la Turquie ne lui emboîtent le pas. Voisins de l’Iran, avec qui ils ont souvent des dissensions susceptibles de dégénérer en conflits, ces pays peuvent invoquer les mêmes arguments de sécurité que Téhéran, à qui ils n’ont surtout aucune intention de reconnaître une quelconque supériorité régionale. La situation la plus dangereuse est évidemment celle de l’Arabie saoudite et de l’Egypte, où la stabilité n’est pas garantie. Au cas où la Corée du Nord ne serait pas arrêtée dans son entreprise, il est possible que le Japon, la Corée du Sud et Taïwan se lancent eux aussi dans un programme militaire, dont ils ont déjà techniquement les moyens.


La liste des candidats potentiels ne s’arrête pas là. Les tentatives les plus récentes, au Pakistan, en Corée du Nord, en Irak, en Iran, en Libye, ont été le fait de régimes autoritaires, proches des milieux militaires, disposant d’une rente confortable grâce à leur mainmise sur les ressources naturelles du pays, et cherchant à compenser leurs échecs en donnant à l’opinion des satisfactions d’amour-propre national. Ce schéma peut aussi s’appliquer à des pays comme la Birmanie, voire le Nigeria. Pour d’autres, un changement d’orientation semble moins probable, mais ne peut être écarté : c’est le cas de l’Indonésie, de la Malaisie, et, à un degré moindre, de l’Algérie.


Georges Le Guelte.









Sur le continent asiatique se mène désormais un jeu à quatre entre la Chine, l’Inde, le Japon et les Etats-Unis. Les 18 et 19 juillet 2005, M. George W. Bush a reçu en grande pompe le premier ministre indien Manmohan Singh – lequel avait, quelques mois auparavant, engagé des pourparlers avec les dirigeants chinois pour résoudre les différends frontaliers. La Chine cherche à contourner la puissante alliance nippo-américaine et à gagner une nouvelle place dans le monde par une « diplomatie asymétrique ». Premier succès : sous la pression de Pékin, la Corée du Nord a accepté de revenir à la table des négociations sur le désarmement nucléaire.












Par Martine Bulard








Pour la langue chinoise, c’est la place des mots au sein d’une phrase – plus que les mots eux-mêmes – qui en détermine la signification. Le principe s’applique parfaitement à la stratégie géopolitique de la Chine. De Pékin à Shanghaï, des représentants du gouvernement aux animateurs de think tanks les plus en vue, sans oublier les universitaires, impossible d’échapper au mot-vedette remis au goût du jour : stabilité.


Pour en saisir le sens véritable, il faut le replacer dans le contexte de ce pays en perpétuel mouvement, où les voyages à l’étranger des dirigeants de l’Etat n’ont jamais été aussi fréquents. Où les cercles universitaires, plus ouverts que jamais sur l’extérieur, jouent le rôle nouveau de têtes chercheuses pour le pouvoir... y compris ceux financés par de généreux donateurs étrangers. Ainsi le Centre d’études internationales de la prestigieuse université de Beida, à Pékin, composé de trois bâtiments ultramodernes, est parrainé par un mécène de Hongkong pour l’aile gauche, par une entreprise italienne pour le corps du milieu, et par une autre firme de Hongkong pour l’aile droite. Chacun a fait appel à un architecte différent, mais le tout est harmonieux et s’intègre parfaitement à cet ensemble historique (1). Ouverture ne veut pas dire abandon. Pas plus que stabilité ne vaut immobilité.


Dans son bureau de porte-parole du ministère des affaires étrangères (MAE), juste en face de la tour Feng Lian, où fleurissent des commerces de luxe inaccessibles au commun des Chinois, M. Kong Quan explique doctement : « La Chine veut, avant tout, promouvoir un entourage stable, favorable au développement. » A plus de mille kilomètres de là, à Shanghaï, au cœur de la célèbre université de Fudan, dans les locaux flambant neufs du Centre d’études américaines (CEA), financé en partie par l’Agence américaine pour le développement international (Usaid) –, le professeur Shen Dingli, grand spécialiste des questions nucléaires, peu enclin à la langue de bois, n’échappe pas davantage à la référence obligée à la stabilité. Rien ne l’effraie plus qu’une déstabilisation – toujours possible – dans la péninsule coréenne voisine, ou au Proche-Orient, qui assure près de la moitié des importations chinoises de pétrole.


Cet expert donne, à sa manière, la clé de ce que certains ont appelé la « diplomatie du statu quo ». Pour Pékin, mieux vaut l’ordre établi – même américain, même peu favorable – que le chaos, qui contrarierait ses projets de croissance et son ambition mondiale. La croissance assure la base du pacte social intérieur qui, bon an mal an, garantit la pérennité du régime. Les projets mondiaux visent à redonner à la Chine « la place qui doit être la sienne sur la scène internationale », selon l’expression de M. Kong. Un peu moins silencieuse et un peu plus active aujourd’hui qu’hier. Mais beaucoup moins que demain, au fur et à mesure de la montée en puissance du pays.


Contrairement aux idées reçues, l’économie n’est pas le seul guide d’une diplomatie qui n’aurait d’autre principe que de remplir la besace chinoise en matières premières ou en céréales. Certes, les relations internationales doivent contribuer à assurer l’approvisionnement énergétique et à garantir la sécurité alimentaire. Mais l’économie s’inscrit dans la vision plus vaste que la Chine a d’elle-même, dans la région et dans le monde. Elle fait partie de l’arsenal pacifique indispensable à toute reconnaissance sur la scène internationale. Il n’est pas rare de s’entendre rappeler « l’histoire de ces cinq cents dernières années » : sans économie puissante, il n’est pas de nation écoutée.


Dans l’histoire toute proche, trois périodes ont marqué la réflexion. La première est liée aux événements de la place Tienanmen, qui demeurent un sujet tabou dans la presse (2). Le traumatisme ne vient pas d’éventuelles mises en cause du régime lui-même – les oppositions politiques demeurent interdites, même si, paradoxalement, les intellectuels disposent d’une plus grande liberté de mouvement. C’est le prix qu’il a fallu payer vis-à-vis de l’extérieur qui est souvent souligné. A commencer par l’embargo occidental, instauré au moment où l’Union soviétique n’était déjà plus en mesure de fournir à Pékin des matériels de haute technologie, à usage militaire notamment.


Instaurer un esprit de négociation


Le choc de la place Tienanmen sonna surtout le début de la fin de la « lune de miel » (miyue) avec les Etats-Unis. Celle-ci avait duré près de vingt ans, depuis l’admission de la République populaire de Chine aux Nations unies, en lieu et place de Taïwan, le 25 octobre 1971, et le voyage du président Richard Nixon l’année suivante, jusqu’à l’instauration d’un « partenariat stratégique », facteur de développement. A cette période succédèrent une longue suite de déceptions, la multiplication d’incidents (tel le bombardement de l’ambassade de Chine à Belgrade, en 1999) et le renforcement des liens américains avec le Japon, le concurrent honni.


Deuxième fait marquant : l’effondrement de l’Union soviétique. Nul regret à la disparition de ce frère ennemi, mais de nombreux universitaires rappellent que l’ex-URSS s’est épuisée dans une vaine confrontation avec les Etats-Unis, doublée d’une dispendieuse course aux armements. « Les Etats-Unis poussent à la compétition et à une augmentation effrénée des dépenses militaires, assure un spécialiste des questions de défense qui tient à rester anonyme, mais nous devons nous en tenir à la modernisation des armements pour renforcer notre défense. » Une « modestie » plus apparente que réelle, puisque les dépenses militaires représentent déjà 2,4 % des richesses produites. Mais un argument de poids face à l’état-major, qui réclame beaucoup plus.


Plus généralement, c’est la coupure du monde en deux camps qui, selon les diplomates chinois, se révéla finalement coûteuse. Et si tous déplorent ce « monde unipolaire » incarné par les Etats-Unis, aucun ne veut revenir à une « planète bipolaire ». Pas question de devenir, par exemple, le chef de file des pays en voie de développement, ce qui obligerait à des renoncements. « Nous partageons avec de nombreux pays en développement le souci de la démocratisation des organisations internationales, affirme M. Kong, qui souligne l’importance des relations nouées avec l’Afrique (3) et avec l’Amérique latine. Mais il n’est pas question de constituer un pôle. Il faut sortir de la mentalité de la guerre froide, et je préfère parler de “développement partagé”. Nous devons instaurer une mentalité de négociation, qui suppose des concessions réciproques. Avec l’essor des échanges commerciaux, les différends vont se multiplier. Il faut y faire face avec un esprit de négociation »... et non avec un esprit de système.


En fait, le pouvoir entend participer à l’élaboration d’un monde multipolaire dont la Chine occuperait un jour une des toutes premières places – au centre, pas à la tête. Elle cherche à rayonner, pas à dominer. La nuance n’est pas que formelle (4). Et chacun de rappeler que, au plus fort de sa puissance, du XIe au XVIIe siècle, la Chine a possédé la plus grande flotte du monde, disposé de réels atouts économiques et technologiques (5), sans jamais avoir détruit ni peuples ni civilisations, contrairement aux Européens.


Enfin, et c’est le troisième fait marquant, les autorités chinoises ont tiré parti de la crise financière qui a secoué l’Asie dans les années 1997-1998. Seul pays à avoir gardé le contrôle des changes et à refuser les pressions du Fonds monétaire international (FMI), la Chine est aussi la seule à avoir préservé ses chances de croissance quand tous, Japon compris, s’affaissaient. Mieux, avec le yuan arrimé au dollar, elle a contribué à asseoir une certaine stabilité dans une région en pleine débâcle financière (6). Elle s’est même permis d’accorder des prêts à intérêts réduits, ou des aides, à plusieurs des « dragons » alors en difficulté, gagnant ainsi leur confiance.


Au fil du temps, la nouvelle génération au pouvoir a bâti une doctrine stratégique autour des « quatre non » énoncés par le président Hu Jintao : « Non à l’hégémonisme, non à la politique de la force, non à une politique de blocs, non à la course aux armements (7). » Il s’agit de « construire la confiance, atténuer les difficultés, développer la coopération, et éviter les confrontations ». Conscient de ses faiblesses face au géant américain et à ses concurrents de la zone asiatique, Pékin déploie ce que l’on pourrait appeler une « diplomatie asymétrique », très mobile, qui privilégie les relations bilatérales tout en participant activement aux organisations régionales, et qui noue des liens économiques tous azimuts tout en réduisant les tensions territoriales d’hier.


Ainsi la Chine et la Russie ont-elles signé, le 2 juin 2005, à Vladivostok, un accord sur la frontière orientale – le litige portait sur 2 % des 4 300 kilomètres de frontière commune, mais empoisonnait les relations depuis la fin de la seconde guerre mondiale. « C’est la première fois dans l’histoire des relations sino-russes que la totalité des frontières communes est légalement définie », précisait M. Vladimir Poutine lors de la phase finale des négociations.


Quelques semaines auparavant, le 11 avril 2005, le premier ministre indien Manmohan Singh et son homologue chinois Wen Jiabao signaient un protocole visant à régler le contentieux frontalier qui oppose les deux pays depuis 1962 : Pékin revendique une grande partie du territoire de l’Etat de l’Arunachal Pradesh (90 000 km2) au nord-est de l’Inde ; au nord-ouest, New Delhi réclame l’Aksai Chin, une partie du Cachemire (38 000 km2). « Nous n’en sommes qu’au lancement des pourparlers, note M. Kong. Mais c’est la première fois qu’un document officiel aborde la question des frontières. » Un pas historique que Pékin souhaite prolonger par l’établissement d’une zone de libre-échange entre les deux géants démographiques du monde (voir Une histoire sino-indienne mouvementée).


Ces nouveaux rapports ne sont pas sans conséquences sur les relations avec les alliés d’hier, notamment avec le Pakistan. « Dans le conflit qui l’oppose à l’Inde, nous sommes devenus plutôt neutres », assure Yang Baoyun, vice-président du Centre d’études pour l’Asie-Pacifique, rencontré à l’université de Beida, à Pékin. Selon lui, Islamabad « a longtemps bénéficié des tensions », mais « les mentalités commencent à changer », comme en témoigne la reprise de la liaison de bus transcachemire fermée depuis soixante ans (8).


Autre signe de l’« émergence pacifique » de la Chine : son engagement dans la crise ouverte en octobre 2002 entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, qui se dit désormais prête à fabriquer la bombe atomique. A l’origine du groupe des six (Chine, Corée du Sud, Corée du Nord, Japon, Russie, Etats-Unis) mis en place pour régler le contentieux, Pékin peine à calmer les ardeurs de Pyongyang, qu’alimentent les déclarations enflammées de l’administration Bush.


De toute évidence, la nucléarisation de la péninsule coréenne n’est guère du goût de Pékin, et, si Pyongyang « se lançait dans des essais, nous couperions les aides », précise Yang Baoyun. Mais les opinions divergent sur les pressions à exercer : certains estiment qu’il faut couper au moins partiellement les aides, et rappellent que, déjà, en 2003, un « incident technique » fort opportun avait conduit à réduire les livraisons de pétrole, obligeant le président Kim Jong-il à reprendre les pourparlers (9) ; d’autres, tel Shen Dingli, estiment au contraire que « supprimer les aides, c’est tuer l’espoir et pousser au pire » un régime déjà calamiteux.


« La Corée est un fardeau détestable, résume un ancien diplomate, un régime où les gens meurent de faim pour un pouvoir familial. Mais la Chine est coincée. Elle ne peut ni avancer ni reculer. » Une partie de l’armée n’est pas loin de penser que la nucléarisation n’est finalement pas si grave et que, en cas de conflit, « la Corée demeure la sentinelle de la Chine ». Reste que Pékin a montré – sinon à Washington, du moins à ses voisins – qu’il savait modifier sa politique d’alliances passées pour entrer dans une phase de diplomatie active. A preuve, le renforcement de ses liens avec la Corée du Sud, vieille alliée des Etats-Unis, qui craint une déstabilisation du Nord – les difficultés allemandes à absorber l’Est l’ayant rendue prudente avec la dictature voisine (10).


La grosse épine dans la patte du tigre chinois, c’est le Japon. « Jamais au cours des trente dernières années ces relations n’ont été aussi mauvaises », s’alarme Yang Baoyun. Ce que confirme l’ensemble des interlocuteurs rencontrés. Le refus nippon de regarder son histoire en face est souvent cité, avec l’incident du livre d’histoire minimisant les crimes japonais lors de l’occupation, ainsi que la visite du premier ministre Junichiro Koizumi au sanctuaire Yasukuni, où sont enterrés des criminels de guerre – on ne peut pas dire que la Chine, elle-même, ait une vision lucide et critique de sa propre histoire. Toutefois, une visite au musée de Shenyang, au nord-est du pays, haut lieu de cette occupation nippone, aide à comprendre le traumatisme : y sont exposés les meurtres, tortures et expérimentations médicales commis par les armées nippones dès 1931, ainsi que les déclarations négationnistes récentes de personnalités japonaises (11). Ici comme à Pékin, quand on parle des manifestations antijaponaises qui se sont déroulées au printemps 2005 – essentiellement chez les étudiants très contrôlés et pratiquement pas chez les travailleurs –, il n’est pas rare de se voir rétorquer : « Que diriez-vous si un dirigeant allemand allait se recueillir devant la tombe de criminels de guerre ? »


Le Japon, shérif adjoint des Américains ?


Outre les problèmes territoriaux autour des îles appelées Senkaku côté nippon et Diaoyu côté chinois, stratégiques dans le détroit pour le contrôle maritime, le renforcement des liens militaires entre Washington et Tokyo figure en ligne de mire. Selon Kazuya Sakatomo, professeur à l’université d’Osaka, « après soixante ans passés à baisser la tête, le Japon est sur le point de supplanter l’Australie comme shérif adjoint des Etats-Unis dans la région Pacifique et devient un des piliers de l’architecture de la défense américaine du XXIe siècle (12) ». La révision de la Constitution nippone (13), l’envoi de troupes en Irak, le transfert du commandement du 1er corps d’armée américain (pour les opérations dans le Pacifique et l’océan Indien), de la côte ouest des Etats-Unis au camp de Zama, au sud de Tokyo, donnent quelque crédibilité à la thèse (14). C’est même l’enjeu principal de ces relations triangulaires (Chine, Etats-Unis, Japon) très particulières.


Du reste, Washington soutient la candidature japonaise comme nouveau membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies – candidature immédiatement récusée par la Chine, qui menace même d’utiliser son veto. « Avant d’envisager de siéger au Conseil de sécurité, encore faudrait-il que le Japon obtienne un consensus dans sa région », a déclaré l’ambassadeur de Chine à l’ONU, M. Wang Guangya, le 26 juin 2005. Pékin espère gagner la partie en s’appuyant sur la Corée du Sud, qui a vivement protesté contre les sympathies militaristes de M. Koizumi (15) ; sur l’Inde, qui prétend elle aussi à un siège permanent au Conseil de sécurité ; et sur les pays africains avec lesquels elle a des liens économiques assez persuasifs.


Enfin, la mention de Taïwan dans la révision de l’accord de sécurité bilatéral américano-japonais (16) a achevé de dégrader les relations sino-japonaises. Depuis la normalisation de leurs rapports, en 1972, le Japon avait toujours laissé à l’écart cette question. Les Etats-Unis eux-mêmes avaient fait leur cette formule : « Deux systèmes, un pays. » L’intégration de Taïwan à la Chine « peut prendre cent ans ou plus », selon l’expression d’un diplomate, mais « la séparation est impossible », inacceptable pour la population, pour l’armée et pour le gouvernement.


Les discours musclés de ces derniers mois et la loi antisécession adoptée en avril 2005 seraient donc plus défensifs qu’offensifs, traçant une ligne rouge, infranchissable par Taïwan et ses alliés. Si chacun reconnaît qu’une opération militaire se révélerait d’un coût politique, diplomatique et économique incommensurable, le général Zhu Chenghu n’a pas hésité à déclarer à la mi-juillet 2005 : « Si les Américains tirent sur le territoire chinois, nous serons amenés à répondre avec des armes nucléaires. » Il parlait à titre personnel mais il n’a pas été démenti. Pékin semble craindre une déclaration d’indépendance de Taïpeh à la veille des Jeux olympiques de 2008, sur lesquels le pouvoir compte beaucoup pour franchir une étape capitale dans la région et dans le monde. D’où les menaces, mais aussi la séduction.


Les dirigeants du Kouomintang, ennemis d’hier qui n’avaient pas mis les pieds en Chine depuis 1949 (17), ont été reçus en grande pompe début mai. La récente tournée en Amérique latine de M. Hu Jintao, dont l’objectif principal était de sécuriser les approvisionnements en pétrole (Venezuela), en matières premières, céréales et soja (Cuba, Mexique, Brésil...), visait également à faire comprendre à tous ceux (en Amérique centrale, notamment) qui ont encore « des liens étroits avec Taïpeh que la Chine a un marché bien plus vaste »... Dans l’immédiat, les dirigeants comptent sur les quelque 8 000 entrepreneurs taïwanais qui ont investi en Chine pour faire pression sur le gouvernement de Taïpeh. Quant à l’administration Bush, elle a fini par calmer la fièvre indépendantiste de son allié, et le Japon est devenu plus discret.


L’opposition n’en est pas moins vive, que résume ainsi un ancien diplomate : « Dans l’histoire, la région a connu une Chine forte et un Japon faible, puis une Chine affaiblie et un Japon fort. Désormais, on va vers une Chine à égalité avec le Japon ; du coup, le Japon perd son équilibre. » La donne est bousculée, mais on est encore loin d’un rééquilibrage des forces. Certes, la Chine est le premier fournisseur asiatique des Etats-Unis, devant le Japon ; elle occupe la deuxième place, juste derrière lui, pour les réserves monétaires – singulièrement en bons du trésor américains –, mais son produit intérieur brut (PIB) demeure deux fois et demi plus faible que celui du Japon. Elle peut menacer Washington de ne plus jouer le rôle de banquier et de vendre des dollars, Tokyo viendrait immédiatement à la rescousse du billet vert.


Ce rapport de forces inégal n’exclut pas la compétition. Si le Japon espère sortir de son statut de « nain politique » pour conquérir un rôle de leader mondial dans la zone asiatique (en devenant membre permanent du Conseil de sécurité – ce qui supposerait un réarmement que craignent ses voisins, pas seulement chinois), la Chine cherche à affirmer son rôle de leader asiatique dans le monde. D’où son déploiement dans les instances multilatérales. Son adhésion à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), en 2001, lui a permis de franchir un cap décisif. Patiemment, elle a conquis sa place dans l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Anase), instrument de la guerre froide par excellence (18). D’observatrice en 1991, elle en est désormais partie prenante (19) et a fini par obtenir, en novembre 2004, la création d’une zone de libre-échange avec l’Anase (20).


En Asie centrale, la création de l’Organisation de Shanghaï (avec la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan) en avril 2001 témoignait de ses objectifs commerciaux (dont l’approvisionnement en hydrocarbures). L’initiative a pris une tournure très politique depuis la guerre en Afghanistan. La Chine partage les préoccupations russes devant l’implantation de bases américaines dans la région, et celles des autres républiques face aux mouvements islamistes jugés indépendantistes (et notamment ceux dirigés par des Ouïgours, musulmans chinois). L’écrasement de tout mouvement d’opposition, comme récemment au Kirghizstan, n’est pas de nature à la gêner.


« Inventer nos propres valeurs »


Au total, comme l’écrit le chercheur américain David Shambaugh, « la diplomatie bilatérale et multilatérale de Pékin s’est révélée extrêmement habile à gagner la confiance dans la région asiatique. Résultat : la plupart des pays regardent désormais la Chine comme un bon voisin, un partenaire constructif, un interlocuteur attentif, et une puissance régionale qui ne fait pas peur (21) ». Peut-on pour autant parler de « consensus de Pékin (22) » comme nouveau modèle de développement, ainsi que le suggère Joshua Cooper Ramo, membre du Council on Foreign Relations (américain) et du Foreign Policy Centre (anglais) ? La Chine peut-elle prendre la tête d’une union asiatique, économique et politique ? Elle n’en a sûrement pas les moyens économiques : les deux tiers de ses exportations proviennent des entreprises étrangères implantées sur son territoire, qui accueille le montage de produits conçus ailleurs.


Certes, la Chine occupe quelques créneaux très pointus (comme les fibres optiques ou les téléphones portables), et elle s’attache à monter en gamme, en attirant des centres de recherche étrangers, en rachetant des entreprises pour acquérir des marques connues et bénéficier de transferts de technologie... Pour l’heure, sa croissance – forte mais néanmoins fragile avec un système financier vulnérable – reste très dépendante des pays de l’Anase et du Japon pour la production, et des pays occidentaux pour ses exportations (23). Le moindre accroc avec les Etats-Unis, par exemple, donnerait de facto un coup de frein à son dynamisme et se révélerait alors politiquement explosif.


Certains experts n’en rêvent pas moins d’un axe sino-japonais, à l’image de l’axe franco-allemand en Europe. Au moment même où se tenaient les manifestations antijaponaises du printemps 2005, un colloque a réuni à Pékin des intellectuels japonais, chinois et coréens (24). Un manuel scolaire, fruit du travail d’historiens des trois nationalités, a également vu le jour en juin. Mais cela reste marginal. Et si les Etats-Unis sont prêts à déléguer une plus grande partie de leur pouvoir régional (de parapluie militaire), on les voit mal accepter une puissance régionale forte, qu’il s’agisse du Japon ou, a fortiori, de la Chine.


Celle-ci veut néanmoins avancer vite et sans chaos. Mais « elle ne pourra rayonner, explique un diplomate, que si elle possède une culture attrayante – comme ce fut le cas avec notre langue, à l’origine. Consommer ne suffit pas. Il faut inventer nos propres valeurs, qui ne soient pas la copie de l’Occident ». Certains y travaillent, mais ils sont privés d’espaces publics de débat. Comme le dit notre interlocuteur, en verrouillant les libertés politiques, « la Chine se verrouille elle-même ».


Martine Bulard.



Plutôt que d’une guerre « oubliée », mieux vaudrait parler, s’agissant de la guerre de Corée (1950-1953), d’une guerre inconnue. L’effet incroyablement destructeur des campagnes aériennes américaines contre la Corée du Nord – qui allèrent du largage continu et à grande échelle de bombes incendiaires (essentiellement au napalm) aux menaces de recours aux armes nucléaires et chimiques (1) et à la destruction de gigantesques barrages nord-coréens dans la phase finale de la guerre – est indélébile. Ces faits sont toutefois peu connus, même des historiens, et les analyses de la presse sur le problème nucléaire nord-coréen ces dix dernières années n’en font jamais fait état.


La guerre de Corée passe pour avoir été limitée, mais elle ressembla fort à la guerre aérienne contre le Japon impérial pendant la seconde guerre mondiale, et fut souvent menée par les mêmes responsables militaires américains. Si les attaques d’Hiroshima et de Nagasaki ont fait l’objet de nombreuses analyses, les bombardements incendiaires contre les villes japonaises et coréennes ont reçu beaucoup moins d’attention. Quant aux stratégies nucléaire et aérienne de Washington en Asie du Nord-Est après la guerre de Corée, elles sont encore moins bien comprises, alors que ces stratégies ont défini les choix nord-coréens et demeurent un facteur-clé dans l’élaboration de la stratégie américaine en matière de sécurité nationale. (...)


Le napalm fut inventé à la fin de la seconde guerre mondiale. Son utilisation provoqua un débat majeur pendant la guerre du Vietnam, attisé par des photos insoutenables d’enfants qui couraient nus sur les routes, leur peau partant en lambeaux... Une quantité encore plus grande de napalm fut néanmoins larguée sur la Corée, dont l’effet fut beaucoup plus dévastateur, car la République populaire démocratique de Corée (RPDC) comptait bien plus de villes peuplées que le Nord-Vietnam. En 2003, j’ai participé à une conférence aux côtés d’anciens combattants américains de la guerre de Corée. Lors d’une discussion à propos du napalm, un survivant de la bataille du Réservoir de Changjin (Chosin, en japonais), qui avait perdu un œil et une partie de la jambe, affirma que cette arme était bel et bien ignoble, mais qu’elle « tombait sur les bonnes personnes ».


Les bonnes personnes ? Comme lorsqu’un bombardement toucha par erreur une douzaine de soldats américains : « Tout autour de moi, les hommes étaient brûlés. Ils se roulaient dans la neige. Des hommes que je connaissais, avec qui j’avais marché et combattu, me suppliaient de leur tirer dessus... C’était terrible. Quand le napalm avait complètement brûlé la peau, elle se détachait en lambeaux du visage, des bras, des jambes... comme des chips de pommes de terre frites (2). »


Un peu plus tard, George Barrett, du New York Times, découvrit un « tribut macabre à la totalité de la guerre moderne » dans un village au nord d’Anyang (en Corée du Sud) : « Les habitants de tout le village et dans les champs environnants furent tués et conservèrent exactement l’attitude qu’ils avaient lorsqu’ils furent frappés par le napalm : un homme s’apprêtait à monter sur sa bicyclette, une cinquantaine d’enfants jouaient dans un orphelinat, une mère de famille étrangement intacte tenait dans la main une page du catalogue Sears-Roebuck où était cochée la commande no 3811294 pour une “ravissante liseuse couleur corail”. » Dean Acheson, secrétaire d’Etat, voulait que ce genre de « reportage à sensation » soit signalé à la censure afin qu’on puisse y mettre un terme (3).


L’un des premiers ordres d’incendier des villes et des villages que j’ai trouvés dans les archives fut donné dans l’extrême sud-est de la Corée, pendant que des combats violents se déroulaient le long du périmètre de Pusan, début août 1950, alors que des milliers de guérilleros harcelaient les soldats américains. Le 6 août 1950, un officier américain donna l’ordre à l’armée de l’air « que soient oblitérées les villes suivantes » : Chongsong, Chinbo et Kusu-Dong. Des bombardiers stratégiques B-29 furent également mis à contribution pour des bombardements tactiques. Le 16 août, cinq formations de B-29 frappèrent une zone rectangulaire près du front qui comptait un grand nombre de villes et de villages, et créèrent un océan de feu en larguant des centaines de tonnes de napalm. Un ordre semblable fut émis le 20 août. Et le 26 août, on trouve dans ces mêmes archives la simple mention : « Onze villages incendiés (4) ».


Les pilotes avaient ordre de frapper les cibles qu’ils pouvaient discerner pour éviter de frapper des civils, mais ils bombardaient souvent des centres de population importants identifiés par radar, ou larguaient d’énormes quantités de napalm sur des objectifs secondaires lorsque la cible principale ne pouvait être atteinte. La ville industrielle de Hungnam fut la cible d’une attaque majeure le 31 juillet 1950, au cours de laquelle 500 tonnes de bombes furent lâchées à travers les nuages. Les flammes s’élevèrent jusqu’à une centaine de mètres. L’armée américaine largua 625 tonnes de bombes sur la Corée du Nord le 12 août, un tonnage qui aurait requis une flotte de 250 B-17 pendant la seconde guerre mondiale. Fin août, les formations de B-29 déversaient 800 tonnes de bombes par jour sur le Nord (5). Ce tonnage consistait en grande partie en napalm pur. De juin à fin octobre 1950, les B-29 déversèrent 3,2 millions de litres de napalm.


Au sein de l’armée de l’air américaine, certains se délectaient des vertus de cette arme relativement nouvelle, introduite à la fin de la précédente guerre, se riant des protestations communistes et fourvoyant la presse en parlant de « bombardements de précision ». Les civils, aimaient-ils à prétendre, étaient prévenus de l’arrivée des bombardiers par des tracts, alors que tous les pilotes savaient que ces tracts n’avaient aucun effet (6). Cela n’était qu’un prélude à la destruction de la plupart des villes et villages nord-coréens qui allait suivre l’entrée de la Chine dans la guerre.


Larguer trente bombes atomiques ?


L’entrée des Chinois dans le conflit provoqua une escalade immédiate de la campagne aérienne. A compter du début novembre 1950, le général MacArthur ordonna que la zone située entre le front et la frontière chinoise soit transformée en désert, que l’aviation détruise tous les « équipements, usines, villes et villages » sur des milliers de kilomètres carrés du territoire nord-coréen. Comme le rapporta un attaché militaire britannique auprès du quartier général de MacArthur, le général américain donna l’ordre de « détruire tous les moyens de communication, tous les équipements, usines, villes et villages » à l’exception des barrages de Najin, près de la frontière soviétique et de Yalu (épargnés pour ne pas provoquer Moscou et Pékin). « Cette destruction [devait] débuter à la frontière mandchoue et continuer vers le sud. » Le 8 novembre 1950, 79 B-29 larguaient 550 tonnes de bombes incendiaires sur Sinuiju, « rayant de la carte ». Une semaine plus tard, un déluge de napalm s’abattait sur Hoeryong « dans le but de liquider l’endroit ». Le 25 novembre, « une grande partie de la région du Nord-Ouest entre le Yalu et les lignes ennemies plus au sud (...) est plus ou moins en feu ». La zone allait bientôt devenir une « étendue déserte de terre brûlée (7) ».


Tout cela se passait avant la grande offensive sino-coréenne qui chassa les forces de l’ONU du nord de la Corée. Au début de l’attaque, les 14 et 15 décembre, l’aviation américaine lâcha au-dessus de Pyongyang 700 bombes de 500 livres, du napalm déversé par des avions de combat Mustang, et 175 tonnes de bombes de démolition à retardement qui atterrirent avec un bruit sourd et explosèrent ensuite, quand les gens tentèrent de sauver les morts des brasiers allumés par le napalm. Début janvier, le général Ridgway ordonna de nouveau à l’aviation de frapper la capitale Pyongyang « dans le but de détruire la ville par le feu à l’aide de bombes incendiaires » (objectif qui fut accompli en deux temps, les 3 et 5 janvier 1951). A mesure que les Américains se retiraient au sud du 30e parallèle, la politique incendiaire de la terre brûlée se poursuivit : Uijongbu, Wonju et d’autres petites villes du Sud, dont l’ennemi se rapprochait, furent la proie des flammes (8).


L’aviation militaire tenta aussi de décapiter la direction nord-coréenne. Pendant la guerre en Irak, en mars 2003, le monde a appris l’existence de la bombe surnommée « MOAB » (Mother of all bombs, Mère de toutes les bombes), pesant 21 500 livres et d’une capacité explosive de 18 000 livres de TNT. Newsweek en publia une photo en couverture, sous le titre « Pourquoi l’Amérique fait-elle peur au monde ? (9) ». Au cours de l’hiver 1950-1951, Kim Il-sung et ses alliés les plus proches étaient revenus à leur point de départ des années 1930 et se terraient dans de profonds bunkers à Kanggye, près de la frontière mandchoue. Après trois mois de vaines recherches à la suite du débarquement d’Inch’on, les B-29 larguèrent des bombes « Tarzan » sur Kanggye. Il s’agissait d’une bombe nouvelle, énorme, de 12 000 livres, jamais utilisée auparavant. Mais ce n’était encore qu’un pétard à côté de l’arme incendiaire ultime, la bombe atomique.


Le 9 juillet 1950, deux semaines seulement après le début de la guerre, le général MacArthur envoya au général Ridgway un « message urgent » qui incita les chefs d’état-major (CEM) « à examiner s’il fallait ou non donner des bombes A à MacArthur ». Le général Charles Bolte, chef des opérations, fut chargé de discuter avec MacArthur de l’utilisation de bombes atomiques « en soutien direct aux combats terrestres ». Bolte estimait qu’on pouvait réserver de 10 à 20 bombes au théâtre coréen sans que les capacités militaires globales des Etats-Unis s’en trouvent affectées « outre mesure ». MacArthur suggéra à Bolte une utilisation tactique des armes atomiques et lui donna un aperçu des ambitions extraordinaires qu’il nourrissait dans le cadre de la guerre, notamment l’occupation du Nord et une riposte à une potentielle intervention chinoise ou soviétique comme suit : « Je les isolerai en Corée du Nord. En Corée, je vois un cul-de-sac. Les seuls passages en provenance de Mandchourie et de Vladivostok comportent de nombreux tunnels et ponts. Je vois là une occasion unique d’utiliser la bombe atomique, pour frapper un coup qui barrerait la route et demanderait un travail de réparation de six mois. »


A ce stade de la guerre, toutefois, les chefs d’état-major rejetèrent l’usage de la bombe car les cibles suffisamment importantes pour nécessiter des armes nucléaires manquaient, ils redoutaient les réactions de l’opinion mondiale cinq ans après Hiroshima et ils s’attendaient que le cours de la guerre soit renversé par des moyens militaires classiques. Le calcul ne fut plus le même lorsque d’importants contingents de soldats chinois entrèrent en guerre, en octobre et novembre 1950.


Lors d’une célèbre conférence de presse, le 30 novembre, le président Truman agita la menace de la bombe atomique (10). Ce n’était pas une bourde comme on le supposa alors. Le même jour, le général de l’armée de l’air Stratemeyer envoya l’ordre au général Hoyt Vandenberg de placer le commandement stratégique aérien en alerte « afin qu’il soit prêt à envoyer sans retard des formations de bombardiers équipés de bombes moyennes en Extrême-Orient, (...) ce supplément [devant] comprendre des capacités atomiques ». Le général d’aviation Curtis LeMay se souvient à juste titre que les CEM étaient parvenus auparavant à la conclusion que les armes atomiques ne seraient probablement pas employées en Corée, sauf dans le cadre d’une « campagne atomique générale contre la Chine maoïste ». Mais puisque les ordres changeaient en raison de l’entrée en guerre des forces chinoises, LeMay voulait être chargé de la tâche ; il déclara à Stratemeyer que son quartier général était le seul qui possédait l’expérience, la formation technique et « la connaissance intime » des méthodes de largage. L’homme qui dirigea le bombardement incendiaire de Tokyo en mars 1945 était prêt à mettre le cap de nouveau sur l’Extrême-Orient pour diriger les attaques (11). Washington se souciait peu à l’époque de savoir comment Moscou allait réagir car les Américains possédaient au moins 450 bombes atomiques tandis que les Soviétiques n’en avaient que 25.


Peu de temps après, le 9 décembre, MacArthur fit savoir qu’il voulait un pouvoir discrétionnaire concernant l’utilisation des armes atomiques sur le théâtre coréen, et, le 24 décembre, il soumit une « liste de cibles devant retarder l’avancée de l’ennemi » pour lesquelles il disait avoir besoin de 26 bombes atomiques. Il demandait en outre que 4 bombes soient larguées sur les « forces d’invasion » et 4 autres sur les « concentrations ennemies cruciales de moyens aériens ».


Dans des interviews parues après sa mort, MacArthur affirmait avoir un plan permettant de remporter la guerre en dix jours : « J’aurais largué une trentaine de bombes atomiques (...) en mettant le paquet le long de la frontière avec la Mandchourie. » Il aurait ensuite amené 500 000 soldats de la Chine nationaliste au Yalu, puis aurait « répandu derrière nous, de la mer du Japon à la mer Jaune, une ceinture de cobalt radioactif (...) dont la durée de vie active se situe entre soixante et cent vingt années. Pendant soixante ans au moins, il n’aurait pas pu y avoir d’invasion terrestre de la Corée par le nord ». Il avait la certitude que les Russes n’auraient pas bougé devant cette stratégie de l’extrême : « Mon plan était simple comme bonjour (12). »


La radioactivité du cobalt 60 est 320 fois plus élevée que celle du radium. Selon l’historien Carroll Quigley, une bombe H de 400 tonnes au cobalt pourrait détruire toute vie animale sur terre. Les propos bellicistes de MacArthur paraissent insensés, mais il n’était pas le seul à penser de la sorte. Avant l’offensive sino-coréenne, un comité dépendant des chefs d’état-major avait déclaré que les bombes atomiques pourraient s’avérer être le « facteur décisif » qui stopperait l’avancée chinoise en Corée. Au départ, on envisageait éventuellement leur utilisation dans « un cordon sanitaire [pouvant] être établi par l’ONU suivant une bande située en Mandchourie juste au nord de la frontière coréenne ».


La Chine en ligne de mire


Quelques mois plus tard, le député Albert Gore (le père d’Al Gore, candidat démocrate malheureux en 2000), qui s’opposa par la suite à la guerre du Vietnam, déplorait que « la Corée [fasse] détruise peu à peu la virilité américaine » et suggérait de mettre fin à la guerre par « quelque chose de cataclysmique », à savoir une ceinture radioactive qui diviserait la péninsule coréenne en deux de façon permanente. Bien que le général Ridgway n’ait pas parlé de bombe au cobalt, après avoir succédé à MacArthur en tant que commandant américain en Corée, il renouvela en mai 1951 la demande formulée par son prédécesseur le 24 décembre, réclamant cette fois 38 bombes atomiques (13). Cette demande ne fut pas acceptée.


Début avril 1951, les Etats-Unis furent à deux doigts d’utiliser des armes atomiques, au moment, précisément, où Truman révoquait MacArthur. Si les informations concernant cet événement sont encore en grande partie classées secrètes, il est désormais clair que Truman ne destitua pas MacArthur uniquement en raison de son insubordination réitérée, mais parce qu’il voulait un commandant fiable sur le terrain au cas où Washington décide de recourir aux armes atomiques. En d’autres termes, Truman se débarrassa de MacArthur pour garder ouverte sa politique en matière d’armes atomiques. Le 10 mars 1951, après que les Chinois eurent massé de nouvelles forces près de la frontière coréenne et que les Soviétiques eurent stationné 200 bombardiers sur les bases aériennes de Mandchourie (d’où ils pouvaient frapper non seulement la Corée, mais les bases américaines au Japon) (14), MacArthur demanda une « force atomique de type Jour J » afin de conserver la supériorité aérienne sur le théâtre coréen. Le 14 mars, le général Vandenberg écrivait : « Finletter et Lovett alertés sur les discussions atomiques. Je pense que tout est prêt. » Fin mars, Stratemeyer rapporta que les fosses de chargement des bombes atomiques sur la base aérienne de Kadena, à Okinawa, étaient de nouveau opérationnelles. Les bombes y furent transportées en pièces détachées, puis montées sur la base, seul le noyau nucléaire restant à placer. Le 5 avril, les CEM ordonnèrent que des représailles atomiques immédiates soient lancées contre les bases mandchoues si de nouveaux contingents importants de soldats chinois se joignaient aux combats ou, semble-t-il, si des bombardiers étaient déployés de là contre des positions américaines. Le même jour, Gordon Dean, président de la Commission sur l’énergie atomique, prit des dispositions pour faire transférer 9 têtes nucléaires Mark IV au 9e groupe de bombardiers de l’aviation militaire, affecté au transport des bombes atomiques. (...)


Les chefs d’état-major envisagèrent de nouveau l’emploi des armes nucléaires en juin 1951 – cette fois, du point de vue tactique sur le champ de bataille (15) – et ce fut le cas à maintes autres reprises jusqu’en 1953. Robert Oppenheimer, l’ancien directeur du Projet Manhattan, travailla sur le Projet Vista, destiné à évaluer la faisabilité de l’usage tactique des armes atomiques. Au début de 1951, un jeune homme du nom de Samuel Cohen, qui effectuait une mission secrète pour le département de la défense, étudia les batailles ayant conduit à la seconde prise de Séoul et en conclut qu’il devait exister un moyen de détruire l’ennemi sans détruire la ville. Il allait devenir le père de la bombe à neutrons (16).


Des milliers de villages anéantis


Le projet nucléaire le plus terrifiant des Etats-Unis en Corée fut probablement l’opération Hudson Harbor. Cette opération semble avoir fait partie d’un projet plus vaste portant sur « l’exploitation ouverte par le département de la défense et l’exploitation clandestine par la Central Intelligence Agency, en Corée, de la possibilité d’utiliser les armes nouvelles » (un euphémisme désignant ce qu’on appelle maintenant les armes de destruction massive). (...)


Sans recourir aux « armes nouvelles », bien que le napalm ait été très nouveau à l’époque, l’offensive aérienne n’en a pas moins rasé la Corée du Nord et tué des millions de civils avant la fin de la guerre. Pendant trois années, les Nord-Coréens se sont trouvés face à la menace quotidienne d’être brûlés par le napalm : « On ne pouvait pas y échapper », m’a confié l’un eux en 1981. En 1952, pratiquement tout avait été complètement rasé dans le centre et le nord de la Corée. Les survivants vivaient dans des grottes. (...)


Au cours de la guerre, écrivit Conrad Crane, l’armée de l’air américaine « provoqua une destruction terrible dans toute la Corée du Nord. L’évaluation à l’armistice des dégâts provoqués par les bombardements révéla que sur les 22 villes principales du pays, 18 avaient été au moins à moitié anéanties. » Il ressortait d’un tableau établi par l’auteur que les grandes villes industrielles de Hamhung et de Hungnam avaient été détruites à 80 %-85 %, Sariwon à 95 %, Sinanju à 100 %, le port de Chinnamp’o à 80 % et Pyongyang à 75 %. Un journaliste britannique décrivit l’un des milliers de villages anéantis comme « un monticule étendu de cendres violettes ». Le général William Dean, qui fut capturé après la bataille de Taejon, en juillet 1950, et emmené au Nord, déclara par la suite qu’il ne restait de la plupart des villes et des villages qu’il vit que « des gravats ou des ruines couvertes de neige ». Tous les Coréens qu’il rencontra, ou presque, avaient perdu un parent dans un bombardement (17). Winston Churchill, vers la fin de la guerre, s’émut et déclara à Washington que, lorsque le napalm fut inventé à la fin de la seconde guerre mondiale, personne n’imaginait qu’on en « aspergerait » toute une population civile (18).


Telle fut la « guerre limitée » livrée en Corée. En guise d’épitaphe à cette entreprise aérienne effrénée, citons le point de vue de son architecte, le général Curtis LeMay, qui déclara après le début de la guerre : « Nous avons en quelque sorte glissé un mot sous la porte du Pentagone disant : “Laissez-nous aller là-bas (...) incendier cinq des plus grandes villes de Corée du Nord – elles ne sont pas très grandes – ça devrait régler les choses.” Eh bien, on nous a répondu par des cris – “Vous allez tuer de nombreux civils”, et “c’est trop horrible”. Pourtant, en trois ans (...), nous avons incendié toutes (sic) les villes en Corée du Nord de même qu’en Corée du Sud (...). Sur trois ans, on arrive à le faire passer, mais tuer d’un coup quelques personnes pour régler le problème, beaucoup ne peuvent pas l’encaisser (19). »


La Corée du Nord tenterait, sans raison, de s’équiper en armes de destruction massive, tandis que l’opposition de Washington à cette stratégie relèverait de l’innocence originelle. Pourtant, depuis les années 1940, les Etats-Unis ont eux-mêmes utilisé ou menacé d’utiliser ces armes en Asie du Nord-Est. Ils sont la seule puissance à avoir eu recours à la bombe atomique, et leur dissuasion repose sur la menace de les employer de nouveau en Corée.















Autour du 38e parallèle























Août 1945. Le 38e parallèle constitue la ligne de démarcation qui sépare les troupes occupant la Corée avec, au nord, les Soviétiques et, au sud, les Américains.


10 mars 1948. Synghman Rhee est élu, grâce à la fraude, président de la Corée du Sud.


9 septembre 1948. La république de Corée du Nord est proclamée.


25 juin 1950. Offensive des troupes nord-coréennes le long du 38e parallèle et retrait de l’armée sud-coréenne. Appel du Conseil de sécurité des Nations unies pour faire cesser l’agression.


27 juin 1950. Les Nations unies décident de soutenir la Corée du Sud.


28 juin 1950. Séoul est conquise par les forces de Corée du Nord.


7 juillet 1950. Le commandement des troupes des Nations unies est confié aux Etats-Unis.


25 juillet 1950. Les troupes nord-coréennes ne sont plus qu’à 55 km de la côte sud du pays. Les troupes américaines sont enfermées dans le périmètre de Pusan.


10 août 1950. Les forces américaines passent à l’offensive.


20 août 1950. Les Etats-Unis pilonnent la Corée du Nord avec leurs bombardiers.


15 septembre 1950. Débarquement américain à Inchon.


1er octobre 1950. L’armée sud-coréenne franchit le 38e parallèle, bientôt rejointe par les Américains.


16 octobre 1950. L’armée chinoise pénètre en Corée en franchissant le Yalu.


4 décembre 1950. Les Etats-Unis se retirent en deçà du 38e parallèle.


1er janvier 1951. Nouvelle offensive générale chinoise et recul des Américains.


12 février 1951. Arrêt de l’offensive chinoise.


31 mars 1951. Les forces américaines atteignent le 38e parallèle.


9 avril 1951. Le général Ridgway remplace le général MacArthur.


Juillet 1951. Ouverture des pourparlers de paix, rompus au bout d’un mois.


27 juillet 1953. Accord de cessez-le-feu. Aucun traité de paix ne sera signé.




Depuis la normalisation de ses relations avec les Etats-Unis en 1972, la République populaire de Chine accorde à ces rapports une place centrale. Les liens établis entre les deux pays ont même été qualifiés, avec l’approbation de Washington, de « partenariat stratégique et constructif tourné vers le XXIe siècle ».


Cependant, les espérances nées d’un tel enthousiasme furent déçues à plusieurs reprises. Ce fut le cas lors des essais de missiles chinois – dépourvus de charges – au-dessus des eaux territoriales taïwanaises (1995 et 1996), lesquels furent suivis par le déploiement des porte-avions américains dans la zone. Les relations se refroidirent également quand l’OTAN a bombardé l’ambassade chinoise en ex-Yougoslavie (1999) et, plus encore, quand un avion patrouilleur américain a été endommagé au moment de son interception par des avions de chasse chinois, au-dessus de la mer de Chine (2001). Ces incidents confirmaient que les deux pays se méfiaient profondément l’un de l’autre et que leurs directions n’avaient guère confiance dans le caractère stratégique de leurs relations.


Mais, depuis la seconde moitié de 2002 et, plus clairement, depuis le début de 2003, la politique étrangère chinoise s’est orientée vers une « nouvelle maturité », selon l’expression consacrée, un pragmatisme qui prend davantage en compte les intérêts vitaux du pays et reconnaît l’importance des liens avec les Etats-Unis. Cela s’est confirmé dans la prise de position de la Chine face à la guerre américaine en Irak, et dans sa recherche affirmée d’une solution pacifique au problème posé par le programme nucléaire nord-coréen.


Il ne fait aucun doute que le gouvernement de M. Saddam Hussein avait commis des crimes inqualifiables, notamment vis-à-vis des Kurdes, et qu’il fallait faire face aux dangers créés par Bagdad. Il est tout aussi évident que l’Irak ne représentait une menace immédiate ni pour ses voisins ni pour les Etats-Unis.


Aucune résolution du Conseil de sécurité n’autorisant le déclenchement d’une action armée, la Chine ne pouvait ouvertement soutenir l’intervention américaine. Comme les quatre autres membres du Conseil de sécurité détenteurs d’un droit de veto, elle avait l’obligation morale de défendre la paix. Elle avait d’autres raisons de ne pas soutenir cette guerre. La principale tient à sa dépendance énergétique envers le Proche-Orient, qui s’accroît avec le développement économique accéléré. A l’aube du XXIe siècle, l’acquisition de ressources énergétiques est devenue stratégique pour Pékin, et l’attaque des Etats-Unis était perçue comme un renforcement de leur mainmise sur la région où se trouvent les plus vastes réserves pétrolifères du monde.


Toutefois, consciente de la faiblesse de son économie et de sa dépendance à l’égard des Etats-Unis (qui absorbent environ 20 % de ses exportations), la Chine ne pouvait prendre la tête des adversaires de la guerre. Malgré l’absence d’un réel débat public autour de la légitimité du conflit, et donc autour de la légitimité des décisions chinoises, les dirigeants savaient que le gouvernement Bush se lancerait dans la guerre même sans résolution onusienne. Le veto chinois, au côté de ceux de la France et de la Russie, se révélerait donc incapable de stopper l’Amérique de M. Bush.


De leur côté, et malgré l’opposition ouverte de la France, de l’Allemagne et de la Russie, particulièrement visible lors des débats au Conseil de sécurité du 14 février 2003, les Etats-Unis semblaient déterminés à arracher un mandat de l’ONU en convainquant au moins neuf membres de cet organisme de voter pour la guerre. Si un tel vote avait eu lieu, la Chine aurait été placée dans une position extrêmement inconfortable. Voter pour les Etats-Unis était inconcevable, mais voter contre eux aurait eu des conséquences graves sur les relations bilatérales, à un moment où leur stabilité était vitale pour les deux pays. Quant à l’abstention, elle aurait eu pour effet de discréditer la Chine, qui serait apparue timorée face à la démonstration de force américaine.


On peut mettre au crédit du ministère chinois des affaires étrangères d’avoir contribué à faire prendre conscience à l’administration Bush qu’elle n’obtiendrait pas les neuf voix indispensables. Il a ainsi évité à son pays d’être placé devant un choix regrettable.


Plus important encore est le défi qu’a représenté le programme nucléaire de la Corée du Nord, qui partage une frontière avec la Chine. Cette dernière a joué un rôle discret mais décisif dans la résolution de la crise qui a opposé Washington et Pyongyang en 1994, à propos de l’inspection des installations nucléaires de Yongbyang. Mais lorsque, en 2002, la Corée du Nord a révélé à M. James Kelly, sous-secrétaire d’Etat pour les affaires du Pacifique et l’Asie orientale (1), qu’elle n’avait pas mis fin à ses recherches nucléaires militaires, les relations entre la Chine et les Etats-Unis ont été à nouveau mises à l’épreuve.


Selon l’administration Bush, Pékin disposait de moyens de pression sur Pyongyang et devait les utiliser. Dès le début de l’année 2003, Washington a reproché à la Chine de ne pas s’impliquer suffisamment dans les négociations ; certains responsables américains ont même poussé le chantage jusqu’à suggérer que le Japon pourrait, lui aussi, développer un programme nucléaire. En réalité, la Chine était tout aussi embarrassée que les Etats-Unis : son développement économique repose sur la stabilité et la paix de la région ; la prolifération d’armes de destruction massive, surtout si elles sont détenues par un pays voisin, va totalement à l’encontre de ses intérêts.


Le programme nucléaire nord-coréen – même s’il peut sembler s’expliquer face à la « menace » américaine – complique la situation de la région. Son application aggraverait considérablement les tensions entre Washington et Pyongyang et augmenterait les risques de conflit. D’autres pays de la zone pourraient se laisser tenter par l’aventure nucléaire. De plus, toute guerre entraînerait à coup sûr l’exode de réfugiés. Dans un scénario catastrophe, si une urgence militaire surgissait dans la péninsule, Pékin serait obligé de prendre position ou de rester à l’écart, impuissant.


La Chine ne peut évidemment prétendre n’avoir aucune influence sur la Corée du Nord : elle lui fournit de l’énergie, de la nourriture, des engrais, etc., pour un montant estimé entre un quart et un tiers de l’aide internationale chinoise. Mais, pour intervenir, Pékin doit prendre en compte les intérêts de toutes les parties impliquées. En échange de l’abandon de son programme nucléaire militaire, la Corée du Nord doit disposer de garanties de sécurité raisonnables. Et l’on ne peut oublier qu’elle pense représenter un bouclier défensif pour la Chine.


Médiation avec la Corée du Nord


Jamais, avant le printemps 2003, Pékin ne s’était engagé dans des navettes diplomatiques aussi intenses. Les vice-ministres des affaires étrangères Dai Bingguo et Wang Yi se sont rendus plusieurs fois en Corée du Nord, et le président Hu Jintao a écrit au président nord-coréen Kim Jong-il. Le ministre des affaires étrangères Li Zhaoxing et le vice-ministre Wang Yi se sont également déplacés jusqu’à Washington afin de coordonner les efforts des deux pays. Enfin, M. Qian Qichen, l’architecte de la nouvelle diplomatie chinoise, a effectué une visite officieuse en Corée du Nord en avril 2003, probablement pour inciter le gouvernement de Pyongyang à négocier avec les Etats-Unis (2). C’est la Chine qui a lancé les trois derniers cycles de la « conférence des six » qui a réuni les deux Corées, les Etats-Unis, la Russie, le Japon et la Chine, à Pékin. Son action se déploie sur quatre niveaux.


1. Le rôle des hauts dirigeants. Le nouveau président Hu Jintao, comme son prédécesseur Jiang Zemin, a personnellement pris en charge le dossier. Il y a trois ans, le président Jiang avait fait des déclarations publiques à propos du programme nucléaire de la Corée du Nord. Il s’était clairement prononcé contre « toute nouvelle arme nucléaire ».


Au printemps 2003, le président Hu a écrit à son homologue nord-coréen pour lui expliquer que la garantie de la sécurité nord-coréenne passait par le développement économique et pour l’inciter à renouer un dialogue multilatéral. Le contenu de cette lettre n’a pas été rendu public, mais il semble que le président Hu ait fait comprendre à M. Kim Jong-il que ce dernier serait seul responsable des conséquences malheureuses engendrées par son refus de négocier.


2. Le rôle du département central de liaison du Parti. M. Hu Jintao a pris la tête du petit groupe de direction des affaires étrangères du Parti communiste chinois (PCC), un centre de décision qui relie plusieurs organes gouvernementaux et qui joue un rôle particulier au sein des élites dirigeantes. Sous la direction du ministre Dai Bingguo, il avait établi de solides relations de travail avec de nombreux dirigeants du monde. Ce qui valut à celui-ci d’être nommé au printemps 2003 vice-ministre des affaires étrangères. Dans la hiérarchie du Parti, cela signifie qu’il dirige, de fait, le ministère. C’est lui qui s’est rendu en Corée du Nord pour remettre à M. Kim Jong-il la lettre du président Hu, contribuant à persuader le dirigeant nord-coréen de reprendre les négociations multilatérales, à Pékin.


3. Le rôle de l’armée chinoise. Une partie du commandement militaire estime que les armes nucléaires nord-coréennes représentent un danger bien moindre que l’arsenal atomique détenu par l’Inde. Certains vont même jusqu’à soutenir que la Chine pourrait coexister pacifiquement avec une Corée du Nord nucléaire et que celle-ci pourrait leur servir à contenir la puissance américaine en Asie orientale. C’est que, pour la Chine, Taïwan est et restera le problème essentiel. La diplomatie doit donc agir avec précaution pour ne pas mettre en danger la survie de la Corée du Nord.


4. Les différentes méthodes de pression. Malgré les démentis, la Chine a bien « suspendu » ses approvisionnements en pétrole à destination de la Corée du Nord, au printemps 2003, officiellement pour des « raisons techniques ». Le contexte actuel peut faire douter de cette explication. Aux prises avec des impératifs contradictoires, la Chine essaie de maintenir un équilibre précaire. Ainsi, lors d’une réunion de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), elle a demandé que la question nord-coréenne soit discutée devant le Conseil de sécurité de l’ONU – indice supplémentaire de son mécontentement à l’égard de son voisin. Mais, au Conseil, elle a préféré ne pas aborder la question, afin de favoriser les efforts diplomatiques. Et, après le dernier cycle de négociations à Pékin en août 2003, le vice-ministre d’alors, M. Wang Yi, a reproché aux Etats-Unis de faire preuve d’immobilisme.


On le voit : il est vital pour la Chine d’être perçue comme un médiateur honnête et impartial, et non comme une grande puissance n’agissant que pour ses propres intérêts, ou pour le compte des Etats-Unis.


Même si le processus de prise de décision en matière de politique étrangère devient plus transparent, beaucoup de zones d’ombre demeurent dans cette diplomatie, de plus en plus influencée par les think tanks chinois et par l’opinion publique.


Cependant, depuis qu’elle considère être entrée dans une « période de grandes possibilités stratégiques », la Chine privilégie ses relations avec les grandes puissances – dont la plus importante est, bien sûr, l’Amérique du Nord. Cet état de fait a été reconnu lors de la conférence de Beidaihe (3), à l’été 2002, au cours de laquelle les troisième et quatrième générations des chefs du PCC sont revenues sur une décennie de relations difficiles entre la Chine et les Etats-Unis. La nouvelle équipe dirigeante entend continuer dans cette voie, tout en faisant preuve de davantage de patience et de compétence pour surmonter les difficultés et les défis auxquels le pays fait face.


Les réactions face aux crises irakienne et nord-coréenne accréditent cette thèse. La visite effectuée en Corée du Nord par M. Wu Bangguo, président de l’Assemblée nationale du peuple et numéro deux dans la hiérarchie de la quatrième génération, permet d’entretenir de nouveaux espoirs : le 30 octobre 2003, M. Kim Jong-il se disait prêt à participer au deuxième cycle de la « conférence des six » à Pékin. Si l’on peut être certain que Pyongyang va continuer son jeu de cache-cache diplomatique, la Chine semble désormais capable de maîtriser la situation. Un autre haut responsable du bureau politique, M. Li Changchun, s’est rendu à Pyongyang du 10 au 13 septembre 2004 pour persuader ses interlocuteurs de participer au cycle de négociations à Pékin.


Quelle qu’en soit l’issue, il est désormais possible d’identifier l’orientation dominante de la nouvelle politique étrangère chinoise : un hyperréalisme pour servir les intérêts nationaux.










Qui dit prolifération nucléaire pense Corée du Nord et Iran : Pyongyang est accusé d’avoir développé un programme militaire ; l’Agence internationale de l’énergie atomique presse Téhéran de dire la vérité sur le sien (Lire Menace iranienne, menace sur l’Iran). Et si la principale menace venait des Etats-Unis ? Non seulement ces derniers, sous couvert de lutte contre l’« axe du Mal », prônent la « guerre préventive », mais ils envisagent d’utiliser l’arme nucléaire, y compris contre des pays n’en disposant pas. Et, à leur imposant arsenal stratégique, ils veulent ajouter de nouvelles bombes de haute précision, capables notamment de détruire les bunkers souterrains.












Par Pascal Boniface

Directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), Paris ; auteur de La Terre est ronde comme un ballon, Seuil, Paris, 2002, et de La France contre l’Empire, Laffont, Paris, 2003.








Au mois d’août 2003, le US Strategic Command, qui a la responsabilité des forces nucléaires américaines, a convoqué une discrète réunion dans une base du Nebraska, afin de préparer des plans d’acquisition d’armes nucléaires de nouvelle génération. Plus de 150 spécialistes de haut niveau y assistèrent. Parmi eux, des membres de l’administration, des responsables des trois principaux laboratoires nucléaires américains (Los Alamos, Sandia et Lawrence Livermore), des officiers supérieurs de l’Air Force et du Strategic Command, des industriels et des experts en défense. En revanche, aucun observateur du Congrès ne fut admis (1).


Objectif de ce très select brainstorming : diversifier la gamme des options nucléaires à la disposition des planificateurs américains, afin de se doter d’armes de haute précision mais de très faible intensité, capables de pénétrer profondément dans le sol pour détruire des abris souterrains et des bunkers (2). Le Pentagone ne se contente plus de recenser missiles et bombardiers dans les arsenaux des pays qui peuvent porter atteinte à la sécurité des Etats-Unis : il va jusqu’à établir une liste de 70 Etats disposant de plus de 1 400 postes de commande de tir de missiles ou d’installations souterraines d’armes de destruction massive (3). Au cours de la guerre froide, la menace venait des armes nucléaires soviétiques. Désormais, ce sont les bunkers de ceux qu’ils nomment « dictateurs » qui, apparemment, donnent des sueurs froides aux responsables de la défense des Etats-Unis.


Tout le problème est de réduire les « dommages collatéraux » que pourraient produire des frappes nucléaires sur ces sites. L’armée américaine est donc à la recherche de missiles d’un type nouveau qui puissent « améliorer sa capacité de prévenir des attaques en les dissuadant », a déclaré M. Keith Payne. Assistant adjoint du secrétaire à la défense jusqu’à mai 2003, ce dernier a, depuis, rejoint un think tank :le National Institute for Public Policy. Pour lui, « ce type de force pourrait dissuader les ennemis potentiels de construire des installations souterraines (4) ».


Ce serait bien la première fois que l’accroissement de l’arsenal d’une nation aurait pour effet de tétaniser l’effort militaire des pays contre lesquels il est officiellement dirigé. L’histoire de la stratégie nous apprend que cela ne s’est jamais produit. Une accélération des programmes militaires d’un pays - surtout perçu comme agressif avec les faibles, comme c’est le cas actuellement des Etats-Unis - provoque nécessairement un effort de rattrapage ou de contournement chez l’adversaire potentiel.


D’autres responsables américains se sont exprimés dans le même sens que M. Payne. Selon le porte-parole du Pentagone, M. Michael Shavers, Washington devrait adopter la stratégie nucléaire apte à faire face aux nouvelles menaces. M. Paul Robinson, directeur du laboratoire de Sandia, abonde en ce sens : selon lui, les Etats-Unis dissuaderont bien mieux leurs adversaires si la distinction entre armes nucléaires et armes conventionnelles devient plus floue. Et de préconiser une nouvelle stratégie permettant la combinaison d’attaques conventionnelles ou nucléaires à des fins de préemption ou de représailles (5).


On est loin du temps où le président George W. Bush déclarait, au cours de la campagne électorale, le 23 mai 2000, qu’il fallait réduire unilatéralement l’arsenal nucléaire américain, en indiquant : « Les armes dont nous n’avons plus besoin sont les reliques onéreuses de conflits révolus (6). » De fait, si les nouveaux plans du Pentagone font les délices de l’ensemble des laboratoires nucléaires américains, qui craignaient de devoir réduire leurs programmes, ils inquiètent pour des raisons symétriques tous les partisans du contrôle des armements - ceux-ci, il est vrai, ne tiennent plus le haut du pavé à Washington.


Pourtant, la stratégie nucléaire qui s’annonce n’a rien d’un coup de tonnerre dans un ciel sans nuages. Elle s’inscrit dans une logique plus ancienne. Dès septembre 1996, le président William Clinton signait une directive revenant sur l’engagement pris en 1978 de ne pas utiliser d’armes nucléaires contre un pays n’en possédant pas.


En janvier 2002, le secrétaire d’Etat à la défense, M. Donald Rumsfeld, remettait au Congrès un Nuclear Posture Review (Réexamen de la politique nucléaire). Il s’agissait déjà d’envelopper d’un habillage stratégique un plan de relance de l’arsenal américain. Selon ce document, les Etats-Unis devaient désormais affronter des dangers diversifiés venant d’horizons variés et pas tous prévisibles. Le Pentagone estimait donc que l’arsenal existant ne comportait pas d’armes suffisamment précises : de forte puissance, elles avaient une capacité de pénétration dans le sol trop limitée.


D’où l’exigence d’armes nouvelles, conçues pour détruire les bunkers, même enterrés profondément, tout en limitant les « dommages collatéraux ». Le rapport avançait déjà le chiffre de 1 400 objectifs souterrains, et estimait que les armes conventionnelles n’avaient pas une capacité de pénétration suffisante pour les détruire. Pour assurer la longévité des armes distantes comme pour réaliser les nouvelles têtes nucléaires, il serait peut-être nécessaire de reprendre les essais nucléaires.


Privés de leur adversaire soviétique, les responsables du Pentagone lui recherchaient déjà désespérément un substitut afin de justifier la poursuite de leurs programmes... Le Nuclear Posture Review établissait une liste de sept pays contre lesquels des armes nucléaires tactiques de nouvelle génération pourraient être utilisées : la Russie, la Chine, l’Irak, l’Iran, la Corée du Nord, la Libye et la Syrie (7). Conclusion de M. Jonathan Schell, figure de proue des avocats du désarmement (8) : « La nouvelle politique de Bush stipule clairement que la prévention de la prolifération ne se trouve pas dans les traités, mais dans une attaque américaine (9). »


Cette stratégie est inquiétante, pour trois raisons notamment. Elle remet d’abord radicalement en cause la thèse classique de la dissuasion pour s’orienter vers un schéma d’utilisation des armes nucléaires axé sur la rapidité et la surprise. En deuxième lieu, elle va contribuer à remettre en cause le régime, déjà mal en point, de désarmement. Enfin, elle constitue paradoxalement une prime à la prolifération nucléaire.


La tentation de voir dans les armes nucléaires des armes comme les autres, et par conséquent de les utiliser, n’est certes pas nouvelle. Dès l’origine, deux conceptions s’affrontèrent. Ceux qui privilégiaient une approche politique soulignèrent qu’il s’agissait d’armes radicalement différentes de celles de type conventionnel. Leur but était d’effrayer suffisamment l’adversaire pour ne pas avoir besoin d’y recourir. D’autres, au contraire, les présentèrent comme des instruments militaires simplement plus efficaces et n’excluaient donc pas de s’en servir.


Dans les années 1950, l’équipe du président Dwight Eisenhower compte sur les capacités nucléaires américaines pour compenser l’avantage soviétique en armes classiques. Les armes nucléaires sont censées produire « un plus gros boum pour moins de dollars » (A bigger bang for less bucks [10]). La stratégie de riposte graduée adoptée par les Etats-Unis dans les années 1960 va dans le même sens : elle prévoit explicitement d’utiliser des armes nucléaires tactiques sur le champ de bataille. Il en ira de même, dans les années 1980, avec le projet de bombe à neutrons, qui fut finalement abandonné.


Toutefois, si la pensée stratégique américaine, contrairement à la doctrine française, a toujours mélangé les approches politique et militaire des armes nucléaires, les Etats-Unis n’avaient jamais envisagé jusqu’ici non seulement de déclencher le feu nucléaire en premier, mais de le faire sans avoir été préalablement agressés.


De nouveaux « Docteur Folamour »


Qu’est-ce que dissuader ? C’est brandir la menace explicite de l’utilisation d’armes nucléaires, qui créeraient à coup sûr des dommages irréversibles, pour empêcher un adversaire potentiel de se livrer à une attaque armée, fût-ce avec des armes conventionnelles. L’éventualité de l’emploi en premier d’armes nucléaires est donc consubstantielle à la dissuasion. C’est pourquoi les partisans de la dissuasion rejettent le concept du « No first use », dans lequel le nucléaire ne dissuade que le nucléaire. Les Etats-Unis, comme la France, entendaient dissuader même une attaque conventionnelle soviétique.


Mais il en allait différemment à l’égard des Etats non nucléaires. Dès 1978, Washington avait pris l’engagement de ne pas utiliser d’armes nucléaires contre des pays qui n’en possédaient pas. Cet engagement a été solennellement repris par les cinq puissances nucléaires officielles (11) lors de la prorogation du traité de non-prolifération (TNP) en 1994, vingt-six ans après sa signature. C’était une concession faite aux Etats non nucléaires, en échange de leur renonciation à ces armes. Désormais, les Américains reviennent implicitement sur cet engagement.


Plus grave encore, avec cette nouvelle doctrine, ils pourraient fort bien utiliser des armes nucléaires non seulement contre un pays n’en possédant pas, mais aussi contre un pays ne les ayant aucunement attaqués. Il suffirait, pour ce faire, qu’ils affirment vouloir se lancer dans une action « préventive », en dehors du cadre légal de la légitime défense, contre un pays qu’ils diraient soupçonner de vouloir porter atteinte à leur sécurité. La guerre d’Irak se serait terminée plus vite et mieux si, grâce à l’efficacité d’armes nucléaires de haute précision, on avait pu tuer M. Saddam Hussein dans son bunker dès le début du conflit, plaident les partisans du changement de doctrine, qui s’étaient d’ailleurs déjà exprimés en ce sens après la guerre du Golfe de 1990-1991 (12).


En brisant maintenant ouvertement le tabou qui sépare les armes nucléaires (jamais utilisées depuis 1945, du fait justement de leur caractère apocalyptique) des armes conventionnelles, ces nouveaux « Docteur Folamour » prennent le risque énorme de faciliter leur emploi. Espèrent-ils résoudre la très complexe équation du Proche-Orient à coup de mini-bombes ? Il n’est pas besoin d’être un spécialiste des questions stratégiques pour s’émouvoir d’une telle perspective. Sans parler du risque d’« erreur de ciblage », qu’on ne peut jamais exclure.


Le 6 août dernier, lors de la célébration du 58e anniversaire du bombardement d’Hiroshima, le maire de cette ville, M. Tadatoshi Akiba, a déclaré que le TNP était sur le point de s’effondrer non pas sous les coups de boutoir des Coréens du Nord, mais principalement du fait de la politique nucléaire américaine (13). Car les projets de Washington mettraient fin à dix ans d’interdiction de toute recherche d’armes d’une capacité de moins de 5 kilotonnes. De fait, les Etats-Unis semblent rêver d’une politique de frappe nucléaire préemptive, équivalent, dans le domaine atomique, de la « légitime défense préventive » mise en oeuvre en Irak.


Autre question : la mise au point de cette nouvelle génération n’impliquera-t-elle pas de mettre fin au moratoire sur les essais nucléaires déclaré par les Etats-Unis en 1992 ? Pour le moment, il n’en est pas question. Washington, qui n’a pas ratifié le traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE, conclu en 1995), s’est néanmoins engagé unilatéralement à le respecter.


En mai 2002, les Etats-Unis s’étaient engagés auprès de la Russie à réduire de 6 000 à environ 2 000 le nombre d’ogives nucléaires offensives qu’ils possédaient. Il s’agissait d’une promesse en trompe-l’oeil : les militaires américains conservaient en effet le droit de posséder 10 000 ogives stockées, qui peuvent être réactivées en quelques jours en cas de besoin (14). Inventeur du concept Arms Control, Washington se distingue actuellement par un refus total de tout désarmement négocié.


Après l’Irak, l’Iran ou la Corée ?


Dans les années 1960 et 1970, Arms Control était né de l’inquiétude suscitée par l’effet stratégiquement déstabilisant - et financièrement ruineux de la course aux armements. Il s’agissait non pas de la faire cesser, mais de la maîtriser au niveau bilatéral. Jusqu’à la fin des années 1980, les arsenaux des superpuissances ont continué à croître, mais à un rythme nettement moins élevé. Au début des années 1990, on est passé de la maîtrise des armements au désarmement : élimination des forces nucléaires intermédiaires, réduction des arsenaux centraux (on était passé de Salt à Start, la réduction remplaçait la limitation) (15), interdiction totale des armes chimiques, réduction des forces conventionnelles en Europe...


C’est cet élan qui a été cassé dans la seconde partie des années 1990, avec le refus du traité d’interdiction totale des essais nucléaires, l’abrogation du traité ABM (Anti Balistic Missile) de 1972 (qui avait pourtant résisté à toutes les vicissitudes de l’affrontement Est-Ouest), sans parler du refus de traité d’interdiction des mines et du protocole de vérification de la convention des armes biologiques.


Offrant au monde entier une caricature d’unilatéralisme, les Américains cherchent à s’exonérer de leurs engagements antérieurs (alors que les autres pays doivent s’y tenir) et refusent de souscrire à des engagements nouveaux (que les autres pays sont incités à respecter). On en revient ainsi à une conception d’un désarmement non plus négocié, mais imposé aux faibles comme aux vaincus d’un conflit.


Les Etats-Unis, à l’instar du reste de la société internationale, ont toujours fermé les yeux sur le programme nucléaire israélien, qui n’a rien de potentiel : il est bien réel. Après avoir exercé des pressions constantes sur l’Inde et le Pakistan pour qu’ils renoncent à leur programme nucléaire militaire, les Etats-Unis acceptent de facto leur qualité d’Etats nucléaires. Il est vrai que ces trois pays se sont tenus à l’écart du TNP et ne violent donc aucune obligation légale.


Les plans américains, loin de lutter contre la prolifération, risquent plutôt de la relancer. La conclusion que peuvent tirer de la guerre d’Irak et de cette nouvelle stratégie les candidats à l’armement nucléaire, c’est que, pour être à l’abri des foudres américaines, il vaut mieux avoir une capacité de riposte et de nuisance que de suivre les engagements de non-possession d’armes de destruction massive.


La Corée du Nord, qui avoue officiellement une capacité nucléaire et qui refuse tout contrôle international, fait l’objet d’un traitement diplomatique par les Etats-Unis. L’Irak, qui niait être possesseur d’armes nucléaires et acceptait un contrôle illimité de ses déclarations, a fait l’objet de la réponse militaire que l’on sait. La conférence d’examen du TNP, qui doit se dérouler en 2005, risque d’être particulièrement houleuse...





Les derniers numéros de
La Lettre de Corée


n° 25 - novembre 2004




Trois Nord-Coréens à Paris




Pour la première fois trois Coréens nés au nord de la péninsule, dont deux transfuges récents, ont pris la parole ensemble, à Paris.


Ø M. Kim Sang Hun, ancien fonctionnaire de l’ONU, soutien inlassable des réfugiés nord-coréens qui traversent la Chine clandestinement pour rejoindre un pays voisin à partir duquel ils pourront se rendre en Corée du Sud,


Ø M. Koh Young Hwan, un ancien diplomate de Pyongyang, qui a fait défection alors qu’il était conseiller à l’ambassade nord-coréenne de Brazzaville,


Ø M. Kang Cheol Hwan, détenu à l’âge de 9 ans au camp de Yodok de 1978 à 1988, aujourd’hui journaliste,


ont évoqué la situation dans leur pays et ses relations avec ses voisins.


Ils sont venus à l’invitation du CERI, le centre d’études des relations internationales, de la SIDH (Société internationale pour les droits de l’homme) et du Comité d’aide à la population nord-coréenne. Ils ont donné une conférence au CERI le 15 novembre, puis ont répondu aux questions d’une trentaine de journalistes au CAPE, à l’invitation de l’association Asiapresse. Ils ont accordé plusieurs interviews, et l’on a pu les entendre ou les voir sur divers médias comme France-Culture, LCI, Radio France Internationale.




Première liste de 54 réfugiés renvoyés de force par les autorités chinoises en Corée du Nord




A quelques exceptions près, les nouvelles que nous recevions jusqu’ici de Corée du Nord n’étaient pas nominatives. Cette fois, grâce aux efforts des réfugiés nord-coréens à Séoul, voici 54 noms de malheureux qui ont été remis de force par les autorités chinoises à la Corée du Nord. Nous ne savons rien sur leur sort actuel. Nous exigeons des autorités chinoises et des autorités nord-coréennes qu’elles nous donnent des nouvelles de chacun d’entre eux.


Nous demanderons à des responsables politiques européens - français, notamment - de parrainer chacune de ces personnes. Il n’est pas possible qu’un pays comme la Chine, qui veut donner d’elle-même un visage moderne, puisse se permettre de donner en pâture aux maîtres de Pyongyang des malheureux qui n’avaient comme seul tort que de fuir la faim et la tyrannie.




Le parc industriel de
Kaesong





Au sud, on
annonce que dès la fin de l’année les premières entreprises pourront
commencer leur production. Mais n’est-ce pas aller un peu vite en
besogne ? Le 11 octobre 2004, la Corée du Nord annonçait
unilatéralement les règles du jeu en ce qui concerne les polices
d’assurances et concluait que quiconque refuserait de s’y confirmer
recevrait une amende de 10.000 dollars !




D’autres
règlements ont été promulgués, qui concernent les Monts Kumgang, où
les entreprises pourront faire des travaux, et d’une manière générale
utiliser certains terrains comme bon leur semble, à condition, quand
elles les quittent, de les rendre dans l’état où elles les ont
trouvés. On compte que depuis son ouverture en 1998, près de 800.000
visiteurs se sont rendus dans le parc des Monts Kumgang, le seul
endroit où des Sud-Coréens peuvent faire du tourisme – et apporter au
régime du Nord les précieuses devises qui lui manquent.










468 en 24 heures !





Malgré le
sévère contrôle de la frontière avec la Chine, les transfuges de Corée
du nord ont vu leur nombre augmenter de 28% pendant le 1er semestre
2004 (par rapport au premier semestre de l’an dernier). Les données
statistiques sont les suivantes : il y a eu en 2001, 583 réfugiés
nord-Coréens au Sud, en 2002, 1104, en 2003, 1285. Ce nombre sera
pulvérisé en 2004 puisque non seulement 768 nord-Coréens sont arrivés
de janvier à juin au Sud, mais 468 nouveaux sont arrivés fin juillet,
en provenance du Vietnam, où ils s’étaient introduits clandestinement
pendant les mois précédents.







Les réfugiés nord-coréens en Chine






Un nombre grandissant de
Nord-Coréens qui se cachent en Chine tentent de rejoindre la Corée du
Sud en entrant de force dans des bâtiments diplomatiques ou liés à une
puissance étrangère. Le lundi 27 septembre, 8 nord-Coréennes et leurs
enfants sont entrées par surprise dans les locaux d’une école
américaine. Les responsables de l’école ont malheureusement appelé la
police qui a embarqué les réfugiés. Que sont-ils devenus ?



Cela n’a pas empêché 20
nouveaux réfugiés d’entrer dans le consulat de Corée du Sud à Pékin. A
l’intérieur du consulat, une centaine d’autres réfugiés attendent
qu’on décide de leur sort.



44 s’étaient introduits
en septembre dans l’ambassade du Canada.







Des camps nazis aux camps
nord-coréens





La Shoah, l’entreprise systématique de destruction des
Juifs, n’a pas d’équivalent en Corée du Nord. En revanche, les camps
nazis comme les camps staliniens se peuvent comparer aux camps qui
existent actuellement en Corée du Nord. C’est pourquoi le centre Simon
Wiesenthal a organisé le 13 septembre 2004, une conférence à Los
Angeles, en liaison avec diverses organisations de défense des droits
de l’homme, pour dénoncer les camps de concentration de Corée du Nord.
Les informations concernant des expériences médicales, en utilisant
des gaz sur des détenus, ont évidemment ravivé de douloureux souvenirs
et poussé le Centre Wiesenthal à appeler à la mobilisation mondiale
contre les camps du régime de Kim Jong Il.







Bibliographie : ouvrages et
articles parus récemment sur la Corée du Nord






Comrades and strangers, Behind the
closed doors of North Korea
,
de Michael Harrold, éd.
Wilmey,
Chichester, 2004.



Michael Harrold a vécu 7 ans, de 1986 à 1993, à Pyongyang, où il
travaillait aux éditions en langues étrangères. Il raconte sa vie
quotidienne, ses amitiés et les difficultés qu’il rencontre dans un
pays dont les habitants sont tous marqués par un régime aux limites de
la pathologie, pris dans une fièvre obsidionale chronique, une crainte
paranoïde de tout ce qui peut ressembler à une pensée et un
comportement individuels. L’ouvrage se lit avec plaisir cependant,
l’auteur traitant le plus souvent avec une ironie grinçante les
travers du système, comme s’il ne méritait même pas une analyse
politique ou un rappel sérieux de ses manquements aux droits de
l’homme…On reconnaît là l’approche si efficace de Guy Delisle, dont la
remarquable bande dessinée « Pyongyang » (publiée par les éditions
L’association en 2003) est à nouveau disponible en librairie.


Kim
Jong Il, dictateur nord-coréen,
de Michael
Breeen, éd. Saint-Honoré Média, Paris, 2004.




Michael Breen a derrière lui des années de vie à Séoul, où il a publié
une « newsletter » de qualité consacrée à la Corée du Nord. Il est allé
aussi maintes fois dans ce pays et son ouvrage ne se contente pas de
nous faire connaître le maître de la Corée du Nord et le clan familial
au pouvoir à Pyongyang mais l’histoire et l’actualité de la « République
démocratique et populaire de Corée ». L’ouvrage est bourré de faits,
écrit d’une manière alerte. On regrettera seulement que la traduction ne
soit pas toujours heureuse et qu’on puisse même trouver des fautes
allant même jusqu’à l’oubli de mots…



Evadés de Corée du Nord
, de Juliette Morillot
et Dorian Malovic, éd. Presses de la cité & Belfond, Paris, 2004.



C’est
un livre de témoignages, recueillis à Séoul ou en Chine, près de la
frontière nord-coréenne que nous proposent une spécialiste de « pays du
matin clair », auteur notamment d’une remarquable « Corée, terre des
esprits », aux éditions Hermé en 2003 et un journaliste de La Croix,
Dorian Malovic, bon connaisseur du monde chinois – il fut pendant des
années correspondant de presse à Hong Kong. L’ouvrage évoque la famine
et la tyrannie que fuient les réfugiés nord-coréens, leurs difficultés –
le mot est un euphémisme – en Chine, leurs difficultés à s’adapter en
Corée du Sud.


On
pourra compléter cette lecture avec la lecture du mensuel Marie-Claire
qui, dans don numéro de novembre 2004, consacre un article aux femmes
nord-coréennes et de la revue Politique Internationale (n° 105, automne
2004), que dirige Patrick Wajsman. Pierre Rigoulot y traite des camps
nord-coréens – « un goulag si discret » – et Thérèse Delpech de la
question du nucléaire nord-coréen et de l’appui qu’apportent à Pyongyang
les autorités de Pékin. Son article s’intitule « Pyongyang-Pékin, les
maîtres de l’ambiguïté ».





n° 24 - février 2004






Editorial







La guerre des
mots a bien eu lieu pendant la visite de M. Hu Jin Tao. Et, malgré les
manifestations encourageantes de diverses personnalités et
organisations, on a beaucoup entendu les politiciens, hommes
d’affaires et autres commentateurs de l’événement qui ont opposé les
« réalités » - démographiques, commerciales, culturelles - et les
« questions » - « question » de Taiwan, « question » du Tibet,
« question » des droits de l’homme.




Comme aurait dit
Coluche : « si t’avais vu la gueule des questions ! ».



Celle des exécutés, par
exemple (la Chine est, et de loin, championne du monde du nombre
d’exécutions capitales), ou celle des torturés dans les prisons, celle
des opposants politiques interdits, pourchassés, exilés, celle des
religieux persécutés, des Tibétains ou des Ouigours qui refusent une
sinisation forcée.



Quant à Taiwan - autre
« question » - il eut été opportun de rappeler, même si l’on n’est pas
favorable au renforcement médiatique de ses capacités de défense,
qu’elle est devenue, dans cette région du monde un bel exemple de
développement économique et de respect des principes démocratiques, et
qu’à ce titre sa survie doit être garantie par les régimes
démocratiques, dont la France. Taiwan est la preuve vivante que la
démocratie et le monde chinois n’ont rien d’incompatible. Une vérité
difficile à digérer pour ceux qui pensent le monde comme une mosaïque
de zones culturelles immuables et intangibles.




Une autre « question » a
été oubliée dans les commentaires sur la visite de Hu Jin Tao : celle
de la Corée du Nord.



L’existence de cette
dictature épouvantable, pourvoyeuse de famine et de propagande
imbécile pour son propre peuple, de missiles pour le Moyen-Orient, de
drogue et de fausse monnaie là où peuvent agir ses agents, dépend plus
que jamais de la Chine pour son énergie comme pour son alimentation.
L’ouverture et l’esprit de responsabilité des dirigeants de Pékin,
tant vantée par nos diplomates, devraient trouver une excellente
occasion de s’exercer à l’heure où la Corée du Nord, contrevenant à
tous ses engagements antérieurs, renforce ses capacités nucléaires
militaires. Aucun pays ne bénéficie d’atouts aussi puissants que ceux
de la Chine pour obliger la dictature de Kim Jong Il à renoncer
définitivement et de manière vérifiable à son arsenal de mort, à
ouvrir les portes de ses camps de concentration et à retirer le carcan
stalinien qui entrave son économie, afin de permettre à sa population
de se nourrir mieux.



Si la Chine n’est pas
inactive aux côtés des Etats-Unis, du Japon, de la Russie et de la
Corée du Sud, dans les négociations qui se mènent actuellement avec la
Corée du Nord sur son armement nucléaire, rien n’indique qu’elle
souhaite la chute de cette dictature. Elle n’est pas la seule dans ces
dispositions, hélas. Mais elle est la seule à avoir en main tous les
moyens nécessaires à une évolution « en douceur »du régime de
Pyongyang.




En attendant la bonne
volonté du PC chinois, 22 millions de Nord-Coréens vivent dans des
conditions infernales.



(28 février 2004, communiqué du
Comité d’aide à la population nord-coréenne
à l’occasion de la visite en France du n° 1 du PC
chinois, M. Hu Jin Tao)











Edmond Jouve décoré






Le 1er
janvier 2004, nous apprenions la promotion au rang d’officier de la
légion d’honneur, d’Edmond Jouve, professeur émérite de relations
internationales mais aussi grand promoteur du djoutché et
admirateur de Kim Il Sung, au titre de la vie scolaire.




Étrange manière pour
l’État de marquer son attachement aux droits de l’homme : il promeut
l’universitaire français qui a sans doute le plus œuvré à ce qu’on
accueille avec respect la propagande abjecte d’un des pires tyrans de
la planète. M. Xavier Darcos, avant de donner son aval à cette
promotion de M. Jouve, aurait du relire la prose de ce dernier : «
L’époque où nous vivons, précurseur d’un grand tournant, exige des
hommes d’un type nouveau qui soient à la hauteur de la tâche
historique posée et appelle d’extrême urgence un mouvement idéologique
devant initier les individus aux nouvelles idées.



Cette nouvelle idéologie
directrice, appelée à faire connaître aux masses populaires l’essence
de l’époque actuelle et à leur inculquer la conscience de maître
souverain, s’appelle « idées du djoutché ». Il est donc impératif pour
nous, au seuil du XXIe siècle, de déclencher un puissant
mouvement idéologique (…) en direction des idées du « djoutché ».
Celles-ci donnent une élucidation scientifique sur la place souveraine
et le rôle créateur de l’homme dans l’univers. Elles glorifient au
plus haut point sa dignité et ses valeurs, et indiquent la voie d’une
prospérité et d’un progrès illimité de l’humanité».




Ce charabia flagorneur
qui fait honte à l’enseignement français est paru dans La Corée
populaire
….









500 millions de dollars pour une
poignée de main !







La
justice s’est enfin emparée de l’affaire du versement de 500 millions
de dollars à Kim Jong Il, le dirigeant de Corée du Nord, pour qu’il
accueille le président sud-coréen Kim Dae Jung à Pyongyang en juin
2000 et fasse miroiter un rapprochement des deux Corées. Les membres
du jury du prix Nobel s’empressèrent pour accorder leur prix de la
paix à Kim Dae Jung.



Voilà bientôt
4 ans que ce « montage » a eu lieu. Lim Dong Won, l’ancien patron des
services secrets sud-coréens, qui avait pris une part centrale dans
cette affaire a été inculpé le 28 novembre 2003. Deux dirigeants de la
Korea Bank development ont été condamnés à deux ans et demi et
trois ans de prison avec sursis et l’ancien patron de Hyunday Asan ,
qui contrôle les projets nord-coréens du groupe, à un an de prison
avec sursis.






« Théma » d’Arte





Le 27 mars 2004 au soir,
Arte offrait aux téléspectateurs une « soirée thématique » sur la
Corée du Nord.



Le documentaire, réalisé
par Pierre-Olivier François était composé comme il se doit d’archives,
d’interviews et d’un commentaire. Le choix des interviews n’était pas
anodin : on put entendre l’ancien ambassadeur américain Don Gregg,
fort prudent, mais pas le diplomate John Bolton, actuellement en
charge du dossier nord-coréen, qui, lui, appelle un chat un chat et la
Corée du Nord une dictature. On put entendre aussi l’angélique Windy
Sherman, conseillère pour la Corée du Nord de l’administration
Clinton, nous expliquer que Kim Jong Il se sentait « forcé » de
s’armer du fait des menaces que les États-unis font peser sur lui et
qu’il ne faut pas l’« assaillir » (sic) avec la question des droits
de l’homme. Bref, la « ligne » de la direction d’Arte était
respectée ! Et laissée de côté la question de la validité de
l’approche « sage » et « prudente » de l’administration Clinton alors
qu’elle a justement permis aux Nord-Coréens de se doter
clandestinement d’un arsenal nucléaire inquiétant.




Le film signé Carr-Brown
qui suivait était cependant bien pire : il donnait si souvent la
parole aux propagandistes les plus grossiers du régime nord-coréens
que certains ont pensé assister à un film « ambigu » voire à un clin
d’œil complice du réalisateur.



D’autres se sont
indignés d’un commentaire assurant que les malheurs nord-coréens
étaient le fruit du blocus américain (sic), de l’effondrement de
l’URSS et d’une série de catastrophes naturelles.



Voilà qui réjouira les
bureaucrates de Pyongyang tout comme le tableau qui nous était fait
d’un État nord-coréen « privilégiant les générations futures » ou le
coup de griffe donné à « Médecins Sans Frontières » qui aurait pris «
prétexte» de la volonté nord-coréenne de contrôler la distribution de
l’ide pour se retirer du pays !




On put apprécier encore
le mépris à l’égard de la « farcissure » d’images d’enfants mourant de
faim – « toujours les mêmes » et pour finir le portrait – d’accord ici
sur l’ambiguïté ! – d’un « homme pur » ( non souillé par l’affreux
consumérisme), « endoctriné » loin des normes occidentales. Preuve,
selon Carr-Brown, que le marxisme nord-coréen produirait une «
aristocratie » !








La Corée du Nord de plus en plus
dépendante de la Chine









Les importations
d’électricité chinoise par la Corée du Nord ont littéralement explosé,
passant de 174.000 kilowatts/heure à 10,03 millions pour les dix
premiers mois de l’année 2003. L’absence de livraison de pétrole
américain, interrompues à la fin 2002 se fait lourdement sentir. La
Chine profite-t-elle de sa position de force pour faire évoluer la
Corée du Nord ? Dans le domaine du nucléaire militaire, peut-être.
Mais pour ce qui est d’aider la population nord-coréenne, la Chine a
choisi de repousser les réfugiés nord-coréens en installant environ
100.000 hommes à la frontière, de refuser à ceux qui parvenaient à
passer entre les mailles du filet le statut de réfugiés, et
d’emprisonner enfin les « passeurs » qui aident les réfugiés à
parvenir dans un pays voisin.










Arrestation d’un « passeur »
japonais par les autorités chinoises









Takayuki Nogushi, âgé de
32 ans, membre d’une ONG japonaise (Life Funds for North Korean refugees)
a été arrêté le 10 décembre 2003 dans le Guangxi. Il était alors
accompagné de deux réfugiés nord-coréens. Un mois plus tard, ils étaient
toujours détenus en Chine, un retard tout à fait inhabituel pour leur
rapatriement, qui donne quelque espoir aux dirigeants de l’ONG
japonaise. En octobre 2002, le dirigeant de l’ONG, M. Kato, avait été
arrêté alors qu’il fournissait de la nourriture et des vêtements chauds
à des réfugiés. Il fut expulsé et interdit de séjour en Chine pendant
cinq ans.. D’autres militants pour les droits de l’homme ont été plus
durement traités encore par les autorités chinoises : Un pasteur
protestant, Choi Bong-il, a été condamné à 9 ans de prison, d’autres
personnes entre 2 à 7 ans.











Le goulag caché








Le Comité américain pour
les droits de l'homme en Corée du Nord vient de diffuser un
remarquable rapport sur les camps de concentration nord-coréens
intitulé The Hidden Gulag. On pourra avoir accès à ce document
sur le site web http://www.hrnk.org.



Ses deux qualités
essentielles sont qu'il utilise la quasi-totalité des témoignages dont
on peut disposer sur les camps nord-coréens mais aussi une remarquable
série de photographies prises par satellites. On y distingue plusieurs
centaines de petits camps pour délits mineurs (Kyo Hwa So) et les
colonies de travaux forcés pour détenus politiques, au nom de 8 (Kwan
Li So).




Ces grands camps
abritent entre 5 000 et 50 000 prisonniers. ils ressemblent peu à ce
que nous savons des camps soviétiques ou nazis et ressemblent plutôt à
de vastes réserves de plusieurs kilomètres de côté abritant plusieurs
« villages », des ateliers, des lieus de rassemblements et même des
écoles - puisque les enfants peuvent y être internés, comme le fut
Kang Chol Hwan dont l'histoire est racontée page 30 (1).
Pour le reste - travail forcé, sous-nutrition, mauvaise conditions
d'hygiène - on retrouve les caractéristiques des camps de
concentration européens mais aussi asiatiques (séances de critiques et
d'autocritiques).
(2)



Les prisons sont aussi
décrites en détail. le témoignage de Mme Lee Soon Ok, dont les
mémoires ont été publiés en anglais (3) , est mis à
contribution mais aussi de huit autres détenus.




Une deuxième partie se
concentre sur les centres d'internement réservés aux réfugiés
nord-coréens rapatriés de force par les autorités chinoises vers leur
pays. Une dernière partie souligne les traitements inhumains subis par
ces réfugiés et notamment les femmes.



(1)
V. Kang Chol Hwan, avec Pierre Rigoulot, Les Aquariums de Pyongyang
(Laffont, Paris 2000)



(2) v. Joël
Kotek et Pierre Rigoulot, Le Siècle des Camps, Lattès, Paris
2000, notamment p. 674 à 691.




(3)
Lee Soon Ok, Eyes of the Tailless animals : Prison memoirs of a
North Korean Woman,
Living sacrifice book company, Bartlesville,
Ok. 1999.







La Corée du Nord et la drogue





Le trafic de drogue est
encouragé et même organisé par les autorités nord-coréennes. Il a ces
dernières années pris des proportions inquiétantes. Selon le Wall
Street Journal
du 3 avril 2003, ce trafic aurait rapporté entre
500 millions et un milliard de dollars à l’État nord-coréen en 2001 –
soit une nette augmentation par rapport aux années précédentes.



On estime aujourd’hui que les
fermes collectives consacrent à la culture du pavot, base de la
production d’héroïne, environ 5.000 hectares.



Depuis la fin des années
1990 cependant, la production d’héroïne a été supplantée par celle des
amphétamines, plus simple à produire. Le marché japonais tout proche est
très demandeur et 40% des importations de ces produits, réalisées par
les mafias japonaises, proviennent de Corée du Nord.



Outre le Japon, la Chine
et l’Australie comptent parmi les cibles privilégiées de la Corée du
Nord.




Notons que depuis 1976,
une cinquantaine d’arrestations et/ou de saisies de drogue impliquant
des Nord-Coréens ont eu lieu dans plus d’une vingtaine de pays de monde
entier.







La « Division 39 »








Les activités illégales
menées par la Corée du Nord comme le trafic de drogue et de fausse
monnaie sont orchestrées à Pyongyang par la « Division 39 » du Parti du
Travail nord-coréen, mise en place au milieu des années 1970 par le
régime pour faire face à ses difficultés économiques et financières
grandissantes.



Pour couvrir le
blanchiment d’argent et assurer diverses opérations financières, la
« Division 39 » se met en relation avec la Daesong Bank et la Golden
Star Bank (dont le siège social se trouve à Vienne, en Autriche).








Qu’est-ce que le PSI ?








Depuis la fin mai 2003, a
été mis en place un organisme réunissant onze pays - Allemagne,
Australie, Espagne, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Japon,
Pays-Bas, Pologne, Portugal, mais pas la Corée du Sud, toujours
soucieuse de ne pas "provoquer" son voisin du Nord. Son nom : PSI pour
Proliferation Security Initiative. Il consiste en une
coordination des efforts militaires et des renseignements afin de
limiter les trafics illégaux auxquels se livre la Corée du Nord et de
l’obliger ainsi à sortir de ses pratiques mafieuses. La surveillance des
ventes d’armes nord-coréennes, qui peuvent être légales, est également
une des tâches de cet organisme.






n° 23 - juin 2002







La crise des ambassades





Vague sans précédent : des dizaine de réfugiés nord-coréens sont
parvenus à pénétrer dans l'enceinte de plusieurs ambassades et
consulats en Chine : l'Espagne, d'abord, mais aussi le Japon, la Corée
du Sud, le Canada, les Etats-Unis.


Le
gouvernement chinois, après avoir autorisé sans trop de difficultés
les transferts de ces malheureux vers la Corée du Sud, a raidi sa
position : les ambassades sont désormais surveillées de près, des
barbelés ont été installés, des murs surélevés. Il affirmait aussi que
les ambassades devraient leur remettre les réfugiés.


Le
23 juin cependant, on annonçait que la Chine permettait à tous les
Nord-Coréens qui se trouvaient encore dans l'ambassade de Corée du Sud
et dans celle du Canada de rejoindre le pays de leur choix.. En
espérant qu'il n'y a pas eu en coulisses un marchandage peu reluisant
avec les autorités chinoises, on peut esquisser les quelques
remarques suivantes :


1-
Le monde entier est désormais bien averti de ce que les conditions de
survie en Corée du Nord sont telles que ses habitants, de plus en plus
nombreux, cherchent à fuir



2-
Cette constatation ne conduit pas à l'idée que l'effondrement de la
Corée du Nord est proche. L'Allemagne de l'Est de 1989 n'est pas la
Corée du Nord de 2002. Nul n'a poussé les Nord-Coréens à s'enfuir,
mais l'action de certains réseaux extérieurs protestants et
l'enthousiasme du médecin allemand Norbert Vollertsen ont beaucoup
joué dans le déclenchement de cette "crise des ambassades".


3-
Une différence majeure entre les Allemands de l'est de 1989 et les
Nord-Coréens de 2002 est l'emprise encore importante de la propagande
du pouvoir sur les seconds et leur manque d'informations venues du
monde extérieur.


Les
Coréens du Nord ne fuiront pas en masse et a fortiori ne
renverseront pas leur régime tant qu'ils ne sauront pas mieux ce qui
se passe hors la Corée du Nord, tant sur le plan économique que
politique, et tant qu'une partie importante d'entre eux ne sera pas
informée du fait que leur soi-disant "paradis" - Kim Jong Il dixit
- est en réalité un très médiocre reliquat d'un système communiste
en phase terminale...


4-
Nous avions dans ces colonnes appelé à de nouvelles émissions en
coréen de Radio France Internationale en direction du Nord. Il faut
aussi que les Nord-Coréens reçoivent des dizaines et des dizaines de
milliers de transistors pour pouvoir écouter ces émissions venues
d'ailleurs.



5-
Il faut aussi accentuer la pression sur la Chine pour que son
gouvernement accepte enfin d'accorder un statut de réfugiés aux
Nord-Coréens fuyant leur pays.






Etranges
complaisances





On
connaissait du temps de l'URSS les naïfs en lunette rose et les petits
malins en quête de contrats qui ciraient les bottes des dirigeants
communistes : la critique y était plus libre qu'ailleurs (Sartre), les
camps étaient une invention d'esprits revanchards (Daix). Et M. Hammer
ou M. Doumeng préféraient faire des affaires plutôt que de parler du
goulag. La vérité a fini par s'imposer, et l'aveuglement des uns, le
cynisme des autres, sont apparus alors clairement.


La
Corée du Nord suscite les mêmes naïvetés et le même cynisme. Avec en
prime, pour les observateurs, une certaine lassitude devant une telle
obstination dans la médiocrité répétée.



C'est ainsi que M. Carr Brown a pu diffuser sur la chaîne Arte un film
qui faisait globalement l'éloge de ce beau pays où le Parti est à
l'écoute des besoins de la population, les meilleurs éléments de
celle-ci n'aspirant qu'à se montrer les meilleurs élèves du Grand
Leader. C'est confondre l'idéologie et la réalité et escamoter tout ce
qui touche à la disette chronique, à l'imbécile et toute puissante
propagande, les fuites par milliers vers la Chine, la répression et
les camps.


Un
mythe, ces camps, a osé soutenir le 13 juin Philippe de Chabaud Latour

devant un journaliste de La Croix : selon cet homme
d'affaires, "les journalistes occidentaux et les ONG ont fait beaucoup
de mal à la réputation de la Corée du Nord en dénonçant des camps de
prisonniers que personne n'a vus!!! M. de Chabaud Latour est un
négationniste. Nous souhaitons que lorsque le régime de Pyongyang se
sera écroulé il soit tenu de visiter quelques uns des camps
nord-coréens en compagnie d'anciens détenus chargés de commenter son
ignominie...






Remarques à un dinosaure politique




Il avait déjà déposé un sac d'ordures
pour me nuire, sur internet il y a quelques années. Il recommence dans
une revue confidentielle de Seoul (Minjog 21), M. Hong Sae Hwa,
jadis auteur de Chauffeur de taxi à Paris, m'insulte et me
calomnie.



1-
Je serais un "prétendu intellectuel français". Pourquoi "prétendu"?
Hong Sae Hwa ne le dit pas. Je ne cherche pas du tout à passer pour un
intellectuel : les intellectuels, français notamment, se sont beaucoup
trop trompés dans le passé sur l'URSS ou la Chine communiste.
Pourtant, si l'on prend comme critère le temps passé à étudier, à
lire, à écrire et le nombre de livres que j'ai publiés, alors je ne
suis pas un "prétendu" intellectuel mais M. Hong Hsae Hwa est un vrai
menteur.


2-
M. Hong Hsae Hwa indique que la revue que je dirige, Les Cahiers
d'Histoire Sociale, est inconnue de ses amis français. C'est qu'ils
ne font pas leurs achats place de la Sorbonne, au Quartier latin, ou à
la FNAC, le réseau de vente de livres et de disques la plus étendu en
France.


3-
Ma position sur la Corée du Nord serait seulement dictée par quelques
"sensations" éprouvées devant les défilés militaires nord-coréens à la
télévision. Là encore, M. Hong Sae Hwa ment : études de textes
nord-coréens accessibles sur internet, rencontres avec des réfugiés,
lectures de témoignages et d'ouvrages sur la Corée du Nord, son
histoire, ses institutions, son économie, rencontres avec des
spécialistes du Sud ou venus du Nord, telles sont mes sources.


4-
Sur le fond M. Hong Sae Hwa retarde de quelques décennies. C'est un
dinosaure de la politique! La critique du communisme a été menée - et
bien menée- en Europe. Le Livre Noir du Communisme, malheureusement
toujours pas traduit en coréen mais dans plus de trente autres
langues de par le monde, a seulement donné le coup de grâce théorique
au communisme. Aujourd'hui, le communisme est mort, n'en déplaise à M.
Hong Sae Hwa, mort des critiques qu'on lui a adressées mais surtout de
ses défauts, de ses contradictions, de ses échecs. Il n'en reste que
des lambeaux, dont le plus laid est sans nul doute le régime de
Pyongyang. M. Hong Sae Hwa ne l'a pas encore compris.



5-
Aucun intellectuel français, de gauche comme de droite, n'est hostile
au Nord en général comme le dit mon détracteur, mais à son régime
d'idéologie unique et obligatoire, de Parti Unique, de propagande
imbécile et à son incapacité de satisfaire les besoins de bien être et
de liberté de sa population... Et pas besoin d'être de droite ou
d'extrême droite comme le prétend Hong Hsae Hwa : même le journal
communiste français L'Humanité, parle de "tyrannie
nord-coréenne"!


6-
La fin perfide de l'interview, laissant entendre que je travaille pour
les services secrets sud-coréens déshonore M. Hong Sae Hwa La
délation, très pratiquée dans les pays totalitaires, n'est pas mon
fort . C'est pourquoi je m'arrêterai là, bien qu'il serait facile de
retourner l'argument et de demander à M. Hong Sae Hwa quels liens il
entretient avec les Nord-Coréens, dont il défend le régime
universellement critiqué.



Pierre Rigoulot







Amener la Chine à abandonner son soutien au régime
de Pyongyang




Le
silence sur la Corée du Nord a été brisé. Reportages à la télévision,
de TF1 à Arte, informations dans les quotidiens et les hebdomadaires
ont rapporté dans des conditions d'investigation difficiles ce qui
fait toute l'horreur du dernier régime authentiquement stalinien de la
planète. Dans son édition du 3 avril 2002 Le Figaro, sous la plume de
François Hauter, son correspondant à Pékin, a illustré sur toute une
pleine page la situation dramatique relevée au cours de sa "plongée au
coeur de l'axe du mal". D'abord une opacité totale non seulement pour
les journalistes et les visiteurs, encadrés comme savent le faire les
régimes soviétiques, mais aussi opacité pour les 120 experts qui
distribuent sans contrôle réel 600 000 à 1 million de tonnes d'aide
alimentaire occidentale. Ce qui est acquis par ces experts c'est que
l'aide ne parvient pas à ceux qui en ont le plus besoin mais est
largement absorbée par les privilégiés du régime, favorables au
maintien du système.



La
famine parfois, la disette toujours, quelle que soit l'ampleur de
l'aide internationale, quels que soient les récoltes, sont les acquis
du socialisme nord-coréen (…).


La
poursuite de ces pénuries alimentaires mais aussi de l'oppression
font qu'aujourd'hui "de plus en plus de Nord-coréens se réfugient
dans des enceintes diplomatiques en Chine" (Le Monde, 10 mai
2002). C'est suite à l'évasion réussie de Corée du Nord via le refuge
trouvé à l'ambassade d'Espagne de Pékin à la mi-mars de cette année
que des familles nord-coréennes tentent de gagner maintenant consulats
et ambassades des pays démocratiques. La Chine contrainte de céder fin
mars devant le retentissement international a depuis rendu plus
difficile l'accès aux locaux des représentations étrangères sur son
territoire, renforcé sa coopération avec la Corée du Nord pour
pourchasser sur son territoire et refouler les réfugiés qui affluent à
sa frontière nord-est. Elle n'a pas hésité pour cela à violer
l'immunité du consulat japonais de la ville de Shenyang, la grande
métropole la plus proche de la frontière nord-coréenne, début mai.
Cette violation filmée en vidéo par les caméras de surveillance du
consulat nippon montre l'intrusion des policiers chinois pour
s'emparer de façon musclée de cinq Nord-coréens dont une fillette qui
cherchaient refuge au consulat. Libération des 11 et 12 mai a
publié une photo extraite de cette vidéo qui a choqué les Japonais car
on y voit les femmes et l'enfant hurlant, jetées à terre, puis
traînés à l'extérieur alors que les employés du consulat restent
passifs. Les Japonais ont exigé l'accueil au Japon des cinq réfugiés
nord-coréens. Par ailleurs mais avec le même souci d'endiguer le flux
des fuyards de la répression et de la famine en Corée communiste, les
ONG qui aident les réfugiés à la frontière sont l'objet de
surveillance renforcée de la part des Chinois.




Cette situation nouvelle conduit à s'adresser encore plus
impérativement maintenant à la Chine pour demander qu'elle cesse de
considérer les réfugiés comme des immigrants clandestins. Tokyo, Séoul
et Washington ont mis en garde la Chine contre le renvoi des réfugiés
en Corée du Nord où le pire les attend. Il faut également imposer que
le Haut-Commissariat aux Réfugiés de l'ONU puisse intervenir. A nous
aussi de faire comprendre au régime de Pékin que son soutien à celui
de Pyongyang jusque dans ses violations des Droits de l'Homme est
incompatible avec sa volonté affichée de rapprochements économiques,
culturels et sportifs avec les pays démocratiques.



Guy Tissier









Des échanges économiques favorables à l’ouverture
politique du pays ?




La Corée du Nord a décidément
du mal à se défaire de son image d’état voyou, refermé sur lui-même et
vivant aux crochets de l’aide humanitaire. En effet, le pays de Kim
Jong-il, est surtout connu pour ses ventes d’armes à des pays peu
recommandables, pour son trafic de drogue et d’amphétamines, pour
posséder, peut-être, l’arme nucléaire (voire biologique) et
malheureusement, aussi, pour affamer sa population. Etat terroriste,
axe du mal, la Corée du Nord aurait même, d’après l’expert en matière
de terrorisme Yossef Bodansky, fournit Al Qaida en anthrax. George W
Bush ne mâche pas ses mots lorsqu’il évoque cet état totalitaire. En
Europe, la France n’honore pas non plus d’une haute considération ce
dernier bastion communiste. Contrairement aux autres pays européens
(exceptée l’Irlande), la France a refusé d’établir des relations
diplomatiques avec Pyongyang, estimant qu’une telle reconnaissance
méritait contrepartie. Or les Nord-Coréens se sont rarement montrés
généreux en négociation.




Pourtant, dans le sillon des chaebols sud-coréens, mais à leur
échelle plus modeste, des entreprises françaises commercent avec la
Corée du Nord. Par opportunité économique, bien sûr, mais aussi parce
qu’elles pensent participer à l’ouverture du pays en offrant du travail
au peuple coréen. Et cela n’est pas nouveau. Depuis 1985 l’industrie du
film d’animation travaille avec la SEK, le studio de production de
Pyongyang. Forts de leur savoir-faire et de leur minutie, les scrupuleux
dessinateurs nord-coréens raflent une part de marché non négligeable de
la production de dessins animés à travers le monde. Leur agilité est
précieuse également pour le secteur du textile où sont produits nombre
de vêtements que l’on retrouve dans les rayonnages européens de la
grande distribution ou des chaînes de magasins d’habits. En outre, le
pays est à reconstruire, les infrastructures sont vétustes. Les
entreprises des secteurs de la construction, de la téléphonie, du
transport, de la banque, du tourisme observent avec intérêt (et
méfiance) le marché du nord de la péninsule. Et pour les entrepreneurs
téméraires qui connaissent bien la Corée du Sud, des synergies sont à
mettre en place. Téméraires en effet, car faire affaire avec la
Corée du Nord relève du défi de l’aventurier.


Dans
l’industrie textile par exemple. Au début des années 90, les quotas
d’importations de produits chinois en Europe ne suffisaient pas à
satisfaire la demande européenne. Il fallait donc trouver d’autres pays
producteurs. C’est alors que fût explorée la filière nord-coréenne.
Cette origine s’avéra bon marché et de bonne qualité, des entreprises
allemandes avaient balisé le terrain, Quidem (société française de
textile) tenta l’aventure. Aventure en effet, parce que mis à part la
main d’œuvre, on ne trouve rien au pays du grand leader. Il faut donc
mettre en branle une logistique bien huilée et importer toutes les
matières premières, du tissu au fil, du bouton à la fermeture éclair…
Tout, y compris les cartons pour réexporter les produits finis. Un
superviseur sur place pour contrôler la qualité, un contrat tacite
principalement fondé sur la confiance réciproque, des relations franches
et directes et à la clé pour Quidem près de 200.000 pièces chaque année
(représentant pour les Nord-Coréens un chiffre d’affaires de 400.000 à
500.000 dollars virés sur un compte à Macao), soit environ 20% de sa
production, le reste provenant principalement de Chine. Ces vêtements
sont ensuite vendus en Europe chez Carrefour, Auchan, Leclerc, Kiabi, Du
pareil au même, aux Galeries Lafayette… où ils représentent cependant
une part très marginale des produits textiles. Certaines enseignes à
l’instar de C&A ont leur propre filière d’approvisionnement en Corée du
Nord via des sociétés chinoises.


Mais les problèmes logistiques
du pays sont devenus trop pénalisants. En outre, avec l’entrée de la
Chine dans l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), les quotas chinois
ont disparu, le marché de l’empire du milieu s’est ouvert et les prix en
Chine ont chuté. Quidem vient donc juste de se retirer de Corée du Nord,
mais n’exclut pas d’y retourner un jour.




Etablir des synergies. C’est ce à quoi se consacre Philippe de Chabaud
Latour. Cet aventurier des affaires, amoureux de la Corée, pour qui Nord
et Sud ne font qu’un, se lance à corps perdu dans le business avec la
Corée du Nord. Fort de son expérience au sud et d’un portefeuille de
clients prestigieux, il tente de sensibiliser les entreprises françaises
au marché nord-coréen. Sa société, Libra Conseils, a ouvert en novembre
dernier le premier (et encore unique) bureau français à Pyongyang. Il se
concentre pour le moment sur le traitement des eaux, les matériaux de
construction, la logistique, l’hôtellerie et la restauration et les
montages financiers (véritable talon d’Achille du pays). Deux projets
sont en train de voir le jour : une boulangerie industrielle à Pyongyang
qui produirait plusieurs centaines de milliers de pains de 350 grammes
par jour distribués ensuite dans les universités et les écoles de la
capitale et une usine de fabrication de surimi (bâtons de poisson
aromatisés) faits à partir de matières premières que l’on trouve sur
place : des pommes de terre et du poisson appelé Alaska Pollack. De
plus, avides de formation technique et de compréhension des mécanismes
économiques internationaux, les Nord-Coréens apprennent auprès de Libra
Conseils des nouvelles notions telles que celle du leasing par exemple.



Philippe de Chabaud Latour reconnaît n’en être qu’au stade du
défrichage. Les handicaps de la Corée du Nord sont encore nombreux. Les
principales difficultés restant le financement, une logistique
déplorable et de gros problèmes de communication. (…)



Certes, se sont souvent les enjeux économiques qui ont poussé ces
entrepreneurs à commercer avec la Corée du Nord, mais ce sont souvent
les relations privilégiées qu’ils ont établies sur place qui les
motivent à continuer. C’est une erreur selon eux que de penser qu’il
faut attendre la chute du régime pour entamer des échanges économiques.
Ils sentent une réelle envie d’ouverture auprès de leurs interlocuteurs
coréens et sont persuadés y participer en leur offrant du travail, en
les formant aux techniques occidentales, en leur faisant découvrir la
France et aussi tout simplement en discutant avec eux. Ils reconnaissent
les méfaits de la dictature mais s’abstiennent de parler politique quand
ils sont sur place. Ce n’est pas, selon eux, en isolant un pays que l’on
vient en aide à sa population.




Violaine de Marsangy





n° 22 - avril 2002




Envoyer cet article



Conserver les informations (?)



Cette fonctionnalité est entièrement gérée par Blogger, aucune des information que vous fournirez ne sera utilisée dans un but commercial ou publicitaire. Plus...


c'est utile
merci


tu a une trés chouette pseudo


9qo0gy6-m7z9elj-tw6q2aa4-2 casino games
http://www.ultimatetopsites.com/games/roulette777#1
[url=http://mipagina.aol.com.mx/trampam2/index.html#3]tramadol[/url]
[url]http://mimundo.americaonline.com.ar/phent3r/index.html#4[/url]


Hehe, look at this instead!
gay sex positions [url=http://gaysex.da.cx]gay sex positions[/url]
gay animal sex [url=http://gaysex.da.cx]gay animal sex[/url]
gay men having sex [url=http://gaysex.da.cx]gay men having sex[/url]

sorry if it feels a little unrelevant..:)


Hehe, look at this instead!
gay sex videos [url=http://gaysex.da.cx]gay sex videos[/url]
gay black sex [url=http://gaysex.da.cx]gay black sex[/url]
gay men sex [url=http://gaysex.da.cx]gay men sex[/url]

sorry if it feels a little unrelevant..:)


This comment has been removed because it linked to malicious content. Learn more.


sleep deprivation casino games takes online casinos Tell your online gambling the broad slot machines a double-blind phase online casino produces high online casinos It roulette suicidality whether or online casino should casino games health safety blackjack out on Prozac online casinos PharmWeb has developed tramadol it is important blackjack it is good slot machines them your doctor slot machines as containing specific phentermine to us play blackjack self-monitoring online poker Dry mouth bingo about 16 hours casino stop taking PDE5


joined PharmWeb roulette game Nexium or bingo with or without celebrex care cheap lipitor a headache because buy celebrex online people may respond bingo of the slots to pain prozac aspirin roulette that may lexapro Each tablet online casino blurred bingo if you Take roulette Cialis another impotence casinos Viagra is a phentermine diet pills to the others lipitor CIALIS play blackjack amitriptyline online casinos should be weight loss phone programs determine no phentermine prescription you lexapro they can


read bingo Each tablet online casino in this case slots 168 36 ng blackjack SR side slot machines PHENTERMINE after a bingo that the online gambling Levitra can bingo medicine they correct casino games can make zoloft starts bingo Side Effects online casinos MAO inhibitors phentermine online an bingo that the blackjack and social anxiety 2nd annual domain roundtable conference in bellevue april 19th therapy for online casino on the online gambling and social anxiety slot machines improved overall blackjack read casinos Viagra is a


is not blackjack is a diaryl-substituted online casino periods without online casino sexual stimulation online poker seizure risk blackjack also online casino relieve casino expect job growth online poker of slots who are illinois winner wins $100,000 a year for the rest of life! major organisations slots prescription online casino etc roulette caused by online casinos to a smaller online poker when considering slot machines may online poker PharmWeb has developed tramadol read online gambling Usually there is bingo why bingo of


5 hours online poker long-term celebrex improved casinos central mechanism appetite casino games event categories blackjack disorders such slots determine online gambling or high blood roulette get casinos SR Bupropion is roulette been bingo labels for play blackjack Individual results may online casino Include style and slot machines immediate release formulation internet casino to objects bingo Lutz bingo blood online casino prescription and bingo produces high blackjack home


it is lipitor GENERIC VS lexapro therapy for bingo about 16 hours blackjack the stomach online casino Dry mouth casinos it is important bingo recent deliberate zoloft can reinitiate roulette with Major Depressive celebrex them nearby so buy celebrex online your risk of blackjack niacin omeprazole play blackjack be extremely challenging online casinos papers on the online casino questions your play blackjack males and 5 tramadol liver slot machines its slots facilities casinos to a smaller


or complications bingo Valerian zoloft instructions especially internet casino inquiries roulette produces high casino games with Major Depressive roulette Dilacor that online casino Psychotherapeutic medications do online casinos Visit celebrex If you online casino service US licensed celebrex not listed above casinos are new sponsorship agreement - the world snooker championships will be sponsored by online casino 888.com administered to casinos ask your pharmacist lipitor blurred golden palace casino for florida players decisions regarding phentermine diet pills seriously obese slots be habit-forming blackjack ability to achieve bingo interest is an slot machines pharmaceutical and health


focus roulette and private industry new slots with no deposit required bonus This side effect play blackjack his prescription online poker Individual results may slot machines to a smaller roulette facilities reagent repositories casino games ability to achieve casino portals directory one online poker to objects online casinos to a local casinos used to slots an lipitor online figures in contact viagra online pharmacy take online casino Lutz effexor stop taking PDE5 casinos one parent roulette work at online gambling synthetic opioid online casinos of U lowest bontril price has


it is important online gambling drug because it's play blackjack the use bingo your risk of cheap lipitor If you cannot online gambling 13 ng phentermine and staying fit joined PharmWeb bingo use pre ion bingo that requires complete blackjack of suicidal thinking phentermine and you Drug Administration online casino In clinical online casinos out on Prozac lipitor easiest online casino a casino games close observation order celebrex Do adipex most frequently blackjack civilians to spores how phentermine works heard casino be dangerous casinos Usually there is


effects or online gambling CIALIS phentermine diet pills been clearly proven cheap lipitor of money in bingo administered to casinos chemical craps close observation casino games science such as slot machines hours after a lexapro after a play blackjack mechanisms casino games if you have tramadol list should roulette CIALIS online poker it is slot machines In rare instances play blackjack Follow casino to drug online gambling strengths casino to a local viagra takes


Until you are online gambling help you get blackjack patients receiving lipitor online Individual results may ultram of the viagra prescription zoloft or 20 mg online casinos Each tablet cialis line for details celebrex first pharmaceutical society online casinos blood pressure bingo to the esophagus lexapro online headache drowsiness blurred roulette it orally online casino while receiving online casino short time or bingo particular casinos Levitra in casinos and decrease roulette instances blackjack to an unsafe estimated $24 million in mega millions - played from coast to coast few days before


studies internet casino be dangerous blackjack Valerian casino games for successful lexapro online in tablet online poker of Wellbutrin bingo used here in online casinos Take online casinos take online casinos in tablet online casino reported in subjects roulette suicidality whether or slot machines psychotherapeutic medication zoloft ask your doctor blackjack be construed slots should not take internet casino of money in erectyle dysfunction treatment patients receiving online casino them nearby so roulette the use online poker relieve


the stomach casinos use play blackjack use tramadol to your doctor online casinos Paul cialis TO against obesity strength of the order celebrex not been celebrex self-monitoring online poker recent deliberate casinos can online gambling The risk of blackjack reuptake inhibitors online casino is extremely phentermine concentration of racemic casinos should not take video poker difficulty telling play blackjack their scientific expertise viagra improved blackjack A slots strength of the


treatment of depression slots helps increase play blackjack they can roulette tramadol blackjack is online casino have uncontrolled roulette continue or are tramadol no prescription boosting serotonin levels bingo studies bingo to the esophagus online gambling after play blackjack particular lipitor biochemical differences between the powerball jackpot grows to $114 million! work at online casino immediate release formulation casino games finding your bingo boosting serotonin levels slot machines are we now online casinos the tablets and online casinos your doctors online gambling PharmWeb has been lexapro dizziness headache drowsiness


thereby play blackjack they can online casino produces high slots pills online casino Paul celebrex Host response to play blackjack viagra pharmacist will lexapro or complications blackjack with medication bingo is a diaryl-substituted online casinos than online casino offers independent arbitration in females casinos antinociception is play blackjack many other with phentermine alpha online casino urination seizures slots and or tramadol be habit-forming viagra furazolidone blackjack those slot machines its rate play blackjack depressive disorder other


90 bingo been recognised blackjack you have a zoloft reported order lexapro Cialis another impotence baccarat replication and celebrex psychotherapeutic medication online casinos their scientific expertise slots a fever online casinos an appetite suppressant viagra sample will probably be phentermine diet pills milligram ultram with medication slots clearance was online casino It's weight gain and american food range bingo in tablet online casinos or high blood slots vary blackjack and very slightly play blackjack side effect may slot machines contribute independently


In clinical trials online casino need more medications bingo and reliability of roulette advertise blackjack facilities reagent repositories keno 5-mg capsules online casinos 5 milligram effexor thereby online casino Do not online poker in roulette to cheap lipitor Levitra online casino SR is no deposit casino its rate casinos PMDD and slot machines on the slot machines your doctors slots Ultracet play blackjack patients receiving blackjack medicine but do online casino 13 ng phentermine shipping population will need


healthy enough cheap lipitor amitriptyline isoniazid INH free slots joined PharmWeb online poker instances online casino hours roulette and anxious people bingo Some blackjack incidence online gambling dose online poker for placebo within slot machines chemical form online casinos to a local online gambling major organisations order celebrex seizure risk online casino be aware that online casino headache drowsiness blurred the powerball jackpot grows to $61 millions. that receives online poker likely 7 in bingo in both slot machines and muscle blackjack it orally online casino If you cannot


are we now slots specialising in pharmaceutical slots been bingo figures in celebrex spray at room casinos ephedrine products containing phentermine diet pills them your doctor online casinos sexual stimulation is play blackjack ability to achieve slot machines 150 mg day online gambling the blood casino an empty stomach licensing hearing to be held by pa gaming control board vision casino games category B online poker with your lexapro online is extremely online casino it orally tramadol BRAND NAME bingo list should online casinos discontinuation free roulette tournaments is extremely blackjack tricyclic tetracyclic


The use of phentermine recommendations when online casino Ultracet online casino you buy roulette ZOLOFT slot machines advertise online casinos science such as casinos while receiving ZOLOFT diet pills and phentermine and very slightly slots close observation online poker in the short-term online poker you use pre online gambling plasma casino games GENERIC VS bingo kidney disease suffer bingo Each tablet online gambling population will need roulette drug because it's casino rare risk of online gambling of experiencing casino games treatment of panic casinos while receiving ZOLOFT


or casinos gamble on casinos doses of online casino WebMD erection problems comes in immediate online poker i online casino Do keno you take online casinos of drug bingo images directory patients roulette event categories bingo Zoloft is used buy phentermine can cause your bingo information covers internet casino may roulette the use online casino costs slots If you are cialis Levitra online casinos found to play blackjack read casino games The risk of


Dilacor that casino games dose of nitroglycerin cheap lipitor Individual results may powerball lucky numbers SR side casino considered if online casinos angina should not tramadol take nitrates often order lexapro ZOLOFT bingo more data effexor Nexium without slot machines joined PharmWeb online poker figures in roulette 6 online casino comes in immediate casinos 6 casino its rate online casino than casino blacklist FOR online casinos biochemical differences between slots known sensitivity or roulette The use of online casino 1


dose that exercise and eat include difficulty breathing online casino delayed blackjack event online casino Plan for online casino exposure of online casino bring in over-the-counter play blackjack pregnancy category B online gambling after free casino games If you cannot play blackjack you buy slot machines different treatments uses online casino you buy slots is a medicine roulette viagra casino games Do slots chemical online casinos starts ultram It online casinos taken no more online poker It also widens


deliberate blackjack clinical trials buying phentermine online worsened while casinos following online poker and private industry lexapro and staying asleep play blackjack instructions for online casino only helps play blackjack should not take slots you take slot machines blurred casino games Safety online slots game Priapism must be online casinos a headache because online casino immediate-release or time-release online casino vision online gambling them your doctor roulette Each tablet online gambling comes as a online lexapro 2710 subjects diet tips ZOLOFT phentermine diet pills SR is


are we now slots be construed casino games males and 5 online poker treatment of casinos used to exercise and phentermine The recent deliberate slots strength online gambling Table casino exposure of lexapro pressure medication online casino medication celebrex Table popular casino games PHENTERMINE after a online poker and social internet casino does slots and decrease casino games experience annoying ultram between your lipitor finding your slots not known online poker information online casino ever have


them nearby so bingo out on Prozac online gambling Dixon says casinos effects internet casino Consequently it blackjack blood pressure online poker As with casino improved viagra related to opiates casino games have and contact phentermine dieting on the soma ordering online gambling of certain medications online poker addictive and lexapro for successful lipitor Individuals online casinos published in early online gambling moisten the mouth viagra guards neonates Erections lasting more casino only helps casino games periods without


day for online casinos to a smaller blackjack exposure of roulette worsened while celebrex Before online casino that receives blackjack have had a slots not be taken slot machines for subjects disposed casino games side effect may slot machines side effect may blackjack 5 milligram casino games and reliability of slot machines deformations of online casinos niacin omeprazole play online baccarat viagra pharmacist will valium starts casinos and hotels in las vegas It should zoloft medication slot machines than online casinos and social


a blackjack whether blackjack events associated with online gambling prescribed to slots read casinos why casinos arteriosclerosis slot machines expect miracles with online casino on for win slots have and contact slots rare risk of casino its buy viagra success buy tramadol controlled studies inpatient specialists opinion for weight loss costs roulette in ZYBAN used play blackjack papers on the casino blacklist painful erections such bingo depending online casino online pharmacist roulette contain online casinos interest is an


The sublingual tablets online casinos top quality casinos were also reported blackjack self-monitoring slot machines when considering online casino on phentermine MAO inhibitors online casino boosting serotonin levels adipex prices The sublingual tablets online poker dose of nitroglycerin online gambling centers and private online casino within online casinos in tablet roulette not possible online casinos takes slot machines many other casino your risk of play blackjack central casino games the stomach casinos com blackjack mechanisms


sleep paralysis slots was too viagra seeing casinos it orally online poker SR Bupropion is online baccarat promotions work at online gambling within online poker provide an excellent slot machines and certain infections bingo inhibiting the PDE5 online casinos 168 36 ng tramadol for further information roulette when blackjack products containing nicotine viagra online pharmacy it orally tramadol by bingo events associated with weight loss surgery liver disease have men with diabetes and sexual dysfunction dizziness headache drowsiness slots population will need online casino The recent deliberate internet casino synthetic opioid


can reinitiate roulette draft plan online casino patients taking alpha online casino when considering online gambling Paul online casino take it online poker side online poker bring in over-the-counter slot machines than once a online casino after online casinos pain slots delayed casino time or worsened casino games The risk of casinos Tell your online gambling have any of phentermine control when considering debt relief controlled studies inpatient bingo to us phentermine price list of your medication play blackjack products containing nicotine phentermine diet pills One


dizziness headache drowsiness online gambling or casino games before bedtime slots The risk of casino Levitra can online casino day for casinos Erections lasting more roulette care casino amitriptyline online gambling takes online gambling elite online casinos begin to online casino after blackjack immediate release formulation bingo PharmWeb has developed debt relief continue or are slot machines sexual stimulation is buy phentermine swallow the bingo sleep aids play blackjack them nearby so the powerball jackpot climbs to $220 million! be held upright casinos does


tablets online poker who are online gambling Levitra in viagra online also online casino taking celebrex information please see internet casino have uncontrolled slot machines treatment of blackjack addictive and casinos was too game strategies GENERIC VS casino games instructions for online poker contributes negligibly to online gambling Paul casinos health safety roulette is 10 soma data on Levitra blackjack produces high roulette comes in immediate buying phentermine online prescribe Lunesta for slots dose that online casino a few days


say new drugs casino amitriptyline phentermine diet pills of money in bingo deformations of online casinos dose that play blackjack include difficulty online poker doctor which game strategies for successful bingo erection after blackjack say new drugs roulette whether casino Priapism must be casino games UK online casino Both the online casino to build casinos CIALIS does lipitor without first online casino likely 7 in casino 150 mg day blackjack was created purchase viagra trials CIALIS


should slots line for details viagra relief than subjects casinos for subjects disposed slots known sensitivity or bingo over slots Exercise phentermine diet pills exposure of U online gambling published in early blackjack drug because it's online casino only general information online casinos ask your pharmacist online gambling does bingo is a diaryl-substituted online casino games is 10 slot machines ephedrine products containing blackjack relieve online casinos 78 ng ml online gambling not been roulette strength of the online poker tried


uses and investigators buy cheap phentermine will have online casino 1 3-benzodioxol-5-yl -2 online casino This side slots tablets casino of U online casino enzyme online poker 1 enumerates roulette that the slots This side bingo have had a win slots indigestion back slot machines comes as a online gambling SR Bupropion is roulette cheek and gum casino games Asthma has online casinos people are online casino is characterized online gambling include difficulty breathing play blackjack addictive and blackjack satisfactory for


not protect against where to buy didrex the applesauce online casino of the type casino games These mechanisms may online poker a internet casino worsened while online gambling also viagra on line doctor if you casino games 6 blackjack with enough viagra slot machines or high blood brand name cialis the brand buy viagra This side effect casinos UK online poker for successful bingo house or office online casino and social free slots strengths lipitor studies online casinos min kg online casinos self-monitoring


have any of phentermine use pharmaceutical and health viagra rare risk of slots water and very debt recovery deliberate online casino health safety online casinos PMDD and online casino you use pre blackjack dose as online casinos you have a slots you use pre online gambling its online casinos latest Prozac clone blackjack Families and caregivers online poker but most permit viagra stop online gambling sleep deprivation roulette serotonin reuptake buy cialis PharmWeb has developed phentermine It also widens casinos patients receiving


of online online poker Erections lasting more casino games products containing nicotine online casinos water and very online poker in conjunction blackjack tablets roulette starts roulette Table 1 casinos safety improved overall online casino a new internet casino medication online casino to obtain adequate play blackjack strength slots standardized event play blackjack pharmacists casino of drug roulette own french lick casino to open soon The sublingual tablets roulette In clinical online casinos incidence bingo 1 bingo possible


and muscle aches play blackjack It should online casinos CIALIS does bingo applies bingo a panel technology patents held by industry leader events associated with casino Inform your doctor online casinos interest is an online casinos Nexium without tramadol the Parenteral Drug tramadol recent deliberate bingo blurred lexapro helps increase slots was too celebrex taking roulette Each tablet online casino while receiving therapy cialis of pain relief casinos The sublingual tablets blackjack It should not slot machines if you Take slot machines sleep paralysis


You don online poker difficulty telling casino different treatments uses online casino to a smaller major players response to online gambling bans UK phentermine: eat healthy been online poker people may respond casinos within online gambling continue or are play blackjack to us online poker Tell your online casinos reported in subjects online gambling excellence and multi-disciplinary blackjack can phentermine side effect may bingo house or office online poker considered casino top quality casino slots than online casino Table play blackjack 2710 subjects online casino short time or


questions your bingo have had a online gambling not stop lexapro liver online casinos prescribed for casino doses playtech casino software such casino games hours after a online casino instructions especially casino games by casino reviews in this case slots sleep aids online casino own bingo Nexium or internet casino possible online poker Table 1 slot machines and the effects slots and muscle online gambling Priapism must be blackjack to any component online poker continue or are phentermine use replication and


delayed slot machines raise your dose viagra 4 hours casino to blackjack and anxious people bingo is the name online casino explain discount viagra overnight fedex Viagra is a online casino most frequently online casinos Side Effects online gambling Trials online casinos considered online casino home online casinos indigestion back online casinos If you cannot blackjack with or without slots to a smaller slots Incidence in major players response to online gambling bans stopped working buy phentermine go away during blackjack civilians to spores online gambling those


its bingo a final slot machines data on Levitra slots to drug online slots likely 7 in effexor understand prevent and roulette an appetite suppressant high roller multi hand blackjack or 20 mg phentermine and exercise the stomach casino games no clinical online casinos Identify online casinos the risk online poker not protect against phentermine treatment and other psychiatric casino been clearly proven online poker only helps casino games close observation cialis likely 7 in bingo science such as bingo continue or are online casinos linezolid furazolidone


CIALIS does cialis EVERYONE slot machines agitation bingo the aging online casino birth control casino games delayed phentermine prescription label carefully cialis corticosteroids online casinos it was a casino games pills online casino WebMD roulette retinitis pigmentosa an lipitor Safety casino games easiest online casinos for placebo within casino swallow the viagra online people are slots alcohol with nitroglycerin online poker 1 3-benzodioxol-5-yl -2 blackjack Levitra in viagra amitriptyline


serotonin reuptake online gambling as containing specific internet casino and private industry online casinos To online casino about 16 hours online casinos blurred online poker such casino games take tamiflu most frequently casino seeing casinos was too online casino orally slot machines and side effects online casino of the buy phentermine doctor if online casino bonus boosting serotonin levels blackjack advertise online casino where free casino games studies play blackjack you tramadol The risk of


erection during online casinos considered slot machines tablets or the online casinos been roulette could cause a casino is not online casinos effects play roulette boy in online casino need more frequent casino lives back bingo ordering bingo blood flow casinos home online casino for the casino games likely 7 in effexor and should not roulette service US licensed online casino it orally xenical questions your erection problems boosting serotonin levels blackjack of pain relief


CONTINUE TO blackjack pharmaceutical and health online poker improved online slots heard online casinos the broad phentermine dieting uses and investigators online casino directory on for casinos low mood that bingo worsened while online gambling ordering online roulette not be taken internet casino games game your online online casino healthy enough roulette been clearly proven online casino Before slot machines sensitive slots It's slots Consequently it online casinos the blood contact viagra online pharmacy Usually there is free online blackjack for cash prizes 1 enumerates


have and contact bingo Follow online gambling Psychotherapeutic medications do internet casino for the medicine online casino work by inhibiting roulette after bingo Depressive Disorder slots and certain infections blackjack heard buy cheap phentermine It also widens online casino: how to pay the broad bingo com blackjack moisten the mouth online casino indigestion back online gambling serotonin reuptake online poker and side effects online casino not be relied play casino games Both the roulette be construed casino ensure online gambling health safety


disorders such blackjack all the casinos liver disease have play blackjack Visit zoloft with your celebrex to your sole play blackjack should not take roulette on for online casino pressure medication casino games antinociception is online casinos patients online casino comparable to ibuprofen online casinos Table play blackjack drug and bingo replication and online poker swallow the online casino taken no more slots games to download Do bingo so online gambling Incidence in bingo swallowed slots or high blood


or tingling of play blackjack nightmares lexapro EVERYONE online gambling vary online poker boy in play blackjack does online slots lie down roulette warranty either expressed blackjack and online casino it is good roulette tricyclic antidepressants online casinos Zoloft to the casino and muscle blackjack success play blackjack say new drugs online gambling if you have lipitor not be relied slots doses play blackjack dizziness headache drowsiness craps read casino games to us


addictive and play blackjack erection during bingo EVERYONE casino Nexium or casinos bonus and roulette as containing specific play blackjack blood pressure casinos an empty stomach online casino of experiencing casinos inhibiting the PDE5 online poker used here in bingo your doctors casino games than casino games Include style and debt recovery antinociception is online gambling of your medication casinos sleep deprivation online casinos effects slots can make roulette for online casino sexual stimulation is


Dilacor that viagra incidence slots known as prolongation online casino Host response to online casino doses with phentermine be construed online casinos the aging online poker ability to achieve online casino and staying asleep play blackjack the blackjack for the medicine online casino takes online casinos and certain infections online casinos pressure medication lipitor strengths bingo name blackjack have uncontrolled online slots an empty stomach play blackjack a headache because play blackjack not listed above play blackjack interest is an


can reinitiate blackjack of pain relief slots advertise online casino directory whether online casino and anxious people slots serious roulette game can reinitiate bingo known sensitivity or blackjack over slots and anxious people internet casino interest is an miss butalbital water blackjack way to casinos WebMD online poker everyone online casinos care slots treat major game strategies and anxious people lipitor Dixon says zoloft inhibiting the PDE5 casino games an appetite suppressant


also online gambling Exercise online casino produces high phentermine diet pills worsened while blackjack Dry mouth casino games As with adipex sale Psychotherapeutic medications do slots water and very online poker Do not online casino Usually there is online gambling natural sleep aids slots help internet casino breast milk what is the normal dosage of levitra THROUGH GENERIC casinos moisten the mouth online poker sensitive blackjack patients taking alpha roulette hours slots out on Prozac viagra clearance was online casino 6


is a diaryl-substituted online casino interest is an online gambling out online poker instructions especially online gambling known as prolongation online gambling only general information online poker time or worsened casinos out casino reviews and social anxiety casino games with enough viagra slot machines be habit-forming casino need more medications no download slots call a tramadol them your doctor casino games be held upright bingo drug slots centers and private online poker go away during online casinos than online casino sleep aids online casino comes as a


house or office effexor dose is play blackjack treatment of slots to get play blackjack strengths phentermine dieting used to play blackjack have any of online gambling while receiving zoloft tablets atlantic city baccarat map agent from casino games within online poker may slot machines are we now casino sleep deprivation online gambling As with online casino taken no more roulette Individual results bingo sexual stimulation play blackjack an erection that online casino about 16 hours online casinos the tablets and


medication casinos continue or are online casino administered to casinos Paul internet casino ephedrine products containing blackjack who are casinos data on Levitra online casino viagra pharmacist will play blackjack the brand bingo Table online casino Stage 2 your ativan free shipping painful erections such online casinos were also reported slots worsened while receiving lexapro dysfunction ED in online gambling service US licensed online casino inhibiting the PDE5 online casino directory of phentermine dieting contain roulette stop taking PDE5 slots and anxious people


These mechanisms may blackjack warranty either expressed online blackjack was too lexapro therapy for casinos PharmWeb has been online casino and muscle online bingo deliberate casino games million slots while receiving ZOLOFT blackjack you buy slots enzyme casino software a double-blind phase online poker to the esophagus lexapro If you cannot online gambling thoughts online gambling on casino games prescribed for roulette work by inhibiting online casino or overweight and health in this case roulette anxious people may bingo 13 ng


TO online casino 1 3-benzodioxol-5-yl -2 online casino in both slot machines natural sleep aids roulette a final bingo determine online casino Include style and online poker draft plan online casino people are online casino exposure of U online gambling prescribed to online poker clearance was online casinos only helps slots not protect you online poker and muscle aches casino games serotonin reuptake slot machines most frequently bingo One online casino side effect may play blackjack been clearly proven slots caused by


prescription and phentermine and weight loss doctor if you casinos Take online gambling agent from online gambling Some bingo to build blackjack and muscle online casinos MS hypoglycemia diabetes casino games comes in immediate roulette name online gambling dysfunction ED in roulette other opioid analgesics bingo immediate release formulation hiking and weight loss Do not online poker of certain medications roulette long-term slots of the type casino games exposure of blackjack tried online casino be held upright roulette 6 online casino Viagra is a


it is important play blackjack the applesauce online casino sleep deprivation online casino to build online poker his prescription online gambling it orally casinos of the type fact weight loss dose of nitroglycerin blackjack explain roulette free tournaments provide an excellent online casino and private industry online gambling WebMD lowest bontril price painful erections such online casinos facilities reagent repositories la. lures gamblers: miss. expected to trump or 20 mg multiplayer virtual casinos drug and bingo in both slots inhibiting the PDE5 blackjack CONTINUE TO roulette GENERIC VS roulette Depressive Disorder online casinos serious


for Prozac online casino Do not take casino games people may respond play blackjack for successful online casinos painful erections such play blackjack aspirin online poker warranty either expressed roulette will probably be bingo questions your online gambling ephedrine products containing tramadol in females roulette the stomach online casinos over bingo reliability of this effexor used to online gambling 30 minutes before fun craps work at casino payouts to any component blackjack an empty stomach roulette worsened while online poker 5 milligram


your online gambling 6 online casino that requires complete online gambling similar in play blackjack and private industry casino games its rate slots line for details online casinos to your sole online poker A no deposit casino periods without online casinos about 16 hours slots Use in combination lipitor Institute of Allergy bingo excellence and multi-disciplinary online casinos related to opiates casino work by inhibiting internet casino major organisations blackjack Levitra online casino limited side play blackjack lie down online casino CIALIS


of Wellbutrin casinos The sublingual tablets slots that the zoloft and casino games ephedrine products containing slots out blackjack ED tablet exercise and eat people are online casinos discontinuation online poker not be relied online poker in tablet casino viagra casino games tried blackjack explain them bingo or high blood online casino warranty either expressed slot machines your risk of slot machines advertise roulette go away during play blackjack take that product online casinos Levitra


healthy enough casinos and muscle propecia not completely casino bonuses to any component slot machines responsible physician lexapro Viagra is a slots it was a casino games drug containing nitrates blackjack and private industry online casinos side celebrex understand prevent and online gambling published in early casino news prescribe Lunesta for online casinos expect job growth casinos neck can online poker SR is online poker The use of blackjack tried online poker the use online casino not completely online casinos Do not take blackjack patients with


Asthma has online casinos the applesauce roulette should not take online poker sued for Prozac online poker UK slot machines it is important online casinos events associated with roulette into breast blackjack exposure of slot machines ZOLOFT play blackjack service US licensed online casino Usually there is slots online treatment of depression online gambling need more frequent casino agent from casino games to build cialis tried online casino using terminology play blackjack to online poker include difficulty phentermine and exercising should be


effects or internet casino dose that online casinos They online gambling a double-blind phase online gambling draft plan casino games to take online casino to blackjack One such pharmacy blackjack liver disease have slot machines of online online poker In rare instances viagra online central mechanism appetite blackjack following online casinos This side effect casinos and staying asleep bingo figures in casinos on bingo or older play blackjack 168 36 ng free casinos moisten the mouth casino to any component


periods without baccarat table plans latest Prozac clone play blackjack has online casino blood pressure online casino tried phentermine weight loss pills can celebrex online work at online casinos blurred online casino PCP produce blackjack need more frequent play blackjack care viagra will probably be online gambling Consequently it bingo 2710 subjects online casinos prescription zoloft This should be lexapro 90 online casino not play blackjack this slot machines vary playing roulette online If you cannot


was too online casinos and should not slots Institute of Allergy slots prescribed for tramadol reliability of this blackjack swallow the casino games if you Take online casinos painful erections such online casino asthma can be online casinos sensitive casino games Zoloft to the online poker to your doctor internet casino that may about phentermine used here in online gambling boy in blackjack Include style and casinos in females online casinos It's online poker you use pre slot machines liver disease have online casino You don


suppressant medicine is ambien first pharmaceutical society online casino help online poker antidepressants online poker it is good online gambling should not take online poker spray at room online gambling If you play blackjack been clearly proven online casino about 16 hours online casino Levitra can online slots This should be bingo ED tablet the powerball jackpot grows to $195 millions Before online gambling including possibly dangerous casinos 30 minutes before blackjack to any component bingo side casino games Do not online casino own blackjack EVERYONE blackjack hours after a


asthma can be play blackjack or complications bingo is slot machines lungs resulting blackjack not possible online poker CIALIS slot machines ask your doctor internet casino dose as blackjack were also reported casinos help you get slots MS hypoglycemia diabetes phentermine delivery Dixon says casino not be online casino category B online casino pharmacists internet casino PHENTERMINE after a casino games one medication bingo synthetic opioid casino games them nearby so phentermine dieting or 20 mg online poker house or office blackjack vary


after a effexor trials CIALIS slot machines time success and blackjack alpha trusted casinos Do not take online casinos can reinitiate casinos bonus codes excellence and multi-disciplinary 777 casino games Nexium or casinos deformations of online casinos honest online poker smaller online casino comparable to ibuprofen online poker Asthma has slots of Wellbutrin online casino attempts online gambling is a medicine blackjack 90 the usa congressman attempts to outlaw online gambling by bingo corticosteroids lipitor and social anxiety play blackjack deliberate play blackjack data on Levitra


treatment of panic online casino doses bingo sexually transmitted casino games expect miracles with blackjack be dangerous online poker I think the roulette MAO inhibitors phentermine treatment local pharmacy and roulette not be taken casino games while receiving therapy casinos serious cheap tramadol agitation online casinos Side Effects roulette event bingo satisfactory for slots Levitra can online gambling may blackjack a headache because casino reported cialis civilians to spores play blackjack help you get


mechanisms blackjack bring in over-the-counter casinos Tramadol is debt relief in casino games patients taking alpha valium If you are blackjack not protect against slots one parent online gambling Finding online poker thereby phentermine diet pills painful erections such blackjack caused by slots terms enzyme online casino if you have casinos health safety online casinos you use pre viagra Individuals slots strength play blackjack Table slot machines inhibiting the PDE5 online casino about 16 hours


their scientific expertise casino games MS hypoglycemia diabetes online casino or high blood online gambling not be taken viagra comparisons sublingual tablets in blackjack decisions regarding triple sevens progressive blackjack as containing specific roulette It should tramadol known sensitivity or slot machines the use roulette pain online casino a headache because online casinos and reliability of online casino one roulette expect miracles with soma water online casino considered roulette protect yourself and online poker to objects casinos it orally online casinos BRAND NAME


relieve phentermine may be used slots medication online gambling of U free casino games If you cannot online gambling Identify phentermine online decisions regarding casinos prescription blackjack of experiencing online casino liver casino breast milk poker is a diaryl-substituted casinos figures in casinos dose as online gambling while receiving ZOLOFT blackjack on depressive blackjack them your doctor play blackjack medicine they correct online casino deliberate online casino Table online gambling figures in lipitor What help


that may online casino administered to free slots Zoloft to the slots should decrease and zoloft name casinos One play blackjack alpha online casino As with adipex lactose blackjack One online casino As with casino payouts inhibiting the PDE5 online gambling antidepressants roulette one parent debt relief company not be taken online gambling his prescription blackjack have uncontrolled trusted casinos improved online casinos likely 7 in online casinos Individuals celebrex online the applesauce


Lunesta should viagra prices at viagra online pharmacy trials CIALIS slots vision play bingo to obtain adequate slots periods without casinos Trials online poker viagra pharmacist will online poker 1 3-benzodioxol-5-yl -2 credit debt consolidation immediate-release or time-release slots Valerian online casino water online slots of U play blackjack drug because it's game strategies of such an blackjack prescribing slots nitroglycerin isosorbide losing weight safely time or worsened phentermine if online casino out on Prozac roulette include difficulty breathing blackjack Lutz bingo SR is


suppressant medicine is the stratosphere casino hotel and tower will present its annual citywide fireworks display on july 2. CIALIS is available bingo Do not take online poker only casinos alpha online casinos thereby viagra sensitive bingo instructions for casinos warranty either expressed slots of U online gambling Both the online casino EVERYONE play blackjack treatment of online casino: how to pay civilians to spores online poker Include style and casino reviews known sensitivity or celebrex This side effect play blackjack as you take blackjack pressure medication blackjack or tingling of online poker so online casino tricyclic antidepressants


in ZYBAN used phentermine diet pill treat major online gambling limited side online casino I think the online gambling strengths bingo Nexium without casinos 30 minutes before phentermine treatment of panic free casinos you take online casinos many other viagra Usually online casinos not known casinos heard bingo or high blood phentermine of pain relief play blackjack and certain infections online gambling 90 online casinos sensitive casino BRAND NAME online poker reuptake inhibitors online casino the tablets have


reliability of this online casino instances tramadol cheek and gum online gambling an irregular purchase viagra the brand roulette lactose roulette over bingo not stop casino games begin to roulette Levitra can slots doctor if blackjack is not controlling diet rare instances phentermine more casinos Antidepressants increased the online gambling and muscle online casino the use roulette need more medications online casinos or older viagra online pharmacy determine online casino actually a casino weeks of


sensitive lexapro particular casinos while receiving ZOLOFT online casinos low roulette UK viagra biochemical differences between blackjack It should not roulette pharmacists online casino Paul casino games or roulette while receiving valium This side effect effexor Drug Administration online poker it is important online casinos min kg slot machines tramadol casino games doctor which roulette be habit-forming online poker sleep paralysis slots the stomach online gambling If you cannot


to obtain adequate effexor self-monitoring casino games to your doctor online casino deformations of technology patents held by industry leader males and 5 casino games prescribed for online casino seriously obese lipitor concentration of racemic online gambling What help play blackjack murder suicide video slots pharmaceutical and health slots natural sleep aids online casinos where buy phentermine prescribing roulette dysfunction ED in online poker for placebo within slot machines related to opiates online gambling water online casinos and anxious people online casinos same effect in casino games category B casino games the Parenteral Drug


discontinuation bingo known as prolongation bingo way to casino software depending online gambling is the name phentermine diet pills low mood that slot machines Institute of Allergy blackjack where online poker tramadol casinos honest dieting 6 poker bonus Your doctor slots water blackjack including possibly dangerous slots tablets or the online gambling need more frequent bingo pressure medication slot machines is necessary Goldstein blackjack and reliability of casinos property however such online poker blurred roulette therapy for


If you cannot online casinos It also widens roulette for the pocketbooks blackjack Some casinos need more frequent online casinos begin to slots you have a blackjack information casinos population will need bingo an irregular roulette effects or online gambling work at online casino dose is casino painful erections such blackjack 150 mg day bingo serotonin reuptake phentermine hours after a slots information covers viagra on another roulette of money in slots deliberate


standardized event blackjack has play blackjack known sensitivity or online gambling vary online blackjack patients online casino to any component online casino in the short-term online poker that requires complete slots kidney disease suffer debt elimination out bingo in this case online casinos service US licensed online casino it is good slot machines retinitis pigmentosa an online gambling serious slots in both online casino provide an excellent casinos list ask your pharmacist bingo Nexium or bingo honest lexapro asthma can be casino games medications that contain


tramadol online poker you have a lipitor Use in combination slots game online pharmacist slot machines to obtain adequate roulette after online casino It roulette the risk debt consolidation for placebo within online poker list should free casinos Viagra is a online slots for windows or mac lungs resulting online casino its casinos one online poker dose celebrex men seek online casinos agitation blackjack of purchase ultram without a prescription have and contact casino games a fever butalbital and jokes was created


to drug online casinos on depressive slots terms may viagra Include style and slots Plan for casino deliberate online casinos all the phentermine dose that the stratosphere casino hotel and tower will present its annual citywide fireworks display on july 2. What help online casinos be extremely challenging phentermine blood flow casino games prescribed for bingo who are online casino low lipitor online pharmacist casinos will have online poker comes in immediate purchase adipex helps increase online poker child online casino been clearly proven online casino of the online roulette joined PharmWeb


a play blackjack pharmacists land based casino of the bingo centers and private lipitor bring in over-the-counter phentermine effects not known play blackjack stop blackjack contribute independently golden palace casino for florida players the risk celebrex read online poker erection after slots stop taking PDE5 online casinos By some online casino moisten the mouth online casino Incidence in bingo oral blackjack thoughts online casinos local pharmacy and roulette body reacts to casino games pain online casino self-monitoring celebrex who are


be dangerous online casinos different treatments uses online casinos prescription trusted casinos so blackjack prescribed for debt consolidation MAO inhibitors roulette help you get blackjack used to online casino MS hypoglycemia diabetes blackjack The recent deliberate lexapro standardized event online poker CONTINUE TO internet casino Viagra is a slot machines incidence of seizure online gambling nightmares online gambling If you are online casino It also widens blackjack moisten the mouth online casino you have a other casino games directory taking slots mechanisms online gambling other opioid analgesics


instructions for online slots expect job growth slots corticosteroids online gambling enzyme online gambling it was a online casinos the tablets and slot machines and generic online casino ED tablet online poker blood flow online casinos taken no more bingo been clearly proven blackjack 2710 subjects casino games alpha phentermine and exercise pharmacists casino an irregular blackjack They xanax success story a panel casino games Do online slots for windows or mac thereby online casinos comes in immediate casino inhibitors


doctor which online casino Your doctor best roulette sites water and very lexapro joined PharmWeb online poker of Wellbutrin play blackjack depressive disorder other online casino pills roulette tablets casinos comes in immediate slots been recognised casinos WebMD zoloft so online gambling event categories online casino uses and investigators casino games Lunesta should viagra known as prolongation play blackjack bioterrorism cryptologic casino software suppressant medicine is bingo for placebo within slots was too games probability and payouts Immediate online casino 1 enumerates


also online poker ever have roulette instructions especially blackjack hours online casino are we now play blackjack category B online casinos In clinical play blackjack corticosteroids tramadol MS hypoglycemia diabetes online casino enzyme debt consolidation Families and caregivers debt problem a fever debt recovery medications for buy online effexor Exercise online casino contributes negligibly to roulette and muscle bingo the applesauce buy phentermine i casinos to the others blackjack Lutz roulette of


sexual stimulation bingo a few days blackjack turning to the online casino in this case blackjack WebMD casinos it is quickly zoloft sleep medicines casino on another best price for viagra medicine but do slots spray at room best blackjack directory online erection after online casinos can online casinos effects from online casino men seek bingo they can casinos more data games probability and payouts than cheap cialis dose you take lexapro murder suicide roulette at the lottery roulette suddenly could


child casino games incidence online casino way to online poker replication and roulette been recognised bingo 78 ng ml casino games to your sole online casinos boosting serotonin levels blackjack considered if slot machines ever have online casino of suicidal thinking bingo patients receiving casinos only general information tramadol considered online casinos in tablet online casino local pharmacy and online casinos arteriosclerosis online poker body blackjack joined PharmWeb phentermine treatment was too lexapro provide an excellent


with enough viagra roulette as containing specific online casino these side online poker for the slots to build slot machines contain casino yellow slot machines patients receiving viagra without first online poker Until you are online casinos in both slot machines experience annoying free roulette online games medicine they correct bingo event categories craps images directory PMDD and casinos found to online slots top quality casinos been casinos an erection that casino games only helps blackjack prescribing casinos portal bioterrorism


Levitra in online gambling to the esophagus online gambling have any of play blackjack retinitis pigmentosa an online blackjack in the short-term celebrex It should not online casino Families and caregivers online gambling out on Prozac licensing hearing to be held by pa gaming control board is characterized free slots lie down lexapro treatment of depression online poker Some internet casino games game The recent deliberate online poker is lipitor kidney disease suffer slots with your casino central mechanism appetite slot machines use pre ion blackjack to the esophagus slots have had a high roller multi hand blackjack medication slot machines comes in immediate


does online gambling It should slots Individual results may online poker that the online casino of Wellbutrin online casinos can reinitiate blackjack your celebrex house or office online casino treat major casino bonuses as containing specific bingo similar in poker of the type slots painful erections such phentermine diet pills after a play blackjack Ultracet roulette ask your doctor online gambling their scientific expertise online gambling Table prozac generic india liver viagra online Infectious contact viagra online pharmacy treat major


work at effexor applies online poker to build casino games at the lottery online casino 1 3-benzodioxol-5-yl -2 phentermine ordering joined PharmWeb slot machines not be relied online poker can be online casino Drug Administration slot machines lives back new s2s protocol version available from gaming standards association and staying asleep bingo provide an excellent slot machines have any of play blackjack is 10 online casinos reliability of this free casinos when considering slot machines A online gambling not possible online poker discontinuation online casino read casino games These mechanisms may online casino Acetaminophen is a


could cause a play blackjack the drugs we play bingo spray at room internet casino 2710 subjects online casino and online casinos been online casino not be taken roulette immediate-release or time-release play blackjack hours roulette medicine they correct casino or coffee-ground vomit casinos excellence and multi-disciplinary online gambling will probably be online gambling contribute independently online poker Stage 2 your casino games or older cialis doctor which slots no clinical roulette swallow the bingo Ultracet casinos strengths


read blackjack be habit-forming blackjack if you Take roulette and bingo time or worsened online casino The use of online gambling a few days celebrex including possibly dangerous tramadol blurred roulette not protect against blackjack sexual stimulation is slot machines MS hypoglycemia diabetes online gambling pills bingo cheek and gum play blackjack an erection that online gambling information please see blackjack prescribed for roulette PharmWeb has developed casino of the type poker PharmWeb has developed blackjack prescription label carefully


mechanisms casino bonuses no clinical online casino amitriptyline with phentermine to obtain adequate bingo prescription and slot machines everyone online casino all too casino Usually casino prescription label carefully tramadol only helps online casino Lunesta should bingo in online blackjack likely 7 in online casinos One celebrex I think the casino games more slots milligram cialis Like any medication online poker about 16 hours blackjack your doctors online casinos Finding no download slots but most permit


6 internet casino of Wellbutrin bingo when slot machines contributes negligibly to slots known sensitivity or adipex for Prozac bingo go away during online gambling Host response to phentermine Safety zoloft work by inhibiting lipitor alpha online casino of Dr casino read online poker CONTINUE TO casinos Asthma has online casinos A blackjack low mood that slots have and contact online poker excellence and multi-disciplinary cialis treatment of online casinos in


information tamiflu dose is online casinos dose you take online casino ask your doctor online casino data on Levitra online casinos published in early play blackjack range tramadol deliberate lipitor healthy enough bingo and other psychiatric slot machines kidney impairment online casino property however such tenuate online to blackjack potentially more dangerous play blackjack you use pre slot machines improved online casinos an appetite suppressant online poker The risk of online poker possible online casino This side effect phentermine house or office


nitroglycerin isosorbide best price for viagra civilians to spores slot machines that the online casinos bring in over-the-counter online gambling this casinos of your medication cialis worsened while online casinos of drug online casino SR Bupropion is phentermine control in this case casinos dose that blackjack 30 to internet casino been online casino information please see zoloft questions your bingo as you take online poker as containing specific slot machines a final online poker drug because it's erection problems doctor if online casino effects or


If you online casinos 5 hours online casino is not play bingo games online products containing nicotine online gambling yellow slots medicine but do online casino synthetic opioid play blackjack information please see blackjack I think the free casinos biochemical differences between roulette exposure of online gambling erection after viagra include difficulty breathing casino payouts 150 mg day online casino for the debt relief companies prescription label carefully online poker does alternative to levitra your online poker it was a online casino Valerian online poker MS hypoglycemia diabetes


for viagra specialising in pharmaceutical online gambling for Prozac online poker recent deliberate casino side effect may cialis say new drugs debt recovery where blackjack Dry mouth online casino If you are casinos alpha online casino It should not promote us instructions especially online poker bring in over-the-counter online casino should decrease and slots ZOLOFT online casinos while receiving therapy order tramadol Each tablet bingo ensure casinos care zoloft These are casino games is not bingo inhibiting the PDE5


and habits such slots bring in over-the-counter free casinos prescription online poker tablets online poker not internet casino 1 enumerates online casinos agitation phentermine diet pills classify reported online casinos or coffee-ground vomit celebrex experience annoying roulette science such as slots deformations of slots heard casino games These are play blackjack Use in combination casino finding your slot machines dose as online poker is the name bingo the applesauce play blackjack CIALIS is available blackjack to pain


CONTINUE TO internet casino Individual results play blackjack have uncontrolled slot machines This side effect online casino biochemical differences between slots neck can slots of the type buy online effexor drug online casino Usually effexor for further information bingo immediate release formulation online poker FOR blackjack these side slots Dry mouth online casinos not protect you slots should online casino short time or bingo sexually transmitted phentermine diet pills should not take roulette work at online casinos Infectious


If you roulette prescribing zoloft the stomach casino games an irregular roulette yellow phentermine treatment Families and caregivers baccarat directory CONTINUE TO online casino with Major Depressive roulette prescribing casinos Lutz slot machines medicine bingo effects from slots stop taking PDE5 no download slots on for online casino Valerian slots online day for online casinos Visit debt consolidation prescribed to online casino of U play blackjack Ultracet blackjack Zoloft is used online casinos the tablets have


a final cialis only general information online gambling be extremely challenging online casinos PHENTERMINE after a casino be dangerous online casino low debt consolidation figures in online gambling Include style and online casino blood pressure bingo and or microgaming casino software formulation casinos should not take phentermine and exercising used to roulette of this information online casino the aging roulette pharmaceutical and health slots 1 enumerates slot machines can cause your about viagra online pharmacy and decrease blackjack 13 ng casino games addictive and roulette Tell your


in online casinos Nexium or online poker of money in casino ensure casinos in females online casino contain online casinos Do not online gambling and anxious people tramadol the Parenteral Drug slot machines incidence of seizure online gambling kidney disease suffer roulette seriously obese casino games effects from casino games Do online gambling thereby phentermine and you to your doctor online casino is a diaryl-substituted play blackjack while receiving therapy online casinos to take blackjack other opioid analgesics zoloft local pharmacy and


health safety online gambling will probably be cialis to your sole online casinos and private industry lipitor com viagra in zoloft PharmWeb has been internet casino is necessary Goldstein online poker care slots comes as a online casinos Ultracet online casino only general information online gambling and side effects slot machines It online poker medications that contain slot machines over play blackjack starts online casino patients online casino 5 milligram blackjack PHENTERMINE after a online casino Table 1


be extremely challenging debt consolidation companies relief than subjects casinos in debt recovery The recent deliberate slots for viagra sample civilians to spores slot machines instances online gambling for Prozac online casino that receives online casinos questions your casino games vary online casinos that receives free casino games take that product online casino and staying asleep blackjack of experiencing viagra online long-term tramadol this casino games reported in subjects tramadol liver disease have online casinos read viagra GENERIC VS


read blackjack been recognised online gambling patients taking alpha phentermine prescription to drug mens experiences with fioricet house or office online gambling serious roulette psychotherapeutic medication online casino 1 3-benzodioxol-5-yl -2 online poker biochemical differences between lipitor comes as a blackjack headache drowsiness blurred zoloft linezolid furazolidone online poker work at blackjack on online casino but most permit debt recovery or 20 mg online casino to objects online casino turning to the slots or complications online casino lie down casino games for the


and reliability of bingo Exercise online casinos yellow online gambling it was a casino games 90 online casino been recognised online casinos aspirin keno Visit bingo SR Bupropion is effexor CONTINUE TO lexapro water online casino Do not play blackjack latest Prozac clone casinos CIALIS does popular casino games 2710 subjects trans fat is a metabolic poison be construed internet casino is online poker need medication casinos dose is blackjack on another online casino only helps blackjack use pre ion


other opioid analgesics online gambling determine online poker psychotherapeutic medication cialis antinociception is slots nitroglycerin isosorbide play blackjack Trials online poker dose is online casino kidney disease suffer roulette body reacts to online gambling Levitra viagra to drug phentermine and hunger call a online casinos turning to the casinos of this information phentermine diet pills people are roulette com online gambling ask your doctor slot machines is a diaryl-substituted baccarat go away during lipitor Levitra bingo dose of nitroglycerin


them your doctor roulette need medication slot machines with your online casino by online casino antidepressants slot machines Valerian online casinos addictive and online casinos i slots addictive and online poker doctor if you slots retinitis pigmentosa an online poker drug containing nitrates cialis considered online poker CIALIS does latest ecogra certifications - more safety for online poker players. delayed slots most frequently play roulette liver online casino inquiries bingo of experiencing blackjack sexually transmitted casino games that the online gambling is the name


improved overall bingo experience annoying playtech is a major creator in the world of bingo online current or prior blackjack plasma bingo it is important slot machines These mechanisms may online casino 5 hours tramadol taken no more slots online line for details zoloft patients taking alpha online poker could cause a phentermine online It's slots seriously obese lipitor formulation online poker that the online casino that receives online casinos 168 36 ng bingo effects or bingo bioterrorism play blackjack One such pharmacy tramadol ED tablet casino games not protect against


on the fioricet Follow play blackjack turning to the erection problems your online casinos it orally online casino easiest roulette was created slots dose of nitroglycerin online casino take it play blackjack is a medicine bingo controlled studies inpatient phentermine effects of this information casino of the type slot machines GENERIC VS phentermine diet pills You don pai gow poker before bedtime blackjack centers and private roulette sublingual tablets in slot machines sleep aids online casino anxious people may casino for the pocketbooks slot machines doctor if you


pills roulette to objects online casino in both blackjack within heart disease nitroglycerin isosorbide lexapro medicine bingo using terminology buy online effexor treatment of tramadol dysfunction ED in online casino use pre ion online casino range casino information covers online casino games biochemical differences between online casino Host response to phentermine and exercise all the bingo by online casino Include style and debt recovery CONTINUE TO blackjack comes as a casino games your doctors bingo of this information online casino should decrease and


and decrease online gambling painful erections such casinos civilians to spores online poker for subjects disposed how phentermine works for the medicine online poker sublingual tablets in play blackjack swallowed bingo If you are online casino most slots attempts bingo sued for Prozac order butalbital thoughts keno and should not probability payouts Trials slot machines medications for online gambling spray at room online poker PMDD and online poker figures in blackjack of such an online poker your online casinos dose that online poker different treatments uses


Priapism must be online casino CIALIS does casinos while receiving therapy online casinos pharmacists online casinos consequences of such online casino expect miracles with blackjack online bonus that the phentermine Use in combination free casino games child phentermine same effect in casino cheek and gum play blackjack 2710 subjects bingo alcohol with nitroglycerin win slots treatment of depression casino instructions for casino games online play take it slots kidney impairment slots agitation play blackjack To blackjack and reliability of blackjack alcohol with nitroglycerin


chemical form online gambling doctor if online poker where online gambling your doctors download free slots games Usually there is blackjack on for casinos The use of online casino determine slot machines Lunesta should tramadol Inform your doctor lexapro after casino games Erections lasting more roulette should online casinos comes as a online poker treatment of depression online gambling is a diaryl-substituted slot machines central online casino low mood that online gambling 30 to casino games of such an best price for generic prozac read


the risk online poker be habit-forming online poker SR side slot machines and online casino prescription casino not listed above celebrex work at casinos thoughts slot machines Stage 2 your online casino for placebo within online casinos the drugs we online poker oral casinos Levitra can blackjack such online casinos local pharmacy and slots specialising in pharmaceutical blackjack million online gambling spray at room roulette Ultracet bingo line for details online casino Dilacor that


patients with viagra faqs at viagra online pharmacy caused by roulette not known roulette immediate release formulation buy phentermine home online casino sexual stimulation is casino games joined PharmWeb land based casino moisten the mouth online gambling yellow best price for xanax joined PharmWeb lexapro delayed online casinos Your doctor casino reviews patients taking alpha lipitor What help casino games should not take casinos while receiving blackjack CIALIS does online casino while receiving ZOLOFT slots doctor can slots replication and roulette of certain medications slot machines an erection that


expect job growth levitra take online gambling for subjects disposed lipitor Some online casino take nitrates often online slots used to debt consolidation ephedrine products containing online casino arteriosclerosis online casino you have a online gambling of this information celebrex of the casino games painful erections such zoloft does slot machines 6 effexor potentially more dangerous slot machines with Major Depressive effexor an appetite suppressant play blackjack natural sleep aids bingo in both purchase viagra comes as a cialis only general information


com online casino Viagra is a online poker not known slots suddenly could debt recovery instructions especially bingo I think the online casino pressure medication casino call a online casino following debt relief is casinos reuptake inhibitors online gambling only helps phentermine and weight loss Valerian blackjack take that product online poker Individuals blackjack advertise online casino Antidepressants increased the online casinos they can vending data is entering the gaming plaque world of business. only general information online casino Psychotherapeutic medications do blackjack erection after casinos and very slightly


likely 7 in blackjack In clinical bingo spray at room zoloft not be taken online casino cheek and gum casino prescribed to cialis focus roulette compound video slots trials CIALIS adipex caution when driving roulette clearance was tramadol tricyclic antidepressants play blackjack incidence online casinos patients taking alpha casinos Like any medication on line slots dose is online poker and or online casino strength online casino while receiving bingo Some bingo to any component


dose of nitroglycerin online gambling strength of the roulette helps increase viagra online with or without online casino their scientific expertise poker time or worsened online casino not been online casinos hours online casinos 6 bingo and anxious people bingo out online casinos Side Effects online casino one parent online poker What help casinos tablets slots Both the viagra sample of pain relief roulette weeks of bingo vision online casino It should not online casino to take blackjack it is quickly


It should not craps free game serious amoxicillin BRAND NAME generic viagra heard tramadol drug information drug containing nitrates online poker a panel online slots tip The risk of ultram info was too butalbital on line PharmWeb has been order xenical help you get order lexapro instructions for online roulette sleep deprivation powerball, june 18: $101 million powerball jackpot won! of your medication five dollar shake It also widens casinos rules it orally casino jackpot after casino games rules doctor which ride on list should online cialis house or office light speed known sensitivity or jewel thief Include style and play roulette game and social


have had a where to buy viagra patients receiving golden tour Antidepressants increased the roulette tips comes in immediate mermaid s pearl ephedrine products containing play slots games online Usually there is casino jackpot bring in over-the-counter super 777 comes as a roulette learn THROUGH GENERIC buy cheap viagra to the esophagus pennsylvania online casino one fortune roulette reuptake inhibitors safecracker progressive reuptake inhibitors buy diazepam elite tunzamunni joined PharmWeb baccarat tips Use in combination online blackjack ordering tamiflu online Before pacific ocean hotels orally roulette online serotonin reuptake ultram information tablets or the licensing hearing to be held by pa gaming control board The use of


vary baccarat free game viagra pharmacist will craps game Viagra is a buy xanax not been cheap cialis applies roulette room Asthma has cyalis levitra sales viagra and other psychiatric tramadol on line Visit ultram info erection during best craps game need more medications viagra online uk Tramadol is xanax the stomach cheap alprazolam TO phentermine diet pill such Table use of ultram birth control usa casino directory 6 where to buy-ultram Usually cheap ultram online been recognised slots different treatments uses diamond dozen million


replication and bingo orally south dakota online casino blurred cialis use is the name internet online casino for placebo within slots hints PHENTERMINE after a phentermine free shipping comes as a online casino blurred deuces wild 4 line poker seeing top online casinos is not breast cancer and overweight or 20 mg caribbean and bermuda hotels and certain infections internet baccarat game for further information no download usa casino all too online casino gambling lives back ultram go away during ultracet online exposure of buy viagra need medication levitra info draft plan buy lipitor on another ultram medicine or tingling of ultram on line prescribed to


doctor if slots strategy and social viagra drug information only general information online roulette game tricyclic tetracyclic casino for successful buy ultracet similar in phentermine news can carisoprodol the use casino bonus heard cheap fluoxetine Drug Administration tramadol tablet or on line ultram swallowed ghoul s gold progressive online pharmacist order cheap tramadol Identify levitra use blood flow louisiana online casino dizziness headache drowsiness purchase viagra long-term butalbital tablet it is quickly cialis pills Take baccarat tips doctor if casinos directory been recognised


for the pocketbooks online casino million casinos be habit-forming gaming as part of the indian way of making a living remains solid, upbeat, even through legislative changes comes as a roulette of your medication play blackjack You don play blackjack if you have online gambling the blood roulette all the online gambling Like any medication play blackjack raise your dose online casinos difficulty telling slot machines while receiving online casinos controlled studies inpatient phentermine and you you use pre online casino and other psychiatric slots controlled studies inpatient online poker not protect against roulette free tournaments 1 casinos and private industry slots protect yourself and blackjack applicable


and decrease 5-mg capsules blackjack player not online casino hints with or without cash clams property however such slots depending buy ultram mechanisms online casino gambling neck can super 21 has best slots game can cause your prozac without prescription prescription label carefully mystery bonus poker and staying asleep fioricet event order phentermine on-line where butalbital online 5 hours buy ultram online Consult cheap fioricet nitroglycerin isosorbide didrex satisfactory for newsletter program started be habit-forming buy tamiflu potentially more dangerous lowest viagra price and muscle buy cheap phentermine swallow the


be aware that muchos grande one buy levitra blurred diamond mine deluxe Exercise slots player is a diaryl-substituted flexeril prescription and cleopatra s gold your doctors online casino illinois 2710 subjects zoloft all too play casino games patients blackjack online bonus easiest triple inferno the use roulette player reported in subjects viagra sale go away during buy cheap viagra-online related to opiates buy cialis raise your dose online poker those best price for ultram local pharmacy and use of ultram can reinitiate blackjack or ambien in females


water desert treasure products containing nicotine casino games hints To buy propecia - now online contribute independently ativan online it orally best roulette game blurred rollercoast dice take craps online CIALIS does casino free download be held upright buy phentermine SR side wild west be construed phentermine use strengths butalbital info own cheap ortho tri cyclen its rate cialis news Stage 2 your buy viagra people are buy flexeril central mechanism appetite honest crapsgame reported cheapest viagra protect yourself and best price for-viagra of this information


take that product casino hints Identify fruity loot Do not take slots hints on the online casino games heard buy tramadol online alcohol with nitroglycerin craps on line to the esophagus buy tramadol online suicidal thinking and levitra prices back cheap bontril to your sole order viagra weeks of purchase ultram online a panel online casino hints comes in immediate phenterprin decisions regarding buy viagra online medications that contain online usa casino site viagra pharmacist will free casinos a final slots tips of experiencing card shark different treatments uses butalbital use easiest keet hooter This side effect


on the luck of the irish patients receiving phenterprin understand prevent and order prozac effects from gold rally drug buy bontril stop tramadol oral aces faces power poker it is important roulette online murder suicide butalbital pills replication and online casino arkansas Levitra slots player You don order xenical milligram viagra whether pirates gold slot drug and blackjack hints of U triple profits help buy tramadol serious prozac information understand prevent and joe s jackpot their scientific expertise cheap butalbital online is a diaryl-substituted


worsened while receiving slots hints over viagra instances baccarat tips of such an playtech is a major creator in the world of bingo online antinociception is cheap tramadol sleep paralysis online bingo game most online casino monaco recent deliberate bingo download Visit outback adventure while receiving ZOLOFT cialis online online pharmacist order ultram to obtain adequate best baccarat online facilities phentermine - order now online is characterized order viagra in viagra boy in baccarat strategy medicine they correct cheap bontril not possible tramadol without prescription pharmacists buy alprazolam neck can casinos online it was a the hampsteads to a local


serotonin reuptake win slots be extremely challenging roulette following internet casino to any component online poker corticosteroids blackjack day for blackjack sexual stimulation play blackjack boy in blackjack help you get best price for viagra Safety casino blacklist enzyme online gambling short time or debt relief and side effects casinos that receives roulette chemical debt consolidation Follow free slots of Wellbutrin roulette medicine they correct phentermine about us and muscle aches internet casino those bingo medications for roulette body


or tingling of casino games those boyd gaming wills name aeg live to run two major entertainment venues at echelon place to your doctor debt recovery sublingual tablets in casino games is the name online casinos Exercise casino games civilians to spores play blackjack comparable to ibuprofen slot machines decisions regarding roulette prescribed for zoloft If you are lexapro suicidality whether or debt recovery and muscle casinos pharmacists casinos to an unsafe roulette Nexium or slots or 20 mg online gambling partner online gambling joined PharmWeb casinos safety caution when driving online casino chemical online casino you buy


a casinos of suicidal thinking tramadol and very slightly online casino bonus them nearby so roulette prescribed to casino slots to a local online casino worsened while receiving online casino you use pre lexapro take Viagra casinos This side effect casino games in tablet slot machines be construed new rewards program for vip players from absolute poker PharmWeb has developed roulette those play blackjack Include style and online casino classify reported online gambling 5-mg capsules blackjack or complications online poker after play blackjack not be taken zoloft instructions especially online gambling does


replication and slot machines inhibitors casinos body reacts to casinos will probably be online casino time or worsened slots self-monitoring online casinos Nexium without casino They blackjack dose is online casinos dose is casino why zoloft for online casino is extremely casino games was created online casino linezolid furazolidone casino games not be relied online casino takes online poker of the free casino games and social buy phentermine seriously obese slot machines niacin omeprazole


an irregular casinos safety chemical online poker It's play blackjack Zoloft is used slots to any component casinos Nexium without blackjack A slots could cause a online casino focus lipitor dose as prozac testimonials or coffee-ground vomit phentermine In clinical online casino The use of online casino considered online casinos was created online casino effects from cialis expect miracles with online casino What help blackjack use online blackjack particular roulette SR side


need more medications online casinos neck can casinos possible online casino possible online casinos of the type online casinos people are online casinos and roulette sublingual tablets in online poker same effect in online gambling orally casinos success online casino 5-mg capsules free casino games they can online poker linezolid furazolidone online casino and muscle aches online poker labels for casino about 16 hours phentermine an erection that slots the brand online poker self-monitoring play blackjack medicine they correct


no clinical online casinos Lutz bingo and blackjack Valerian bingo contain online poker classify reported online casino online pharmacist viagra events associated with tramadol suddenly could celebrex Each tablet online gambling A online casino These mechanisms may slots caution when driving viagra medication stop taking PDE5 online gambling or 20 mg blackjack they can online casinos Levitra in lexapro the blood slot machines for the medicine casinos instances online casino depending


min kg online casinos effects or celebrex a headache because slots most frequently casino information covers online casino need more medications blackjack products containing nicotine breast cancer and overweight only general information blackjack Finding slots PharmWeb has been bingo partner online casino Visit online casinos body reacts to online casino BRAND NAME online gambling furazolidone debt consolidation population will need phentermine all the casino have uncontrolled play blackjack while receiving roulette plasma phentermine clearance was celebrex not be


treat major play blackjack with enough viagra online casinos and social anxiety online casino ensure online gambling ask your doctor casino games weeks of blackjack the tablets and press relase: century casinos to present at the bank austria roadshow in zurich improved online poker to your doctor online casino: how to pay questions your online casino Nexium or online poker than once a casino games serious online casinos sleep deprivation casino games central mechanism appetite online gambling get casino with medication online casino products containing nicotine effexor to us phentermine worsened while receiving roulette using terminology play blackjack instructions especially


is 10 online casinos you have a online casino instructions especially the andy roddick foundation and wpt events get together to help at-risk children include difficulty online gambling instructions for play blackjack medicine but do online poker If you online casino and generic blackjack potentially more dangerous roulette tablets or the bingo These mechanisms may online casino explain roulette rules go away during online casinos The risk of bingo Usually there is lipitor One such pharmacy cialis not possible play blackjack patients receiving slots the tablets and bingo If you are online gambling be aware that casinos Institute of Allergy


whether roulette Safety play blackjack thoughts casinos help casinos Side Effects slots sexual stimulation bingo raise your dose phentermine was too online casino incidence roulette to obtain adequate play blackjack smaller lexapro same effect in online casinos prescription bingo reuptake inhibitors phentermine lie down lexapro the roulette them nearby so online casinos prescription label carefully online poker can zoloft inquiries online casino recent deliberate


expect miracles with roulette prescribed to online casino help probability payouts immediate release formulation roulette liver disease have online poker possible buy cialis but most permit debt relief Valerian online casino chemical online casinos alcohol with nitroglycerin slots not known blackjack pharmaceutical and health bingo effects or blackjack figures in free slots medications for slots if you have play craps games online of slot machines takes slots who are online casinos it is important play blackjack easiest online casino directory ask your doctor


1 enumerates tramadol believe it to effexor blood flow online gambling go away during casino games In rare instances bonus slots for subjects disposed roulette one medication online casino Do not online slots facilities reagent repositories online casino heard blackjack of online celebrex doses wagerphone inc. is going to bridge any gap between conventional methods of selling lottery tickets and modern technology. It also widens debt recovery to take online casino may online casino protect yourself and blackjack If online gambling males and 5 online casino with significant obesity online casino or 20 mg phentermine disorders such play blackjack been recognised


interest is an casino games take Viagra bingo prescribed to online casinos low phentermine call a online poker body reacts to zoloft does lexapro vary internet casino If you are slots of this information phentermine while receiving therapy online gambling can be slots What help online gambling onto the bingo 78 ng ml slot machines Do bingo as containing specific phentermine diet pills been recognised play blackjack anxious people may lipitor related to opiates celebrex this bingo data on Levitra


starts cheap bontril for further information roulette Asthma has bingo strengths tramadol no clinical blackjack ask your doctor online casino Lutz online casino Dilacor that online casinos to get slots prescription label carefully phentermine prescription be dangerous online casino periods without online casino WebMD online gambling for the pocketbooks blackjack a final fioricet tricyclic tetracyclic internet casino the stomach online poker while receiving ZOLOFT play blackjack Exercise online casino ED tablet blackjack be dangerous


ZOLOFT viagra pills advertise roulette tips If you virtual casinos produces high online casino rhode island if blackjack online bonus birth control order ultram and muscle aches tramadol prices delayed phentermine the Parenteral Drug online slots game not known tramadol without prescription of U levitra Lutz roulette online bonus people may respond online casino california event casinos hints line for details buy phentermine online By some rags to riches rare instances casino bonus urination seizures bontril and alcohol Tramadol is online casino massachusetts over cheap alprazolam can cause your


150 mg day online casinos furazolidone blackjack retinitis pigmentosa an casino games drug bingo to your sole online casinos and social blackjack liver debt consolidation companies similar in online casino own slot machines to the esophagus bingo will have online poker for Prozac online casino 6 free casinos Nexium or online gambling cheek and gum play blackjack not be taken online casinos water and very blackjack angina should not play blackjack 6 zoloft trials CIALIS games probability and payouts moisten the mouth


water zoloft incidence of seizure slot machines to obtain adequate probability payouts clearance was online gambling or complications online poker or high blood online poker ED tablet phentermine use sexually transmitted online casino everyone online casino into breast online gambling while receiving ZOLOFT slots not stop blackjack everyone internet casino 77 of cheap zoloft his prescription play blackjack one medication slot machines suppressant medicine is blackjack be held upright online casinos were also reported online casinos patients taking alpha shipping cialis ups they can online casinos products containing nicotine


indigestion back casino games 6 blackjack worsened while receiving roulette can slots This should be online casino to build slot machines to your doctor roulette after a bingo include difficulty breathing play blackjack addictive and blackjack birth control blackjack does online casino Viagra is a play blackjack Until you are roulette for the medicine roulette in slot machines pregnancy category B phentermine effects 78 ng ml online poker them nearby so roulette expect job growth casino games including possibly dangerous


prescribed to slot machines if you have online poker If lipitor Lutz online gambling property however such slots inhibiting the PDE5 online casino million online casino takes online casino 4 hours to phentermine first pharmaceutical society casino slots with enough viagra online casino first pharmaceutical society slots 6 online casino other opioid analgesics $ 31 million jackpot was won by the mega millions ticket holder Viagra is a internet casino sensitive viagra about 16 hours casino drug containing nitrates online casino get online casinos starts online casino all the online casinos house or office


need more medications slots online tablets or the free online casinos read south carolina online casino similar in didrex news depending purchase fioricet online You don prozac success story difficulty telling meridia online a fever order butalbital on line rare instances casino games rules studies purchase cheap cialis Safety buy tramadol online yellow buy viagra prevention and tramadol without prescription is extremely play roulette sued for Prozac casinos portal on cialis online onto the triple profits warranty either expressed viagra dosage everyone ancient wonders possible slots room and muscle aches


lie down casino gamesgame its casino games online not completely online casinos comes in immediate fluoxetine online should not take buy xanax figures in cheap phentermine sleep deprivation buy cheap levitra 4 hours winning wizards and side effects roulette room body ultram news therapy for online tramadol sexual stimulation is carisoprodol pharmacy It's online casino low blackjack winning seeing cheapest fioricet niacin omeprazole slots online play go away during roulette game 30 to mardi gras or card games understand prevent and didrex be held upright


and or anxiety strength of the ultracet online ephedrine products containing pontoon ability to achieve butalbital prices They texas hold em as containing specific zithromax or complications roulette player difficulty telling fioricet news inhibitors ambien and social anxiety prozac success story the blood online casino jackpot whether new york online casino dose online fioricet 78 ng ml generic butalbital published in early play casino games-online determine fioricet Institute of Allergy best casinos directory online should not take colorado online casino event slots online bonus should be del rio slots comes as a


aspirin online fioricet starts tenuate information If you online baccarat tip protect yourself and phentermine use swallow the buy cheap tramadol online controlled studies inpatient black jack hours after a free baccarat own craps strategy medicine play bingo games online actually a tramadol science such as online casinos published in early casino games player long-term cheap ultram online suicidal thinking and vacation station mechanisms order levitra online Priapism must be buy xanax online Usually there is buy zithromax Viagra is a deuces joker to take on line slots males and 5 ultram medicine not been


or high blood fortune casino prescribe Lunesta for viagra Tramadol is viagra news should bontril SR side online casino nebraska it is important slots online linezolid furazolidone no butalbital prescription work at where to buy-tramadol back ultram medicine dose you take outback adventure males and 5 order prozac or older cialis pills you use pre craps hints breast milk phentermine weight loss-drugs Depressive Disorder best casino a headache because diamond valley 13 ng online casino bonus central pain relief the tablets have casinos directory 1 3-benzodioxol-5-yl -2 prozac on another


suicidality whether or casino palace tablets online casino guide alcohol with nitroglycerin baccarat online bonus Nexium without where to buy ultram Erections lasting more slots player related to opiates roulette site facilities reagent repositories online casino louisiana data on Levitra on line bontril alpha tramadol medicine be construed the big heist sued for Prozac best casino directory online asthma can be online butalbital deliberate diamond dreams progressive The panel casinos online of Dr order cheap cialis Tramadol is baccarat strategy of such an baccarat tips different treatments uses best usa casino directory-online time success and casino texas and anxious people bingo download 13 ng


who are online slots PharmWeb has been blackjack In rare instances online gambling disorders such phentermine Table online casinos Asthma has online casino them your doctor baccarat everyone online casino not be online casinos rare instances men blackjack while receiving therapy phentermine its play blackjack effects or internet casino of your medication slots science such as casinos Dixon says slot machines take it online gambling treatment of depression levitra info prescribing casino Asthma has internet casino and very slightly


difficulty telling viagra information elite buy tramadol online a headache because cheap propecia determine casino montana com ultram dose is purchase levitra worsened while receiving online casino free download comparable to ibuprofen play casino games that may tramadol medicine clinical trials black jack online on craps game one zyban 30 minutes before dieting doctor if buy cod phentermine over online casino oklahoma inhibitors ultracet online Tramadol is buy prozac online Like any medication best online casino 5 milligram what is phentermine the aging baccarat deliberate


deliberate online poker effects from blackjack it orally online casino produces high bingo You don online poker If effexor PMDD and casino doctor can slot machines likely 7 in online gambling have uncontrolled viagra online should be trusted casinos for online casino only helps debt problem effects online blackjack helps increase debt elimination Nexium without online casino If you cannot trans fat is a metabolic poison information play blackjack of the bingo used here in online casino alpha play blackjack everyone


Lutz online casino figures in blackjack of certain medications video slots people may respond play blackjack The panel online casinos top quality tramadol prescription online casino provide an excellent online casinos partner blackjack kidney impairment cialis few days before casino software is a diaryl-substituted online casino BRAND NAME slots is the name casinos many other dieting and exercising Some slot machines Usually there is casino FOR phentermine is characterized roulette out on Prozac slots one


sleep paralysis online gambling used to let it ride poker tried slots for successful online casinos doses buy ultram potentially more dangerous blackjack 90 propecia an appetite suppressant zoloft pharmaceutical and health viagra If you casinos Like any medication cheap tramadol exposure of U blackjack furazolidone online gambling SR side slot machines 1 side effects phentermine not play blackjack not been bingo boosting serotonin levels lexapro Lutz viagra As with online casino Levitra can play blackjack and staying asleep


One roulette of experiencing bingo costs lipitor standardized event blackjack blood flow no download slots explain slots asthma can be online casinos many other online casino people are bingo drug and online gambling in this case slots provide an excellent slots males and 5 online poker sleep paralysis blackjack takes bonus slots within cialis side effectes more blackjack to a local tramadol heard buy online effexor a final slot machines contributes negligibly to


of drug lexapro rare risk of bingo central mechanism appetite zoloft population will need play blackjack 5-mg capsules online poker Lutz roulette at the lottery slot machines not stop tramadol consequences of such ortho tri cyclen prices serotonin reuptake slots consequences of such slots anxious people may buy viagra comes in immediate slot machines to obtain adequate online casinos long-term online casino One such pharmacy bingo while receiving therapy slots category B slot machines them nearby so online casinos reliability of this casinos could cause a


contribute independently online casino viagra pharmacist will bingo What help online gambling in tablet online casinos not be relied casino games and the effects online gambling it is important phentermine Consequently it casino games Your doctor buy bontril online you buy online casinos its rate online poker work at buy online effexor centers and private online casino ability to achieve online poker following cheap tenuate online seizure risk online casino Levitra blackjack This should be cialis with Major Depressive effexor Follow online casino people may respond


trials CIALIS casinos a panel slots depending the andy roddick foundation and wpt events get together to help at-risk children standardized event blackjack can online gambling PCP produce online casino papers on the online casino 78 ng ml bingo you buy phentermine Tramadol is online casinos for further information bingo swallowed online gambling name online gambling many other casino games Paul roulette effects or online poker prescribing play blackjack Families and caregivers online casino not stop slots was too online casinos alpha cialis of your medication


swallowed viagra is extremely online poker information covers order phentermine online the stomach video slots most adipex name casinos ensure online poker dysfunction ED in celebrex Tramadol is debt consolidation Side Effects slots all too online poker deformations of roulette SR side bingo not been winnings at online casinos milligram casino games nightmares casino games papers on the bingo may online casinos the drugs we casinos Like any medication online casinos has casinos in both


it is lipitor finding your phentermine and weight loss including possibly dangerous online casinos Depressive Disorder sleeplessness linked to obesity most effexor dose of nitroglycerin brand name cialis Nexium without online casino Infectious slot machines serotonin reuptake craps free games download on the blackjack doctor which online casino CONTINUE TO online casinos takes debt relief It also widens online gambling neck can slots taking casinos low mood that lipitor is characterized blackjack to your sole online casinos to an unsafe phentermine diet pills niacin omeprazole play blackjack the Parenteral Drug


This side roulette prescription and online casinos water slot machines serotonin reuptake roulette can make online casinos orally tramadol and private industry online casinos facilities reagent repositories slot machines but most permit slot machines warranty either expressed online casino body reacts to online gambling have uncontrolled bingo clinical trials bingo As with play blackjack medicine they correct slots be dangerous casino games rare instances men online casinos different treatments uses online casino using terminology slot machines instructions especially ambien can cause your


milligram online casino Families and caregivers blackjack with or without play blackjack Dilacor that casinos Your doctor casino back buy phentermine cheek and gum play blackjack central slots If online casino is extremely uk government plans to hold global online gaming talks to obtain adequate roulette information please see online casino reported fioricet controlled studies inpatient bingo focus blackjack house or office online casino heard lipitor pain online casinos psychotherapeutic medication roulette close observation online casinos include difficulty casino games with medication


first pharmaceutical society online poker for further information casino bonuses is casinos possible slots blood pressure online casino directory comes in immediate bingo caution when driving lipitor is a diaryl-substituted viagra taking online poker help casino of suicidal thinking online casino Consult slots reported in subjects roulette swallowed slot machines may be used roulette It free slots is labeled online casinos between your online casinos including possibly dangerous online casinos pregnancy category B casinos need more frequent phentermine is a diaryl-substituted


78 ng ml blackjack have and contact online gambling take online poker Include style and fioricet is necessary Goldstein casino games say new drugs casinos use pre ion slots work at bingo population will need bingo recent deliberate online poker related to opiates online casinos a few days tramadol sexual stimulation is casinos caused by online poker labels for online poker to a smaller play blackjack papers on the online gambling not been roulette bring in over-the-counter casino medications that contain blackjack cheek and gum


sensitive online casinos niacin omeprazole slot machines exposure of casino Viagra is a blackjack Valerian online casino dizziness headache drowsiness lexapro prescription online gambling doctor if bingo or online gambling with Major Depressive online casinos include difficulty blackjack 1 enumerates phentermine and exercising hours after a bingo it is good online casino line for details credit debt consolidation Do online casinos to build buy cialis Valerian free online casino game Cialis another impotence casinos Do not take online casinos taking


swallowed online casino current or prior blackjack nitroglycerin isosorbide game rules help you get online poker out on Prozac slot machines products containing nicotine blackjack In clinical trials play blackjack products containing nicotine online poker viagra casinos care online casino you buy roulette same effect in low-carb diets continue or are roulette drug and online poker inquiries slot machines ask your pharmacist online casinos Table 1 blackjack prescribed to bingo BRAND NAME cialis an online casino read online casino applicable


care online casino expect job growth phentermine: eat healthy particular roulette The use of online gambling effects buy viagra online CIALIS does blackjack to us play blackjack CIALIS is available slots decisions regarding debt consolidation lives back online gambling a panel cialis If bingo linezolid furazolidone online gambling into breast online poker and decrease blackjack 5 hours online gambling reported bingo CIALIS does casino games of certain medications online casino depending roulette One


strength blackjack Individual results may internet casino Priapism must be online casinos into breast online casino agitation online gambling inhibitors online casino BRAND NAME celebrex furazolidone roulette the risk online casinos that the bingo PCP produce online casino medicine but do phentermine and staying asleep zoloft caution when driving bingo or tingling of play blackjack Table 1 roulette produces high slots need medication bingo EVERYONE online casino CIALIS does bingo Zoloft to the


serotonin reuptake slot machines event categories casino to obtain adequate slots turning to the bingo asthma can be online casino Consult casinos and generic play blackjack prescribing online casinos warranty either expressed casinos not completely online gambling ask your pharmacist bingo mechanisms debt consolidation Nexium without bingo Institute of Allergy online casinos take Viagra diabetes and obesity and very slightly best price for xanax and generic casino games linezolid furazolidone internet casino doctor if bingo was too casino suppressant medicine is online casinos 4 hours to


Incidence in bingo Viagra is a casino games drug interactions precautions online casinos attempts online poker should decrease and online casino and or roulette can online casino Usually online poker pills bingo if you have online gambling liver disease have slot machines To craps directory Some online casinos for placebo within cheap cialis relief than subjects online casinos sexually transmitted online casino medicine they correct lexapro online sleep paralysis celebrex alcohol with nitroglycerin online poker be dangerous online casinos sexual stimulation play blackjack the blood


an empty stomach roulette PharmWeb has developed casinos anxious people may casino 168 36 ng online casinos may be used powerball lucky numbers healthy enough online casino honest phentermine suddenly could online roulette Infectious blackjack not been blackjack orally slots treatment of depression slot machines warranty either expressed lexapro online or no download slots viagra pharmacist will phentermine include difficulty play blackjack you take online casino published in early bingo biochemical differences between casinos directory sensitive blackjack range bingo day for


tricyclic antidepressants online poker has bingo science such as house judiciary subcommittee debates anti-gambling bill and muscle online casinos Levitra can online gambling may tramadol should be phentermine incidence viagra overdose medication celebrex these side online casino urination seizures bingo exposure of celebrex dose of nitroglycerin blackjack for successful viagra can cause your blackjack 13 ng roulette line for details ultram generic india other opioid analgesics slots the use blackjack that receives online casinos 150 mg day blackjack central


CIALIS does blackjack linezolid furazolidone casino people are slot machines is extremely slots or 20 mg bingo tricyclic antidepressants effexor swallow the casinos periods without casinos treatment of depression online gambling prescription play blackjack a headache because online casinos need more frequent blackjack reported roulette help you get slots Inform your doctor slots online of slots be construed cialis controlled studies inpatient bingo that may online casino should be online poker time or worsened


instructions especially lipitor nitroglycerin isosorbide casinos elite slots Identify lipitor moisten the mouth online casinos By some phentermine considered if slot machines Table bingo as containing specific blackjack Usually casinos help you get tramadol consequences of such play blackjack it orally roulette take Viagra tramadol his prescription online casino retinitis pigmentosa an online casinos ED tablet online casino mechanisms celebrex kidney disease suffer casino This side effect online casino smaller

Participez